Disallowed Key Characters.
Magazine » Actualités
Actualités - Comptes-rendus - Voir + clair - Entrer dans l'œuvre - Entretiens - Voir + loin


expo_une_favori
expo_cercle_1 PHOTOGRAPHISME

08/11/2017 > 29/01/2018

Centre Pompidou

- PARIS

expo_cercle_3 ANDRÉ DERAIN, 1904 - 1914

04/10/2017 > 29/01/2018

Centre Pompidou - PARIS
expo_cercle_4 LA FOLIE EN TÊTE

16/11/2017 > 18/03/2018

Maison de Victor Hugo - PARIS

LA NEWSLETTER

Sotheby’s célèbre l’érotisme et récolte plus de 6 millions d’euros

Laura Bourdon 20 février 2017

Share on FacebookTweet about this on TwitterGoogle+

Baptisée « Erotic : Passion & Desire », la première vente aux enchères d’art érotique organisée par la maison londonienne Sotheby’s se voit couronnée de succès. Plus de la moitié des objets exposés ont largement dépassé les estimations, pour une vente qui rapporte au total plus de 6 millions d’euros. Visite en images…

Mapplethorpe, Bow and Arrow

Robert Mapplethorpe, Bow and Arrow, Lisa Lyon, 1981 © Robert Mapplethorpe

C’est à l’occasion de la Saint-Valentin le 14 février dernier que la célèbre maison de vente aux enchères Sotheby’s inaugurait sa nouvelle exposition, dans ses espaces du New Bond Street, en amont de la traditionnelle vente aux enchères qui s’est conclue deux jours plus tard.

Intitulée « Erotic : Passion & Desire », l’exposition célébrait l’amour et l’érotisme, thématiques qui depuis toujours ont inspiré toutes sortes de représentations artistiques, des plus implicites aux plus suggestives.

A l’ouverture du catalogue de ventes, on lisait ce mot de l’éditrice de l’Erotic Review : « L’histoire de l’érotisme n’est rien d’autre que celle du désir humain dans ses manifestations les plus triomphales ou les plus torturées », voilà de quoi nourrir l’imagination du visiteur sur les quelques cent objets présentés par la maison Sotheby’s.

Nobuyoshi Araki, Untitled, Hotel Rooms, 93-94

© Nobuyoshi Araki, Untitled Hotel Rooms, 1993-1994

Quant au directeur des ventes de la maison Sotheby’s, Constantin Frangos, ce dernier précisait vouloir « embarquer le spectateur dans un voyage à travers les siècles ». C’est ainsi qu’ont été données à voir un ensemble de lots mêlant la sculpture, la photographie, la peinture et le dessin ; un mélange hétéroclite volontairement présenté sans chronologie ni hiérarchie.

Parmi les pièces exposées, on retrouvait des illustrations de Pablo Picasso, des clichés vintage de Man Ray, d’Helmut Newton, de Pierre Molinier ou encore du sulfureux Robert Mapplethorpe, auprès de miniatures d’artistes romains datés du IIe siècle ou d’anciennes estampes japonaises érotiques.

La grande névrose marbre blanc de Jacques Loysel de la fin du 19e siecle la star de la vente aux encheres

© Jacques Loysel , La Grande Névrose, datée de la fin du XIXe siècle

Mais la grande vedette de la vente aux enchères fut incontestablement La Grande Névrose, une sculpture de marbre blanc réalisée par Jacques Loysel à la fin du XIXe siècle. Cette dernière représentant un corps féminin nu est partie pour la modique somme de 1,8 millions de livres, soit plus de dix fois le prix estimé. La vente d’un dessin d’Egon Schiele, Akt Nude, s’est envolé au prix de 224 750 livres, tandis qu’une œuvre de Gustav Klimt fut acquise pour le prix de 175 000 livres.

Erotic : Passion & Desire  a aussi permis de voir ressurgir de rares pièces, qui depuis longtemps n’étaient pas apparues sur le marché de l’art. C’est le cas de l’Ophélie dénudée de Sarah Bernhardt, qui jadis avait inspiré un certain Shakespeare pour la tragédie d’Hamlet. C’est aussi le cas du grand lit réalisé à partir de bois d’acajou de la marquise de la Paiva, surmonté d’une Vénus sortie des eaux.

Lit en acajou surmonté d'une femme nue, 19e siecle, C Justin Tallis AFP

Lit en acajou surmonté d’une Vénus sortie des eaux © Julien Tallis

La pièce avait été vendue en 1946 par le commissaire-priseur Maurice Rheims, dans la vente de mobilier de l’hôtel particulier du 6 rue des Moulins, ancienne maison close où Toulouse-Lautrec avait établi son atelier. Cette même pièce était réapparue en 1990 lors de la Biennale des Antiquaires, avant d’être vendue par Artcurial en 2006.

Sotheby’s se félicite du succès remporté par la vente aux enchères, puisque plus de la moitié des lots ont dépassé leurs prix d’estimation, ayant atteint un total de 5,3 millions de livres soit 6,2 millions d’euros. Un public qui manifestement fut conquis par cette première édition exclusivement dédiée à l’art érotique, célébrant l’amour et le corps dans toute sa sensualité.

Quinn, Maquette de Siren, 2008

Jeff Koons, Quinn maquette de Siren, 2008

LES DERNIERS ARTICLES

AJOUTER UN COMMENTAIRE