Votre action a été enregistrée avec succès !


expo_cercle_2 CIAO ITALIA

28/03/2017 > 10/09/2017

Musée de l'histoire de l'immigration - PARIS
expo_cercle_4 STEVEN PIPPIN

14/06/2017 > 11/09/2017

Centre Pompidou - PARIS

LA NEWSLETTER

Le livestream-performance de Shia LaBeouf stoppé pour des raisons de sécurité

Jéremy Billault 13 février 2017

Share on FacebookTweet about this on TwitterGoogle+

Le projet HEWILLNOTDIVIDE.US de Shia Labeouf, qui devait diffuser en direct pendant l’intégralité du mandat de Donald Trump les images d’une caméra installée devant un musée de New-York, a été interrompu il y a quelques jours pour des raisons de sécurité. Devenu un lieu de rassemblement sur lequel pesaient de nombreuses menaces, le musée a décidé de mettre fin au projet, trois semaines seulement après son lancement. 

hwndu

Pour ne rien vous cacher, on l’avait un peu vu venir. Trois semaines seulement après avoir été installée, la caméra de Shia LaBeouf ne diffuse plus ses images en direct, suite à la décision du Museum of the Moving Image qui accueillait la performance. A l’origine destinée à faire passer un message d’union face à l’arrivée de Trump au pouvoir, l’installation intitulée HEWILLNOTDIVIDE.US est rapidement devenue un lieu de tension, tout le monde voulant passer son propre message (souvent extrême) devant la caméra. Le musée a donc annoncé qu’il retirait ladite caméra, le 9 février dernier, dans un communiqué : « L’installation a créé un danger public sérieux et permanent pour le  musée, ses visiteurs, le staff, les résidents et les commerces alentours. Elle est devenue un point de violence et a été détournée de son intention originale. » Le site créé pour l’occasion affiche à la place du stream une punchline lapidaire : »le musée nous a abandonnés« . Le message initial, « He will not divide us » (Il ne nous divisera pas, ndlr), semble, déjà, avoir souffert.

Histoire

C2noE5WXcAAGiei-768x768

Le vendredi 20 janvier 2017, Donald Trump devient officiellement le 45ème président des Etats-Unis, apportant avec lui (ou contre lui) un nombre impressionnant de manifestations, notamment artistiques. Parmi elles, celle de Shia LaBeouf, déjà bien connu du web pour quelques performances interminables, devant le Museum of the Moving Image (MoMI ?) de New-York : une caméra installée devant le musée qui diffusera ses images en direct pendant 4 ans (soit l’intégralité du mandat de Donald Trump). Intitulée « He will not divide us« , la performance invite ceux qui le veulent à scander le message jusqu’à plus soif afin qu’il soit entendu dans le monde entier.

Don’t feed the troll

 


Seulement voilà : si les premiers jours se passent dans l’engouement et la bonne humeur, les incidents sont bien vite arrivés. Un individu mal intentionné s’est d’abord faufilé parmi les anti-Trump en pleine scansion pour passer son propre message, plutôt orienté du côté néo-nazi de l’échiquier politique. Pas de chance pour lui, mister LaBeouf était bien là, son acte militant et tellement subversif devenant en une seconde la vidéo virale d’un acteur américain hurlant sur un jeune homme désarçonné.

L’installation s’est ensuite transformée en défilé de trolls en tout genre : « Hitler n’a rien fait de mal » par-ci, images et signes de ralliement de l’alt-right par-là, le jeu était facile. C’est ainsi que Shia LaBeouf, excédé, s’emporta sur l’un d’entre eux avec un peu trop de véhémence et fut arrêté sous les yeux de la caméra, en direct. Le message de paix, d’union dans la lutte, se terminera avec l’image d’un homme arrêté par la police.

C’est cet événement qui a poussé le musée à prendre cette lourde décision : « Alors que l’installation avait connu des débuts constructifs, elle s’est nettement détériorée après l’arrestation de l’un des artistes sur le site-même de l’installation est se devait d’être immédiatement interrompue. Pendant toute la durée de l’installation, plusieurs arrestations ont eu lieu et les menaces de violence se comptaient par douzaines si bien que la police a dû stationner près de l’installation 24 heures sur 24, 7 jours sur 7 ». « Le musée nous a abandonnés », lira-t-on désormais sur le site, peut-être pendant les quatre années à venir. Le message devra être passé autrement.

LES DERNIERS ARTICLES

AJOUTER UN COMMENTAIRE