Votre action a été enregistrée avec succès !


expo_une_favori
expo_cercle_1 CÉSAR

13/12/2017 > 26/03/2018

Centre Pompidou

- PARIS

expo_cercle_2 DEGAS

28/11/2017 > 25/02/2018

Musée d'Orsay - PARIS
expo_cercle_3 PHOTOGRAPHISME

08/11/2017 > 29/01/2018

Centre Pompidou - PARIS
expo_cercle_5 ANDRÉ DERAIN, 1904 - 1914

04/10/2017 > 29/01/2018

Centre Pompidou - PARIS

LA NEWSLETTER

Le V&A de Londres fête les Pink Floyd avec une expo majeure

Agathe Lautréamont 20 février 2017

Share on FacebookTweet about this on TwitterGoogle+

En 2017, le mythique groupe de rock anglais Pink Floyd fêtera les cinquante ans de la sortie de leur premier album. Et oui, déjà ! Un anniversaire majeur, à tel point que le Victoria & Albert Museum de Londres a décidé d’organiser une grande exposition sur cette formation musicale emblématique des années soixante et soixante-dix. Au mois de mai prochain et pour une durée de vingt semaines, il faudra donc être du côté de la capitale britannique pour pouvoir découvrir l’événement : « The Pink Floyd Exhibition: Their Mortal Remains ». Vidéos, photographies, tablatures, vêtements, disques et bien sûr, musique sont au programme de cette rétrospective.

Hands over eyes - portrait by Storm Thorgerson Aubrey 'Po' Powell 1971 Belsize Park

Hands over eyes, 1971 © Storm Thorgerson

Trois cent cinquante objets ont été exceptionnellement réunis pour l’occasion, de quoi ravir les fans du groupe de rock emblématique Pink Floyd, qui a bercé toute une époque grâce à ses riffs inimitables et ses albums qui ont fait date dans l’histoire de la musique.

Le 13 mai prochain, il risque d’y avoir la queue à l’entrée du Victoria & Albert Museum de Londres, puisque c’est à cette date qu’ouvrira le nouvel événement de l’institution londonienne : « The Pink Floyd Exhibition : Their Mortal Remains », une exposition qui a pour ambition de revenir sur toute la carrière de la formation, mais surtout d’étudier avec précision le mythe qui s’est bâti autour de Syd Barrett, David Gilmour, Richard Wright, Nick Mason et Roger Waters.

D’ailleurs, pour l’occasion, Gilmour et Mason se sont exceptionnellement réunis afin de présenter l’exposition lors d’une conférence de presse, à une époque où leurs sorties en public ensemble se font de plus en plus rares…

Poster promoting ‘The Piper at the Gates of Dawn’ in 1967

Poster pour l’album The Piper at the Gates of Dawn, 1967 © V&A, Londres

Une expo-hommage

Les deux musiciens n’ont pas caché leur joie face à cet événement qui se tiendra donc au V&A de Londres, qui a récupéré ce projet d’exposition alors qu’initialement, c’était la ville de Milan qui devait accueillir l’accrochage. Roger Waters, de son côté, a été bien moins inclus au développement de l’exposition, étant donné qu’il habite depuis quelques temps aux États-Unis d’Amérique. Superviser l’accrochage depuis l’autre côté de l’Atlantique était quelque peu délicat…

Mais le célèbre bassiste s’est voulu rassurant : il fera bien le voyage pour venir voir l’exposition. Car l’ouverture de ce parcours marquera l’anniversaire de la sortie du premier album du groupe : « The Piper and the Gates of Dawn », ainsi que du premier single : « Arnold Layne ».

Du chemin a été parcouru depuis, quand on sait que les origines du groupe remontent à une rencontre entre Richard Wright et Syd Barrett, alors étudiants en architecture. Barrett quitta vite le groupe, en 1968, pour être remplacé par David Gilmour… avec les conséquences que l’on sait : Gilmour et Waters ne parvinrent jamais à s’entendre véritablement.

Syd Barrett Art

Le musicien Syd Barrett était également peintre © Syd Barrett Art

Influences artistiques

L’exposition suivra un développement quelque peu similaire à l’accrochage « David Bowie is » : des installations interactives permettront aux visiteurs une véritable plongée dans la créativité musicale du groupe.

Mais là où le show consacré à Bowie accordait une grande place aux costumes de scène, l’accrochage dédié à Pink Floyd se focalisera plutôt sur l’influence de l’Histoire de l’art sur les membres du groupe, ainsi que sur leurs nombreuses collaborations avec des artistes, dont la plus célèbre reste celle avec Gerald Scarfe, qui s’est chargé des dessins pour l’album et le film « The Wall ».

Ils firent en effet appel à l’abstraction pour leurs pochettes d’« Atom Heart Mother », « The Dark Side of the Moon » « Animals » ainsi qu’à l’art contemporain pour « The Division Bell », une pochette signée Storm Thorgerson.

David Gilmour in the studio

David Gilmour en studio © V&A Londres

Matériel visuel et sonore

En plus du matériel musical et visuel, on trouvera beaucoup de pièces manuscrites comme des paroles de chansons, des esquisses, des brouillons, des partitions, des tablatures, des extraits de la correspondance des différents membres du groupe avec leurs familles… Une de ces lettres, signée de Gilmour, explique à sa mère que celui-ci a rejoint un groupe de rock appelé Pink Floyd mais qu’elle « n’a pas à s’inquiéter » !

Les spectacles visuels proposés par les Pink Floyd lors de leurs tournées internationales auront aussi une grande place dans l’exposition du V&A. Ajoutez à cela des posters, des affiches promotionnelles, des affaires personnelles des membres du groupe, des peintures de la main de Syd Barrett ainsi que des enregistrements inédits, et vous obtenez-là à peu près tous les ingrédients pour une véritable exposition blockbuster à laquelle on peut d’ores et déjà prédire un grand succès !

LES DERNIERS ARTICLES

AJOUTER UN COMMENTAIRE