Votre action a été enregistrée avec succès !


expo_une_favori
expo_cercle_1 CÉSAR

13/12/2017 > 26/03/2018

Centre Pompidou

- PARIS

expo_cercle_2 DEGAS

28/11/2017 > 25/02/2018

Musée d'Orsay - PARIS
expo_cercle_3 PHOTOGRAPHISME

08/11/2017 > 29/01/2018

Centre Pompidou - PARIS

LA NEWSLETTER

Bellini, Michel-Ange et le Parmesan inaugurent le cabinet d’arts graphiques du Château de Chantilly

Agathe Lautréamont 16 mars 2017

Share on FacebookTweet about this on TwitterGoogle+

L’année 2017 est à marquer d’une pierre blanche pour le Château de Chantilly. L’institution se dote en effet en ce début de printemps de pas moins de cinq nouvelles salles d’exposition, en inaugurant son cabinet d’arts graphiques flambant neuf. Car on l’ignore trop souvent, mais le Musée Condée ne se contente pas de posséder un ensemble époustouflant d’ouvrages précieux et de peintures. Le duc d’Aumale, Henri d’Orléans, raffolait également de dessins, gravures, photographies et estampe ; tant et si bien qu’aujourd’hui, l’institution se trouve à la tête de plus de 4000 dessins. Et pour son exposition inaugurale, le cabinet d’arts graphiques expose ses plus belles feuilles issues de la Renaissance italienne. Visite…

VISUEL 2

Fra Bartolomeo, L’archange Saint Michel chassant un groupe de personnages © Chantilly, Musée Condé

Le feuillet est très petit, tout au plus de la taille d’une main adulte. Réalisé à la plume et à l’encre brune, ce dessin représente trois adorables chevreaux, à la technique très raffinée. Les traits sont fins, les hachures maîtrisées, la précision accordée aux jeunes animaux traduit une très probable destination à la gravure. Puis, on se penche sur le cartel discret et on comprend d’où vient tant de maestria : la feuille est de la main de Francesco Mazzola, plus connu sous le surnom du Parmigianino.

Une merveille de douceur, de tendresse et de volonté de saisir des détails du quotidien sur le vif, loin des traditionnels classiques sujets religieux ou mythiques. Une bouffée d’air frais qu’on n’attend pas dans la première exposition du cabinet d’arts graphiques du Château de Chantilly, mais qui illustre parfaitement la finesse du goût de l’homme qui collectionna pas moins de 4000 dessins au cours de sa vie : Henri d’Orléans, duc d’Aumale (1822-1897).

VISUEL 4

Il Pordenone, Saint Martin à cheval © Chantilly, Musée Condé

L’Italie dans sa majesté

Au fil des cinq salles de cette magnifique exposition temporaire, le visiteur est invité à une promenade de l’Italie du XVIe siècle, de Florence à Venise en passant par Rome et Naples. Les conservateurs du Château de Chantilly ont ainsi plongé dans les trésors rassemblés par le duc d’Aumale, afin d’en extraire quarante-cinq pièces d’une infinie élégance, que les feuilles aient été réalisées à la sanguine, à l’encre brune, à la pierre noire ou au lavis.

Dans un ravissement rare, nous pouvons croiser la route de maîtres de la Renaissance italienne comme Bellini, Michel-Ange, Fra Bartolomeo ou encore le Titien. L’école vénitienne, en particulier, est admirablement représentée dans ce beau parcours. Si elle est en concurrence directe avec Naples qui connaît à cette époque un essor artistique fulgurant, Venise ne tarda cependant pas à dépasser la cité rivale grâce aux productions artistiques de Bologne et surtout grâce à l’important mécénat des ducs d’Este, grands amateurs d’art.

C’est d’ailleurs dans cette ville que nous retrouvons notre Parmesan, ou Parmigianino, qui eut toute la liberté et tout le temps de développer puis parfaire son langage artistique propre, que l’on reconnaît entre tous. Ses visages enfantins, ses figures féminines, ses anges ont tous la même grâce, la même douceur, pourtant exécutés dans un trait qui ne laisse absolument aucune place au hasard. Il se dégage des dessins du maître une ambiance unique, mélange de vigueur et de douceur absolument exquis, dont on ne saurait se lasser.

VISUEL 3

Fra Bartolommeo, La Vierge à l’Enfant, sur un piédestral © Chantily, Musée Condé

Anges et nus

Dans la dernière salle, deux feuilles de Michel-Ange sont accrochées en bonne place, mais c’est indéniablement une œuvre de jeunesse qui attire tous les regards et qui a, de fait, été judicieusement installée en bonne place dans le parcours muséal. Cette feuille jaunie par le temps est une étude, réalisée à la plume et encre brune et grise. Quatre personnages ont été rapidement esquissés et pourtant, avec une maîtrise époustouflante. Le cartel nous informe pourtant que le feuillet est une œuvre de jeunesse du maître que nous connaissons tous, et l’on se surprend à sourire.

Voilà une preuve supplémentaire du talent incommensurable du maître italien. Les corps ont été probablement dessinés à partir de sculptures antiques observées par le jeune artiste, puisqu’on rencontre trois nus et un drapé minutieux, aux plis complexes et d’une grande force. La chair est ferme, les muscles dessinés, les cheveux pendent d’un chignon délicat, et l’on reste pantois devant tant d’habileté. De belles découvertes ponctuent donc une exposition riche, qui mérite indéniablement le coup d’œil.

VISUEL 1

Michel-Ange, Groupe de quatre figures debout et un drapé © Chantilly, Musée Condé

BELLINI, MICHEL-ANGE, LE PARMESAN

24/03/2017 > 20/08/2017

Musée Condé – Chateau de Chantilly

CHANTILLY

Le 24 mars 2017, le Domaine de Chantilly inaugurera son cabinet d’arts graphiques. 5 salles au décor historique ont été restaurées pou...

Exposition terminée
PRESSE
MEMBRES

LES DERNIERS ARTICLES

AJOUTER UN COMMENTAIRE