Votre action a été enregistrée avec succès !


expo_une_favori
expo_cercle_1 GAUGUIN

11/10/2017 > 22/01/2018

Galeries nationales du Grand Palais

- PARIS

expo_cercle_3 PICASSO 1932

10/10/2017 > 11/02/2018

Musée Picasso - PARIS
expo_cercle_4 RUBENS

04/10/2017 > 14/01/2018

Musée du Luxembourg - PARIS
expo_cercle_5 IRVING PENN

21/09/2017 > 29/01/2018

Galeries nationales du Grand Palais - PARIS

LA NEWSLETTER

Une exposition consacrée à Amy Winehouse ouvrira bientôt à Londres

Agathe Lautréamont 24 février 2017

Share on FacebookTweet about this on TwitterGoogle+

Le 23 juillet 2011, le petit monde du rock était en deuil tandis qu’une nouvelle étoile s’ajoutait dans le ciel sombre du tristement célèbre « Club des 27 » : la chanteuse britannique Amy Winehouse disparaissait, victime d’une overdose. Six ans après sa disparition, le Musée Juif de Londres organise une grande exposition en hommage à la chanteuse qui, en 2006, avait envahi les ondes avec son album « Back to Black ». Photographies, instruments de musique, films de famille, objets personnels… Pour les fans, comme pour les amoureux de musique rock nostalgiques de cette grande voix disparue trop tôt.

my 6

© London Jewish Museum

Si vous n’aviez pas eu la chance de visiter une première fois cette exposition en 2015, un événement dirigé par le frère d’Amy Winehouse, une nouvelle occasion se présente à vous. Au Musée Juif de Londres, du 16 mars au 24 septembre 2017, l’exposition « Amy Winehouse : a family portrait » revient sur Amy Winehouse la compositrice de talent qui a vendu des millions de disques à travers le monde, mais avant tout et surtout sur la femme qui se cachait derrière la musique et derrière le star-system qui finit par la dévorer.

Les pièces qui composent l’événement ont été soigneusement choisies par le frère d’Amy Winehouse, Alex ; et ces objets permettront au grand public de découvrir des facettes méconnues de la personnalité de la jeune femme morte à l’âge de 27 ans, ravagée par la drogue et l’alcool.

Des robes, des guitares, des escarpins hauts en couleur comme elle les aimait, mais aussi des pass pour les backstages de festivals auxquels elle participait au début de sa carrière, alors qu’elle commençait à peine à être connue et à fouler le parquet des petites scènes d’Angleterre.

my 4

© London Jewish Museum

Mais tout dans l’accrochage célèbre la passion ardente d’Amy Winehouse pour la musique. La jeune femme écrivait, composait, interprétait. Elle était une artiste complète et ne parvenait pas à croire que la presse puisse comparer son timbre de voix à la très grande chanteuse Ella Fitzgerald. À côté de photos de la chanteuse qu’elle considérait comme un modèle, le public pourra découvrir la collection de vinyles et de CD d’Amy, pour qui la musique était une raison de vivre.

Le parcours place donc résolument l’accent sur la personnalité complexe d’Amy Winehouse, très proche de sa famille (les nombreuses photographies de son cercle familial ainsi que des films tournés par ses parents ou son frère le prouvent), mais également obsédée par sa propre image.

my 3

© London Jewish Museum

Passionnée par le chant, elle souhaitait ardemment devenir célèbre, souhaitant partager avec son public son goût du jazz et du rock ; quitte à courir les scènes, les festivals, se laisser encercler par les paparazzis et se brûler peu à peu les ailes. Coupée de ses racines londoniennes par le succès fulgurant de l’album Back to Black, l’artiste succomba peu à peu à toutes les dérives de la célébrité : soirées sans fin, alcool en abondance, drogues qui vous minent insidieusement.

C’est cette personnalité complexe, tout feu tout flamme, en dents de scie, qui mena probablement à sa fin prématurée. Ses compositions étaient unanimement acclamées par la critique, la maîtrise de sa voix forçait le respect, et le public international lui mangeait dans la main. Tant et si bien qu’aujourd’hui, six ans après sa mort, de nombreux fans à travers le monde se sentent encore orphelins.

my 8

© London Jewish Museum

LES DERNIERS ARTICLES

AJOUTER UN COMMENTAIRE