Votre action a été enregistrée avec succès !


expo_une_favori
expo_cercle_1 PHOTOGRAPHISME

08/11/2017 > 29/01/2018

Centre Pompidou

- PARIS

expo_cercle_3 ANDRÉ DERAIN, 1904 - 1914

04/10/2017 > 29/01/2018

Centre Pompidou - PARIS
expo_cercle_4 LA FOLIE EN TÊTE

16/11/2017 > 18/03/2018

Maison de Victor Hugo - PARIS

LA NEWSLETTER

Palmyre : le Getty Museum ouvre une exposition en ligne en hommage à la cité antique

Agathe Lautréamont 27 février 2017

Share on FacebookTweet about this on TwitterGoogle+

Comment réagir, quand des fous d’Allah ont estimé que toute ruine archéologique devait être réduite en poussière ? Comment les institutions peuvent-elles lutter, à leur niveau, pour préserver la mémoire des monuments dynamités par le fanatisme islamiste ? Préserver les témoignages du passé pourrait être une piste de réponse. C’est en tout cas ce que cherche à faire le Getty Museum (Los Angeles), en ouvrant sa première exposition en ligne, consacrée aux photographies prises au cours des âges du site antique de Palmyre.

palm 1

Une photographie de Louis Vignes prise au milieu du XIXe siècle © Getty Museum

Palmyre semble être un pion dans la partie d’échec qui se joue en Syrie, entre les forces islamistes, l’armée de Bachar Al-Assad et la coalition internationale. Après la saisie de la cité antique par l’Etat Islamique durant de nombreux mois et les ravages que l’on connait, les forces syriennes, iraniennes, russes et les milices chiites étaient parvenues à remettre la main sur le site au cours du mois de mars 2016, annonçant une trêve pour l’espace archéologique, malheureusement de courte durée.

Car neuf mois plus tard, malgré l’aviation russe, l’État Islamique entrait à nouveau dans Palmyre, pour mieux reprendre ses destructions (le tétrapyle a été détruit, tandis que la façade du théâtre romain a subi de lourds dégâts).

palm 2

Une photographie de Louis Vignes prise au milieu du XIXe siècle © Getty Museum

Que faire alors, pour assurer que la mémoire des monuments pulvérisés par la folie islamiste perdurera, malgré tout ? Aujourd’hui, les outils digitaux à notre disposition permettent de préserver des images des monuments syriens détruits depuis le début de ce conflit qui ne cesse de s’enliser. Films, photographies, mais parfois aussi des répliques en 3D, comme celles qui ont été érigées sur Trafalgar Square au cours de l’année 2016.

Du côté du Getty Museum, on a pensé à une solution plus consensuelle, en optant pour une exposition totalement en ligne. Sur la page web en question, les internautes peuvent parcourir un véritable cheminement muséal, des origines de la ville de Palmyre à nos jours, grâce à un formidable travail de collecte de données, d’informations, de rapprochement de sources historiques, et de rapprochement d’œuvres d’art numérisées.

Le visiteur peut ainsi découvrir la longue et riche histoire du site archéologique, ancienne cité de caravanes idéalement située au croisement des empires Romain et Parthe, ce qui fit sa fortune.  Grâce à un long travail de digitalisation, des experts sont parvenus à recréer des vues de Palmyre à différentes époques de son existence, où la beauté de ses monuments était à son apogée.

pal 1

Capture d’écran de l’exposition en ligne du Getty Museum

Frances Terpak, conservatrice et  à l’origine de ce projet d’exposition en ligne, précise que l’exposition plonge ses racines dans une acquisition du Getty Museum, datant de 2015. Cette année-là, le musée a acheté plusieurs photographies de Palmyre prises au XIXe siècle par le photographe français Louis Vignes. Les œuvres étaient vendues par un collectionneur allemand. Au même moment, l’organisation terroriste État Islamique entrait dans la cité.

De son côté, le co-directeur de cette exposition d’un nouveau genre, Peter Louis Bonfitto, a précisé que le parcours exclusivement en ligne ainsi que la digitalisation avait permis au Getty Museum de présenter des œuvres qu’il aurait été délicat, voire impossible, d’emprunter dans le cadre d’une exposition physique.

Ainsi, les œuvres signées Louis François Cassas qui figurent en bonne place sur la plateforme en ligne ont été tirées d’un imposant volume, fragile, qu’il aurait été difficile de présenter dans une salle d’exposition temporaire. La numérisation permet donc aux visiteurs de passer de longues minutes à détailler chaque œuvre, en grande qualité de reproduction, sans craindre d’abîmer le volume original.

pal 3

Capture d’écran de l’exposition en ligne du Getty Museum

Les œuvres de Cassas, réalisées à l’aquarelle, à l’encre ou à la plume, sont un témoignage fascinant et surtout clé pour une éventuelle reconstruction  des monuments de Palmyre détruits par les terroristes. Cassas, fasciné par l’architecture du site, avait passé de longues heures à reproduire minutieusement chaque sculpture, chaque ornementation, chaque élément de décoration, avec une précision millimétrée.

Une de ses réalisations les plus précises demeure sans conteste la tombe de Iamliku, détruite par les fous d’Allah en 2015. Le témoignage visuel de Cassas permettra, selon les spécialistes, une reproduction très fidèle. En attendant, les créateurs du site web sont en train de travailler à une traduction du site en arabe, de sorte à ce que l’exposition en ligne puisse atteindre les mondes arabes.

LES DERNIERS ARTICLES

AJOUTER UN COMMENTAIRE