Votre action a été enregistrée avec succès !


expo_cercle_2 CIAO ITALIA

28/03/2017 > 10/09/2017

Musée de l'histoire de l'immigration - PARIS
expo_cercle_4 STEVEN PIPPIN

14/06/2017 > 11/09/2017

Centre Pompidou - PARIS

LA NEWSLETTER

Le mythe Beethoven à la Philharmonie : l’art dans la musique, la musique dans l’art

Jéremy Billault 27 janvier 2017

Share on FacebookTweet about this on TwitterGoogle+

L’exposition de la Philharmonie consacrée à Ludwig van Beethoven ferme ses portes ce week-end. A la fois objet musical et objet muséal, cette exposition événement est un événement original qu’on vous conseille, une dernière fois, d’aller visiter. bethov11-768x467

Carl Schweninger (1854 – 1912), Beethoven dans un paysage d’orage © Musée de la musique / Jean-Marc Anglès

Depuis son ouverture il y a seulement deux ans, la Philharmonie de Paris a déjà apporté au paysage culturel parisien plusieurs expositions passionnantes autour de son sujet de prédilection : la musique. On se souvient notamment de la grande exposition consacrée à la place de la musique dans l’oeuvre de Marc Chagall ou encore à celles qui se sont consacrées à de grands monuments de l’histoire de la musique comme David Bowie ou plus récemment le Velvet Underground. D’un côté, le rôle, l’influence de la musique dans un certain moment de l’Histoire de l’art, de l’autre une figure musicale emblématique et sa représentation par les arts. La musique pour l’art et l’art pour la musique.

Histoires d’art

Beethoven-s-trumpetwith-Ear-opus131-2007c-Courtesy-of-John-Baldessari-768x508

John Baldessari (né en 1931), Beethoven’s trumpet (with Ear), opus 131, 2007,Los Angeles County Museum of Art, Gift of Margo Leavin
© Courtesy of John Baldessari

Mais avec l’exposition qui s’achève ce week-end, la Philharmonie de Paris a peut-être réussi son plus beau pari, celui d’une exposition totalement musicale dont le sujet est à la fois l’un des piliers de l’histoire de la musique et une source d’inspiration infinie pour l’Histoire de l’art (et même des arts). Tout cela grâce à Beethoven. Tout cela grâce à sa légende, originellement musicale mais instantanément physique et symbolique au jour de sa mort.

Comme nous l’avons évoqué ici récemment, la disparition de Ludwig van Beethoven est un déclic, le point de départ d’un culte, de la célébration protéiforme d’un prophète de la modernité dont les compositions sont les saintes écritures. Saint patron des artistes, maître de toutes les inspirations, Beethoven est la source de multiples expérimentations, dans tous les domaines : en changeant à jamais la musique, il interrogea l’art de la représentation. C’est ce que l’exposition de la Philharmonie nous permet de comprendre parfaitement. Derrière chaque note de Beethoven ou des musiciens qui s’en revendiqueront, difficile de ne pas voir ce visage grave comme il est difficile de ne pas entendre les notes tout aussi graves des symphonies du maître. Heureusement pour nous, la Philharmonie nous permet de faire les deux en même temps.

LES DERNIERS ARTICLES

AJOUTER UN COMMENTAIRE