Votre action a été enregistrée avec succès !


expo_une_favori
expo_cercle_1 PICASSO 1932

10/10/2017 > 11/02/2018

Musée Picasso

- PARIS

expo_cercle_2 GAUGUIN

11/10/2017 > 22/01/2018

Galeries nationales du Grand Palais - PARIS
expo_cercle_3 ANDRÉ DERAIN, 1904 - 1914

04/10/2017 > 29/01/2018

Centre Pompidou - PARIS
expo_cercle_5 MONET COLLECTIONNEUR

14/09/2017 > 14/01/2018

Musée Marmottan Monet - PARIS

LA NEWSLETTER

Abraham Poincheval vient de s’installer dans un rocher au milieu du Palais de Tokyo

Jéremy Billault 22 février 2017

Share on FacebookTweet about this on TwitterGoogle+

Depuis 14 heures ce mercredi , Abraham Poincheval expérimente sa nouvelle performance. Enfermé dans un rocher à l’intérieur du Palais de Tokyo, l’artiste restera une semaine en position assise filmé et diffusé dans le musée 24h/24. Et ce n’est qu’un début. 

PdT 2017-Abraham Pointcheval-057

© Palais de Tokyo

Pour Abraham Poincheval, le 22 février 2017 sera à jamais marqué d’une pierre blanche. Littéralement. Une pierre blanche de 12 tonnes posée au beau milieu du Palais de Tokyo. Depuis 14h ce mercredi, l’artiste est installé à l’intérieur, dans une cavité creusée spécialement pour épouser la forme de son corps. Il y restera sept jours et sept nuits, relié à l’extérieur par un conduit de ventilation percé dans le roc, exclusivement nourri de viande séchée et de briques. Avec lui, il emporte un téléphone de secours, une boîte hermétique, une lampe frontale, un peu de lecture, rien d’autre.

Installé au milieu du Palais de Tokyo, Poincheval sera visible en son rocher jusqu’au 1er mars, pendant toute la durée de sa performance : les visiteurs peuvent l’observer grâce à un écran qui diffuse en direct les images d’une caméra installée à l’intérieur du rocher. Il pourrait même être possible de lui parler à travers les parois, à condition d’avoir l’amour propre nécessaire pour hurler sur un caillou devant des centaines d’inconnus.

PdT 2017-Abraham Pointcheval-017

© Palais de Tokyo

L’objectif de la performance, outre l’attraction médiatique qu’elle suscite comme à chaque fois, réside en l’expérience d’un autre temps, du temps figé de la pierre, d’un temps plus long, plus flou, moins ordonné que celui de l’homme, des minutes, des jours et des nuits. Le rocher sort tout juste d’une carrière, et n’a subi que les travaux nécessaire à l’entrée d’une silhouette humaine à l’intérieur de lui.  La performance du jour n’est pas la dernière de l’exposition : le 29 mars prochain, il s’installera dans une sorte de vivarium qui lui permettra de couver des œufs de poule jusqu’à leur éclosion. Nous aurons l’occasion d’en reparler d’ici là.

Souvenirs

ours

© Palais de Tokyo

Il y a quelques mois, quand le nom d’Abraham Poincheval est apparu dans la programmation du Palais de Tokyo aux côtés des Taro Izumi et autres Mel O’Callagahan, on imaginait difficilement ce à quoi il fallait s’attendre : performance, photos de performances, reliques de performances, un peu de tout ou beaucoup de quelque chose. La seule présence de ce nom devenu mythique et mystique annonçait quelque chose de grand.

Nous voilà donc avec les deux performances successives qui couvriront le temps du cycle d’expositions du musée, mais pas seulement. Car Poincheval s’expose au Palais de Tokyo avec son histoire. Ainsi admire-t-on la bouteille à l’intérieur de laquelle il a descendu le Rhône, se livrant au fil de l’eau, mais aussi l’ours naturalisé dans lequel il a vécu plus d’une dizaine de jours et d’autres traces de ses performances passées.

ABRAHAM POINCHEVAL

03/05/2017 > 08/05/2017

Palais de Tokyo

PARIS

Lors de ses performances en solitaire, Abraham Poincheval repousse ses limites physiques et mentales. La vie en autarcie, l’enfermement, l...

Exposition terminée
PRESSE
MEMBRES

LES DERNIERS ARTICLES

AJOUTER UN COMMENTAIRE