Votre action a été enregistrée avec succès !


expo_une_favori
expo_cercle_1 GAUGUIN

11/10/2017 > 22/01/2018

Galeries nationales du Grand Palais

- PARIS

expo_cercle_3 PICASSO 1932

10/10/2017 > 11/02/2018

Musée Picasso - PARIS
expo_cercle_4 RUBENS

04/10/2017 > 14/01/2018

Musée du Luxembourg - PARIS
expo_cercle_5 IRVING PENN

21/09/2017 > 29/01/2018

Galeries nationales du Grand Palais - PARIS

LA NEWSLETTER

Reportage à Art Rotterdam, la foire qui fait place aux jeunes !

Jéremy Billault 14 février 2017

Share on FacebookTweet about this on TwitterGoogle+

Alors que la Rotterdam Art Week vient tout juste de s’achever, retour sur son événement central : Art Rotterdam. Foire d’art contemporain focalisée sur les jeunes artistes, Art Rotterdam est un événement unique dans le paysage artistique international : dynamique, décalé et expérimentale, la foire est une expérience unique, au cœur de l’art d’aujourd’hui et de demain. 

art rotterdam 2017_geert broertjes_hr_70_1

© Art Rotterdam

S’il fallait comparer le paysage des foires d’art internationales à une grande famille, Art Rotterdam serait probablement le petit dernier, enthousiaste, dynamique, créatif et plein d’espoir. Evénement central de la Rotterdam Art Week qui vient tout juste de s’achever, Art Rotterdam célébrait en 2018 sa 18ème édition et son engagement appuyé en faveur de la jeune création, les nombreuses galeries européennes invitées apportant avec elles les plus jeunes de leurs artistes. Beaucoup de galeries, néerlandaises pour une bonne partie mais globalement européennes, des sections innovantes (voire complètement barrées) et une atmosphère détendue, Art Rotterdam s’extirpe de l’ambiance un peu solennelle de quelques unes de ses grandes sœurs tout en s’imposant comme un événement artistique majeur dans lequel on ose, on propose, on tâtonne avec audace et intelligence.

rotterdam

© Art Rotterdam

Que l’on s’intéresse ou non aux choses du marché de l’art, il faut voir Art Rotterdam, ne serait-ce que pour y rencontrer la crème des jeunes artistes, ceux qui feront l’art dans les années à venir, porteurs enthousiastes d’une nouvelle vague pleine d’espoir. Dans le cadre extraordinaire de la Van Nellefabriek, une ancienne usine d’envergure internationale, Art Rotterdam se démarque notamment par la diversité de la sélection qu’elle propose, riche de plusieurs sections toutes très intéressantes.

kleine selectie art rotterdam_14_1

© Art Rotterdam

Ainsi, en plus de la sélection principale, quelques galeries sont réunies dans une section « New Art », nouveauté parmi les nouveautés, qui nous a notamment permis de découvrir le travail impressionnant de Claudia Larcher chez les parisiens de 22,48m² ou les sculptures cinétiques intrigantes et ô combien inutiles de la C&H gallery qui même en panne parviennent à capter les regards. Ce soutien aux jeunes artistes se traduit également par la place offerte au Prix Mondrian, présenté dans un hangar à part, gigantesque et merveilleusement exploité par les artistes émergents de la section. S’ajoute à cela une autre salle à part, elle aussi patineuse (le lieu le permet) consacrée à des installations vidéos, des projections qui bénéficient d’un système sonore très travaillé qui permet d’admirer une oeuvre sans être dérangé par le son des autres.

art rotterdam 2017_geert broertjes_hr_250_1

© Art Rotterdam

Le plaisir de cette foire si particulière diffère de celui que nous offrent certaines autres grandes foires : il est celui de la découverte plutôt que celui de la redécouverte. Quelques heures sur place et nous repartons avec une liste d’artistes longue comme le bras qui n’attend qu’à être approfondie, forts de connaître certaines pratiques ou en tout cas de découvrir leur avènement. Par leur seule présence à Art Rotterdam, de nouvelles pratiques rencontrent aujourd’hui le marché et gagnent une certaine reconnaissance : ainsi a-t-on pu admirer, aux côtés d’huiles sur toiles, des sculptures réalisées avec et dans le jeu vidéo Minecraft ou encore des sites internet. Voilà qui, par exemple, nous permet, ici et maintenant, de vous présenter une oeuvre dans les conditions exactes de sa réception originelle, comme nous l’avons vu sur place (par ici, bon courage). Par la reconnaissance qu’elle a accumulé au cours de ses 17 précédentes édition, Art Rotterdam installe ses choix dans le sérieux du monde de l’art, quitte à ce que cela parte dans tous les sens, quitte à ce que les machines ne fonctionnent pas, qui à surprendre, à étonner ou à choquer. L’expérimental tâtonne, mais il est fondamentalement sérieux, à l’image de la foire.

art rotterdam 2017_geert broertjes_hr_65_1

© Art Rotterdam

En est témoin le « Hipster bar » qui lui sert de buvette et qui, tout en se moquant de son public (d’une grande partie de son public) fait appel à son second degré. Déroutant, funky, original mais artistiquement exaltant, interrogateur et source infinie d’inspiration. Autres témoins de l’engagement de la foire, une section offerte aux jeunes futur collectionneur, avec des œuvres dont le prix se tient entre 100 et 2000 euros ou encore « The Pirate Bay », une vente aux enchères dont le nom est inspiré du plus célèbre des sites de téléchargement illégal où s’achètent les copies exactes de quelques œuvres de la foire réalisées par des artistes anonymes sur place. A l’image de la ville de Rotterdam, cette grande foire baigne dans un dynamisme exaltant, un esprit d’avant-garde qui semble ne pas se prendre au sérieux : c’est beau, c’est drôle, c’est rafraîchissant… Bref, on y sera l’année prochaine.

LES DERNIERS ARTICLES

AJOUTER UN COMMENTAIRE