Votre action a été enregistrée avec succès !


expo_une_favori
expo_cercle_1 GAUGUIN

11/10/2017 > 22/01/2018

Galeries nationales du Grand Palais

- PARIS

expo_cercle_3 PICASSO 1932

10/10/2017 > 11/02/2018

Musée Picasso - PARIS
expo_cercle_4 RUBENS

04/10/2017 > 14/01/2018

Musée du Luxembourg - PARIS
expo_cercle_5 IRVING PENN

21/09/2017 > 29/01/2018

Galeries nationales du Grand Palais - PARIS

LA NEWSLETTER

Le petit-fils de Picasso prête 166 œuvres au musée de Malaga

Laura Bourdon 15 mars 2017

Share on FacebookTweet about this on TwitterGoogle+

Lundi 13 mars dernier, le musée Picasso de Malaga inaugurait sa nouvelle exposition en présence du petit-fils et principal héritier du maître espagnol, Bernard Ruiz-Picasso. Ce dernier vient compléter une première donation réalisée en 2003 par un prêt de 166 œuvres dont il a hérité de son grand-père. Elles viendront enrichir la collection du musée pour une durée de trois ans.

la_siesta_web

La Siesta, Boisgeloup, 1932, Pablo Picasso © Fundacion Almine y Bernard Ruiz-Picasso para el Arte

Il semblerait que l’année 2017 soit résolument faste pour le géant Picasso. Rouen, Paris, Bâle, Marseille, Londres et Malaga, la richesse de l’œuvre et l’innombrable quantité de toiles et de dessins que le peintre laisse derrière lui permet de nourrir une impressionnante série d’expositions à travers l’Europe. Après un premier don de 180 œuvres réalisé en 2003 à l’occasion de l’ouverture du musée, une nouvelle partie de la collection privée du petit-fils de Picasso rejoint le fonds permanent pour une durée de trois ans.

picasso_banista_tendida_1928

Reclining Bather, 1928, Pablo Picasso © Fundacion Almine y Bernard Ruiz-Picasso para el Arte

Cette nouvelle collection se compose de 166 œuvres, dont « certaines sont totalement emblématiques de l’œuvre de Pablo Picasso, telle la tête de taureau en bronze » créée à Paris en 1942 à partir d’une selle et d’un guidon de vélo, confie à l’AFP Bernard Ruiz-Picasso ; une peinture à l’huile exceptionnelle découpée et collée sur verre (Restaurant, 1914) ou encore La Siesta, dont les formes rondes et la couleur sobre sont typiques de la pratique de Picasso dans les années 30.

L’ensemble des œuvres sera montré par étapes successives par un système de rotation trimestrielle. Le musée propose en effet de faire découvrir tous les trois mois de nouvelles œuvres, dans une scénographie pensée chronologiquement permettant de souligner la manière dont la pratique de l’artiste s’est étendue au fil des années. Depuis ses premières œuvres de jeunesse en passant par la période cubiste, les toiles qu’il réalise en Méditerranée, ses réinterprétations de grands maîtres jusqu’aux dernières toiles datées du début des années 70 peu avant sa mort ; l’exposition veut mettre en avant la nature cyclique des recherches artistiques de Pablo Picasso et sa constante volonté d’explorer les possibilités d’expressions de divers médiums : dessin, sculpture, céramique et bien évidemment la peinture.

tres_gracias_web

Les Trois Grâces, Paris, 1923, Pablo Picasso © Fundacion Almine y Bernard Ruiz-Picasso para el Arte

Ce « récit » est le résultat d’une collaboration étroite avec la Fundacion Almine y Bernard Ruiz-Picasso para el Arte, que le petit-fils du maître a créé  avec sa compagne la galeriste Almine Rech. Premier enfant de Pablo Picasso et de sa femme Olga Khokhlova, ancienne danseuse aux Ballets russes, Bernard Ruiz-Picasso représente le seul « héritier légitime » des œuvres de son grand-père avec sa demi-sœur Marina Picasso. A ce titre, il est considéré comme la personne privée détenant la plus importante collection de Picasso.

Pour autant l’important prêt de 166 pièces ne révèle qu’un petit échantillon de l’oeuvre de l’un des plus grands génies du XXe siècle, tant elle se veut vaste. Peu après la mort de l’artiste en 1973 (dans son château de Vauvenargues près d’Aix-en-Provence, à l’âge de 91 ans), le commissaire-priseur français Maurice Rheims recensait dans un inventaire des dizaines de milliers d’œuvres dont près de 1 885 tableaux…

Une collection si importante qu’elle aura donné naissance à de multiples »musées Picasso », à Paris, à Barcelone, à Antibes et dans la maison natale de l’artiste à Malaga. Le musée occupe le Palais de Buenavista, un édifice historique caractéristique de l’architecture andalouse du XVIe siècle. Il est fondé par Christine et Bernard Ruiz-Picasso en 2003 grâce à leurs donations respectives, en réponse au souhait de Pablo Picasso dont la volonté était de présenter des oeuvres dans sa ville natale. La collection du musée couvre la période 1931-1971, soulignant les innovations majeures stylistiques et techniques de l’artiste. Aujourd’hui, il est le musée le plus visité d’Andalousie, ayant recensé en 2016 plus de 558 000 visiteurs.

LES DERNIERS ARTICLES

AJOUTER UN COMMENTAIRE