Votre action a été enregistrée avec succès !


expo_cercle_2 CIAO ITALIA

28/03/2017 > 10/09/2017

Musée de l'histoire de l'immigration - PARIS
expo_cercle_4 STEVEN PIPPIN

14/06/2017 > 11/09/2017

Centre Pompidou - PARIS

LA NEWSLETTER

Éclectique au Quai Branly : une promenade intemporelle, une visite sans hiérarchie

Agathe Lautréamont 7 février 2017

Share on FacebookTweet about this on TwitterGoogle+

Tout commence dans les années 1970, par un coup de cœur. Un premier achat d’une œuvre, réalisé par l’homme d’affaires Marc Ladreit de Lacharrière. Pouvait-il seulement se douter que cette acquisition n’était en vérité que le début d’une importante collection, guidée seulement par ses coups de cœur, ses intérêts d’une époque ou ses passions d’une vie ? Toujours est-il que cette collection, elle se trouve désormais au musée du Quai Branly – Jacques Chirac, jusqu’au 2 avril 2017.

Pousser les portes d’un musée, que ce soit pour visiter son fonds permanent ou pour découvrir un accrochage temporaire, revient à effectuer une promenade guidée. Le cheminement, le plus traditionnellement, sera d’ordre chronologique. Au long des années qui s’écoulent au rythme des cartels, il est possible de comprendre l’évolution du style d’un peintre, les rencontres d’un sculpteur, les influences reçues par un dessinateur.

 

Parfois, le cheminement se fait thématique et l’on avance donc, d’une étape à une autre, en découvrant un cadre précis. Quoi qu’il en soit, le visiteur sera nécessairement pris par la main, les conservateurs lui offriront une compréhension progressive et une immersion clairement expliquée.

b2

Photographie © Agathe Lautréamont, 2016

Unité

Mais découvrir, apprendre, s’émerveiller… Tout cela n’est-il possible que dans un cadre pédagogique ? Ne pouvons-nous simplement pas nous laisser porter par une scénographie qui renierait un peu de tout cela à la fois ? Pour le musée du Quai Branly – Jacques Chirac, il semblerait que la réponse soit résolument positive. Et pour s’en convaincre, il suffit de gravir la volée de marches qui nous amène à la mezzanine où se trouve l’exposition « Éclectique », présentée par l’institution parisienne jusqu’au 2 avril prochain.

En atteignant la première salle de l’exposition, le visiteur se trouvera accueilli par deux belles sculptures. La première est une représentation du personnage mythologique Héraclès, en enfant. L’œuvre sculptée dans le marbre date probablement du IIIe siècle après Jésus-Christ. Son visage est serein, ses yeux unis pleins d’expression, il semble comme plongé dans ses pensées, indifférent à la foule qui se presse autour de la petite vitrine transparente qui l’enferme dans notre époque.

b3

Photographie © Agathe Lautréamont, 2016

Concordance

À ses côtés, trône une ravissante surprise : un gardien de reliquaire Fang, réalisé dans le Gabon du XIXe siècle. Le petit personnage se tient droit, fier, son regard est franc et directe, il paraît presque nous défier. Calme et bravade, beige et noir, un continent puis un autre ; tout oppose les deux œuvres présentées ici, mais la magie prend et l’on saisit alors quelle sera la teneur de cette exposition. Car en vérité, cette surprise scénographique n’est que le début, le visiteur du Quai Branly ne sera pas guidé, mais invité à déambuler, d’étonnement en merveilles, d’époque ancienne à notre temps contemporain.

Dans l’exposition Éclectique, il n’existe pas de gradation entre les arts, encore moins d’échelle dans les pratiques créatives. Le parcours nous propose un émerveillement esthétique et uniquement cela, à la rencontre de sculptures, peintures, artisanats qui sont très éloignés dans le temps tout comme dans l’espace. Ce qui lie les nombreux artefacts exposés dans ce parcours, c’est uniquement un sentiment profond de confiance dans l’art. L’art entre en résonance avec tous les visiteurs, peu importe son milieu social, ses centres d’intérêt, son âge, son éducation…

b1

Photographie © Agathe Lautréamont, 2016

Harmonie

Il nous touche. Face à la puissance de la création, nous sommes sur un pied d’égalité, tous petits face à une merveille qui a traversé le temps ou qui a transcendé les genres. La même idée est exprimée par la scénographie choisie par le musée parisien. Les mélanges sont ici la norme, l’égalité dans la présentation une volonté clairement affirmée.

Sous un même éclairage, au même niveau que les autres pièces, on croise indifféremment une toile de Nicolas de Staël puis un portrait de l’empereur Hadrien, avant de rencontrer une gracieuse chouette sculptée par Pablo Picasso. Que regarde-t-elle, de ses grands yeux ronds ? Elle détaille une plaque figurative issue du royaume du Bénin et dont le sculpteur a probablement vécu au long du XVIIIe siècle. Le mélange prend, et c’est un régal.

ÉCLECTIQUE

23/11/2016 > 02/04/2017

Musée du quai Branly - Jacques Chirac

PARIS

Comment se construit une collection privée au 21e siècle? Portrait d'un ensemble atypique, à travers la vision esthétique et intellectue...

Exposition terminée
PRESSE
MEMBRES

LES DERNIERS ARTICLES

AJOUTER UN COMMENTAIRE