Votre action a été enregistrée avec succès !


expo_une_favori
expo_cercle_1 CÉSAR

13/12/2017 > 26/03/2018

Centre Pompidou

- PARIS

expo_cercle_2 DEGAS

28/11/2017 > 25/02/2018

Musée d'Orsay - PARIS
expo_cercle_3 PHOTOGRAPHISME

08/11/2017 > 29/01/2018

Centre Pompidou - PARIS
expo_cercle_5 FRANÇOIS 1ER ET L'ART DES PAYS-BAS

18/10/2017 > 15/01/2018

Musée du Louvre - PARIS

LA NEWSLETTER

Amour, turbulences et inspiration : Pablo et Olga se révèlent au musée Picasso

Laura Bourdon 22 mars 2017

Share on FacebookTweet about this on TwitterGoogle+

Jusqu’au 3 septembre prochain, le musée Picasso de Paris accueille une exposition dédiée à la figure d’Olga, emblématique de l’œuvre de Pablo Picasso avec qui il partagea sa vie de 1917 à 1935. La récente découverte d’archives inédites conservées à la Fundacion Almine y Bernard Ruiz Para el Arte (FABA), fondée par le petit-fils du peintre et son épouse, permet d’éclairer un destin longtemps resté mystérieux et de souligner l’influence que la vie personnelle de l’artiste a pu avoir sur son œuvre.

1

Pablo Picasso, Portrait d’Olga dans un fauteuil, Montrouge, printemps 1918 © RMN-Grand Palais (Musée national Picasso-Paris) / Mathieu Rabeau

Parmi l’ensemble des expositions actuellement consacrées à Pablo Picasso à travers l’Europe, c’est la muse de Pablo Picasso qui retient cette fois-ci l’attention du musée Picasso de Paris. C’est la première fois qu’une exposition est exclusivement consacrée à celle qui partagea la vie de l’artiste pendant près de deux décennies, n’ayant de cesse d’imprégner son œuvre jusqu’à leur séparation en 1935 et au-delà. Célébrant le centenaire de leur rencontre, l’exposition est le fruit d’un long travail de recherches dans les archives qu’Olga a laissées derrière elles, témoignant de sa vie de ballerine et de sa vie commune d’alors.

Ce travail d’introspection a été réalisé par le petit-fils de Pablo et Olga Picasso, notamment grâce à la récente découverte d’une importante correspondance entretenue entre Olga et sa famille demeurée en Russie. A travers un ensemble exceptionnel de plus de 350 œuvres, de peintures, de dessins, d’archives écrites et de photographies inédites, l’exposition lève le voile sur un pan essentiel de la vie du peintre autant qu’il interroge le rôle qu’a pu jouer la première épouse de l’artiste sur son cheminement artistique.

Il existait jusqu’alors peu de témoignages concrets de la relation entretenue entre Olga et Pablo Picasso. Alors danseuse dans la très prestigieuse troupe des Ballets russes, le couple se rencontre en 1917 lors de la préparation du ballet Parade ( Picasso en a réalisé les costumes avec ses amis  Jean Cocteau et Serge de Diaghilev). Tout de suite, Olga devient la figure féminine la plus représentée dans l’œuvre du peintre, dès la fin des années 1910 et tout au long des années 1920.

4

Pablo Picasso, La Salle à manger de l’artiste rue La Boétie, Paris, 1918-1919 © RMN-Grand Palais (Musée national Picasso-Paris) / Mathieu Rabeau

Souvent perçue comme étrangement silencieuse, en proie à une insondable mélancolie, Picasso dresse au fil de ses portraits une vision canonique de celle qui devient sa femme en 1918. Il en esquisse une personnalité à la fois grave et tranquille, représentée d’abord dans des portraits à la facture classique, généralement de manière statique, assise ou lisant, le regard fuyant.

Sans doute Olga était-elle préoccupée par les nouvelles dramatiques qu’elle recevait par lettre de sa famille restée en Russie, dans un moment difficile de l’Histoire, la Révolution russe et les années de guerre civile qui s’ensuivent. Une situation tragique pour la jeune femme, tiraillée entre deux pays, impuissante face aux difficultés traversées par les siens alors qu’elle mène une vie mondaine et de villégiature entre Paris, Juan-les-Pins et bientôt le Château de Boisgeloup, auprès d’un Pablo Picasso dont la cote est en plein essor sur le marché de l’art.

5

Pablo Picasso, Grand nu au fauteuil rouge, 5 mai 1929 © RMN-Grand Palais (Musée national Picasso-Paris) / Mathieu Rabeau

Puis la naissance de leur premier enfant Paul en 1921 inspire chez l’artiste la profusion de scènes de maternité, témoignant de la relation fusionnelle qu’entretiennent Olga et son enfant. Miroir de l’évolution de la vie du couple, les tableaux de Pablo Picasso dépeignent des scènes familiales empreintes de joie et d’humour ; immortalisant leur fils Paul paré des plus beaux déguisements, traduisant la passion du peintre pour le cirque et les costumes de la Comedia Dell’Arte.

Un versant moins connu de la personnalité d’Olga fait jour, on la voit gaie et rieuse, spontanée et épanouie ; avec un certain goût de la comédie révélé dans une série de films que Picasso réalise lors de leurs séjours de villégiatures.

13

Pablo Picasso, La Nageuse, novembre 1929 © RMN-Grand Palais (Musée national Picasso-Paris) / Mathieu Rabeau

Néanmoins la représentation de ce bonheur tranquille ternit peu à peu à la fin des années 1920. A cette période Marie-Thérèse Walter entre dans la vie de Pablo Picasso et devient sa maîtresse, ce qui donnera naissance à une série de peintures de baigneuses à la portée érotique, célébrant la sensualité de cette dernière.

A contrario, la figure d’Olga se métamorphose radicalement pour laisser place à un flot de représentations à la violence exacerbée. Bien qu’elle soit toujours représentée, sa présence se fait plus distante et son visage se mue en celui d’une femme menaçante, castratrice et monstrueuse. Si les époux se séparent définitivement en 1935 (année qui marque un arrêt temporaire de la peinture dans l’oeuvre du peintre), ils restent malgré tout mariés jusqu’à la mort d’Olga en 1955.

8+

Pablo Picasso, La Crucifixion, 7 février 1930 © RMN-Grand Palais (Musée national Picasso-Paris) / Mathieu Rabeau

Peu à peu, le tumulte de la vie conjugale, l’ambivalence des sentiments et le rapport qu’entretient Pablo Picasso avec les femmes s’épandent sur son œuvre plastique. Les thèmes de crucifixion et les scènes de corrida font leur apparition ; tandis qu’il convoque dans les années 1930 la dialectique psychanalytique d’Eros et Thanatos mise en évidence par Freud, traduisant le complexe indissociable entre affection et agression, amour et haine.

C’est ainsi que l’exposition rend compte tout au long de son parcours des résurgences de la vie personnelle de Pablo Picasso sur son travail. Les archives inédites de son histoire amoureuse ici mises en correspondance avec les peintures qui la composent, permettent de recontextualiser la « période Olga » et d’appréhender l’influence que la figure de sa première épouse aura eue sur son œuvre ; imprégnant la production de l’artiste au-delà même de leur séparation.

OLGA PICASSO

21/03/2017 > 03/09/2017

Musée Picasso

PARIS

Née en 1891 à Nijyn, une ville ukrainienne de ce qui est alors l’Empire russe, Olga Khokhlova est fille de colonel. Elle entre dans la p...

Exposition terminée
PRESSE
MEMBRES

LES DERNIERS ARTICLES

AJOUTER UN COMMENTAIRE