Disallowed Key Characters.
Magazine » Voir + clair
Actualités - Comptes-rendus - Voir + clair - Entrer dans l'œuvre - Entretiens - Voir + loin


expo_une_favori
expo_cercle_1 DAVID HOCKNEY

21/06/2017 > 23/10/2017

Centre Pompidou

- PARIS

expo_cercle_3 PAR-DESSUS TOUT : L'OBJET PHOTOGRAPHIQUE

17/06/2017 > 17/09/2017

Musée Nicéphore Niépce - CHALON-SUR-SAÔNE
expo_cercle_4 EMMANUELLE LAINÉ

03/02/2017 > 10/09/2017

Palais de Tokyo - PARIS
expo_cercle_5 PORTRAITS DE CÉZANNE

13/06/2017 > 24/09/2017

Musée d'Orsay - PARIS

LA NEWSLETTER

Passion, pouvoir, politique : le V&A de Londres prévoit une grande expo sur l’opéra !

Agathe Lautréamont 8 mars 2017

Share on FacebookTweet about this on TwitterGoogle+

Décidément, la programmation du Victoria & Albert de Londres a de quoi faire rêver. Après des expositions sur l’histoire du sous-vêtement ou encore sur la maison Balenciaga dont nous vous avions parlé, voici venir un nouvel événement qui promet d’attirer les foules. L’institution londonienne avec l’exposition « Opera : Passion, power and politics » espère parcourir l’histoire de l’Europe à travers celle de l’opéra.

opera 1

Matthias Schaller, Milano, 2005  © Matthias Schaller

Une fois n’est pas coutume, le Victoria & Albert Museum de Londres programme une exposition temporaire qui transcende les frontières entre les arts et espère bien démontrer que la créativité ne connaît pas de frontières et encore moins de bornes. Le nouvel accrochage temporaire du musée anglais : « Opera : Passion, power and politics » (que l’on pourrait traduire par « Opéra : Passion, pouvoir et politique ») cherche à démontrer que l’on peut tout à fait parcourir la longue histoire de l’Europe de l’ouest à travers celle de l’opéra… mais pas seulement.

Car encore aujourd’hui, cette œuvre théâtrale et musicale souffre d’une image élitiste, fermée et absconse. L’objectif est donc double : proposer un passionnant parcours aussi bien artistique que musical, tout en prouvant une bonne fois pour toute que non, l’opéra n’est pas un genre musical qui serait destiné exclusivement à une classe aisée et très cultivée de la population.

Une exposition de la part du V&A pourra-t-elle aider l’opéra à se débarrasser de cette étiquette encombrant ? C’est en tout cas la conviction de Kasper Holten, le directeur (sur le départ) du Royal Opera de Londres.

opera 2

Le choeur du Royal Opera de Londres autour d’une sculpture du rapt de Perséphone © Victoria Jones – PA

Vendredi dernier, à l’occasion d’une conférence de presse donnée afin de présenter ce prochain événement, Kasper Holten a ainsi précisé : « Cette exposition pourrait participer à changer les regards portés sur l’opéra. Pensons à la façon dont les gens parlaient du vin il y a encore vingt à vingt-cinq ans et à la façon dont ils en discutent aujourd’hui, avec soin et passion. Je pense que nous sommes au bon moment pour qu’un tel changement concerne également l’opéra. »

L’événement a en tout cas été présenté en grande pompe, les organisateurs soulignant que c’est là la première véritable exposition d’ampleur cherchant à retracer l’histoire de cette branche de l’art scénique. Mais une telle programmation n’est pas sans risque, après des parcours plutôt orientés grand public (David Bowie, Balenciaga, Pink Floyd, les années 1960…)

opera 3

Membres du V&A installant des costumes autour d’une oeuvre de Kirchner © Victoria Jones – PA

Mais la communication autour de l’événement a d’ores et déjà bien été ficelée, au point que le V&A ne semble pas inquiet quant au regard positif que portera le public sur ce projet. Après tout, cela fait six ans que le musée réfléchit à une telle exposition, depuis une rencontre entre Kasper Holten et l’ancien directeur du V&A, Martin Roth.

Plus de trois cents objets seront exposés dans un parcours se concentrant sur sept « premières » dans sept villes différentes, allant du Couronnement de Poppée par Monteverdi à Venise en 1642 jusqu’à la Lady Macbeth du district de Mtsensk signée Dmitri Chostakovitch, à Saint Pétersbourg, en 1934. Cependant, l’idée principale du V&A n’est pas de simplement dérouler le long écheveau de l’histoire de l’opéra en lui-même.

opera 4

Édouard Manet, Concert en plain air aux Tuileries, 1861 © The National Gallery, London

Au contraire, les commissaires entendent plutôt parcourir celle de l’Europe, mais au travers du prisme de cet art scénique, démontrant par là-même à quel point l’art est capable de traverser les frontières, unifier les populations et inspirer au long des siècles.

Comment expliquer alors, qu’à notre époque contemporaine, l’opéra traîne comme un boulet une image sélective et pédante ? Pourquoi tant de personnes imaginent encore qu’un air d’opéra consiste à chanter très haut et très fort « je meurs » pendant sept longues minutes ?

Difficile à dire, mais l’exposition du V&A, elle, ne fera pas tant la morale, mais cherchera plutôt à dire aux visiteurs : « Allez donc voir pas vous-même ». Si le parcours du musée parvient à convaincre des curieux d’enfin oser pousser la porte d’un opéra pour écouter des airs célèbres, alors l’exposition aura réussi son coup !

LES DERNIERS ARTICLES

AJOUTER UN COMMENTAIRE