Votre action a été enregistrée avec succès !


expo_une_favori
expo_cercle_1 PICASSO 1932

10/10/2017 > 11/02/2018

Musée Picasso

- PARIS

expo_cercle_2 GAUGUIN

11/10/2017 > 22/01/2018

Galeries nationales du Grand Palais - PARIS
expo_cercle_4 MONET COLLECTIONNEUR

14/09/2017 > 14/01/2018

Musée Marmottan Monet - PARIS

LA NEWSLETTER

Flashback : il y a 40 ans était inauguré le Centre Pompidou

Laura Bourdon 31 janvier 2017

Share on FacebookTweet about this on TwitterGoogle+

Ce mardi 31 janvier 2017, le Centre Pompidou souffle sa 40e bougie ! Aujourd’hui devenu l’un des musées les plus visités au monde, il était pourtant difficile d’imaginer un tel succès lors de son ouverture, en 1977… Projet contesté, affublé de surnoms en tous genre, il créa la polémique avant d’être finalement adopté par le public. Retour sur quelques éléments-clés qui ont marqué l’histoire du Centre Pompidou communément appelé « Beaubourg », aujourd’hui salué pour sa programmation pluridisciplinaire et son dynamisme ! 

Le « Grand projet » du mandat présidentiel de Georges Pompidou

Beaubourg_nuit

Centre Georges Pompidou 

Georges Pompidou a souhaité révolutionner le concept même de musée, un projet qu’il avait à cœur de mener pendant son mandat présidentiel. Son ambition, édifier en plein cœur de Paris un véritable « lieu de vie » où les arts plastiques côtoieraient les livres, la création musicale et cinématographique, jusqu’alors rattachés à des ministères différents.

Comme un nouveau défi lancé à l’académisme des institutions culturelles d’Etat, dans un contexte post-mai 68, Georges Pompidou a pour projet d’accueillir à Paris un musée qui soit résolument moderne et dynamique, un écrin populaire dédié à l’ensemble des arts de son temps.

Le 17 octobre 1977, il déclare lors d’un entretien avec le journal Le Monde : « Je voudrais passionnément que Paris possède un centre culturel comme on a cherché à en créer aux Etats-Unis avec un succès jusqu’ici inégal qui soit à la fois un musée et un centre de création (…). Le musée ne peut être qu’art moderne, puisque nous avons le Louvre. La création serait évidemment moderne et évoluerait sans cesse ».

Pour l’époque, ce musée d’un nouveau-genre était totalement inédit. D’une part, par son côté pluridisciplinaire, et c’était sans parler de l’architecture qui ne tarderait pas à être dévoilée…

Le Centre Pompidou a failli ne pas voir le jour, sans l’intervention d’un certain Jacques Chirac

Pompidou_011

Centre Georges Pompidou

Georges Pompidou fut emporté par la maladie trois ans avant l’ouverture du musée qui portera son nom. A ce moment-là, pendant la présidence de Valéry Giscard d’Estaing, un consensus allait à l’encontre de la création du musée. Sans l’appui de Jacques Chirac alors Premier ministre, le Centre Pompidou aurait pu ne jamais voir le jour.

Passionné par les arts premiers, à l’initiative de l’ouverture du musée du Quai Branly, Jacques Chirac était aussi fervent défenseur du projet de Beaubourg et de la mémoire de son ami et ancien Président de la République ; il aurait même évoqué sa démission pour que le projet du centre culturel aboutisse.

La couleur de la « tuyauterie » a une signification !

OLYMPUS DIGITAL CAMERACentre Georges Pompidou

L’une des grandes particularités du Centre Pompidou, cela ne vous aura pas échappé, c’est sa « tuyauterie » apparente. Tout d’abord, l’intention des architectes (Renzo Piano, Richard Rogers et Gianfranco Franchini) était de placer l’ensemble des services voués à la logistique en dehors du bâtiment, afin d’en libérer totalement l’espace intérieur uniquement dédié à sa vocation muséale. Encore aujourd’hui, une partie des bureaux est d’ailleurs située dans des immeubles alentours.

Canalisations, escaliers électriques, passerelles métalliques : tout ce qui est habituellement caché est ici ostensiblement montré et pleinement assumé par le choix de couleurs vives : jaune pour l’électricité, vert pour l’eau, rouge pour tout ce qui à trait à la circulation des visiteurs.

Il fut accablé de surnoms en tous genres

Que pensaient les visiteurs lors de l’ouverture du Centre Pompidou ? © INA.fr

« Le Pompidolium », « Notre-Dame de la Tuyauterie », « Hangar de l’art », « Usine à gaz », « Raffinerie de pétrole »… On en passe et des meilleurs : dès son inauguration le Centre Pompidou se vit accablé de surnoms en tous genre ; ce qui n’inquiéta pas outre-mesure ses commanditaires, persuadés que l’ensemble architectural audacieux finirait par être adopté par les riverains. Une intuition qui sera vérifiée, puisque le Centre Pompidou remporta malgré tout un vif succès auprès du public et enregistra dès son année d’ouverture 5 fois plus de visiteurs que le nombre escompté.

Son succès a inspiré l’ouverture d’autres grands musées

Conçu comme une ville dans la ville en plein cœur de Paris, doté d’une programmation attractive et d’horaires décalées (le musée proposait par exemple de visiter l’exposition Dalí 24h/24 en 2013, lors des derniers jours de l’exposition), il inspira l’ouverture d’autres musées eux aussi pensés comme de véritables « lieux de vie » dans les années 80-90, abritant une offre culturelle diversifiée, des cafés, des boutiques et des restaurants. Ce fut le cas la Cité des Sciences et de l’Industrie et l’Institut du Monde Arabe.

Beaubourg en quelques chiffres

Vue-exterieure-Centre-Georges-Pompidou-630x405-C-OTCP-Amelie-Dupont-Renzo-Piano-et-Richard-Rogers-I-117-30

Centre Georges Pompidou

Beaubourg concentre en son sein l’une des plus importantes collections d’art moderne et contemporain au monde, totalisant 120 000 œuvres dont seulement 5% sont exposées. Il compte 15 000 m² d’espace pour sa collection permanente, 5 200 pour les expositions temporaires, 3 bibliothèques et des salles dédiées au spectacle vivant.

Plus de 1 000 personnes travaillent pour le musée qui accueille chaque année plus de 3 millions de visiteurs ; il enregistrait en 2016 une hausse de 9% de visite tandis que d’autres institutions muséales parisiennes ont beaucoup souffert des tragédies ayant eu cours cette année-là. Une hausse qui s’explique notamment par la fréquentation de nombreux franciliens et français, alors que d’autres musées comme le Louvre ont pu souffrir de la baisse du tourisme international.

Et maintenant ?

A l’occasion de son 40e anniversaire, l’institution prévoit une programmation riche d’expositions et d’événements culturels partout en France. Aussi, un vaste plan de rénovation à compter de l’année 2018 qui devrait s’étaler sur deux ans. Le week-end du 4-5 février, le musée organise de nombreuses festivités, des performances, spectacles et concerts, ses conditions d’accès seront élargies et l’entrée gratuite pour tous !

Découvrez l’intégralité du programme ici

LES DERNIERS ARTICLES

AJOUTER UN COMMENTAIRE