Votre action a été enregistrée avec succès !


expo_une_favori
expo_cercle_1 MONET COLLECTIONNEUR

14/09/2017 > 14/01/2018

Musée Marmottan Monet

- PARIS

expo_cercle_2 LE JARDIN SECRET DES HANSEN

15/09/2017 > 22/01/2018

Musée Jacquemart-André - PARIS
expo_cercle_3 RAYMOND DEPARDON

13/09/2017 > 17/12/2017

Fondation Henri Cartier-Bresson - PARIS
expo_cercle_4 ANDERS ZORN

15/09/2017 > 17/12/2017

Petit Palais - PARIS
expo_cercle_5 L'ART DU PASTEL

15/09/2017 > 08/04/2018

Petit Palais - PARIS

LA NEWSLETTER

Un musée allemand authentifie un dessin de Rembrandt

Agathe Lautréamont 17 février 2017

Share on FacebookTweet about this on TwitterGoogle+

Les bonnes surprises arrivent toujours au moment où on les attend le moins et le Musée Herzog Anton Ulrich, situé à Braunschweig, en Allemagne, vient de vérifier cet adage ce mois-ci. Alors que l’institution était occupée depuis plusieurs semaines à une grande entreprise de numérisation de son fonds permanent, un petit dessin présent dans les collections de l’institution depuis 250 ans a retenu l’attention d’un conservateur… Bingo ! L’esquisse est de la main de Rembrandt, alors qu’elle était, jusqu’à présent, attribuée à un peintre allemand mineur du XVIIIe siècle…

170215111849-rembrandt-terrier-germany-exlarge-169

Rembrandt, Étude de chien © Musée Herzog Anton Ulrich

Il s’agissait d’avoir l’œil, et le bon ! Heureusement, le directeur du département des dessins du Musée Herzog Anton Ulrich à Braunschweig (dans la région de la Basse-Saxe) sait repérer la main d’un maître quand il en croise une… Depuis quelques semaines, ce musée des Beaux-Arts allemand était affairé à la numérisation de son fonds permanent.

Une tâche fastidieuse et délicate, qui impose à l’institution de passer en revue absolument toutes les œuvres qu’il possède, de sorte à en conserver une précieuse trace numérique et, pourquoi pas, diffuser quelques images en ligne. Et c’est à cette occasion que Thomas Döring, à la tête du département des dessins, a fait une surprenante découverte. Un petit chien couché assis, au poil frisé, attira l’attention de l’historien de l’art.

Cette œuvre était bien connue du musée, puisque la petite esquisse se trouvait dans les collections permanentes de l’institution depuis deux siècles et demi maintenant. Mais du fait de sa très petite taille et de son absence de signature, les conservateurs n’avaient jamais véritablement pris le temps de se pencher sur celui-ci afin de l’étudier en détails.

Self Portrait with two circles, by Rembrandt

Rembrandt, Autoportrait, vers 1665-1669 © Wikimedia Commons

De Roos à Rembrandt

La discrète esquisse, réalisée à la craie noire, était jusqu’à très récemment attribuée au peintre allemand Johann Melchior Roos (1663 – 1731). Cet artiste, actif au début du XVIIIe siècle, était connu pour son amour des animaux : tout au long de sa arrière, il se montra particulièrement prolifique en matière de dessins de boules de poils tant et si bien que cette attribution paraissait on ne peut plus logique et ne fut donc jamais remise en question. Le dessin resta donc sagement rangé dans les fonds du musée, parmi d’autres esquisses de chiens et d’ours de la main de l’artiste allemand.

C’est en vérité le fait d’avoir extrait ce petit chien de son contexte muséal qui a permis cette découverte. En regardant l’œuvre loin des autres dessins de Johann Roos, Thomas Döring a brutalement réalisé que le dessin n’était pas du peintre allemand, mais bien du génie néerlandais du XVIIe siècle ! Une rapide analyse de l’œuvre a suffi pour confirmer cette intuition : une grande liberté dans le trait, une habileté dans l’esquisse, une intensité évidente dans l’expression du petit animal…

À peine découvert, déjà exposé !

Le doute n’est plus possible, cette adorable boule de poils ne peut en aucun cas avoir été dessinée par Roos, mais est au contraire à attribuer à Rembrandt van Rijn ! Depuis, deux spécialistes ont confirmé cette attribution : Holm Bevers, conservateur en chef du département du Kupferstichkabinett des musées d’Etat de Berlin, puis Pieter Roelofs, qui officie au Rijksmuseum.

La découverte est de taille, étant donné que nous n’avons conservé que très peu de dessins d’animaux de la part du peintre néerlandais. Selon le catalogue raisonné d’Otto Benesch, ils seraient au nombre de vingt-six… Elles sont désormais 27 ! Pour les amoureux de l’œuvre de Rembrandt, sachez que le petit dessin sera désormais exposé dès le 6 avril 2017 dans l’exposition « Dürer, Cézanne et moi : comment dessinent les maîtres » au Musée Herzog Anton Ulrich.

LES DERNIERS ARTICLES

AJOUTER UN COMMENTAIRE