Votre action a été enregistrée avec succès !


expo_une_favori
expo_cercle_1 PHOTOGRAPHISME

08/11/2017 > 29/01/2018

Centre Pompidou

- PARIS

expo_cercle_3 ANDRÉ DERAIN, 1904 - 1914

04/10/2017 > 29/01/2018

Centre Pompidou - PARIS
expo_cercle_4 LA FOLIE EN TÊTE

16/11/2017 > 18/03/2018

Maison de Victor Hugo - PARIS

LA NEWSLETTER

Après trois ans de travaux, le Musée d’art islamique d’Égypte rouvre enfin ses portes

Agathe Lautréamont 27 janvier 2017

Share on FacebookTweet about this on TwitterGoogle+

Il y a trois ans, une attaque visant le siège de la Direction de la Sécurité du Caire (au moment où le pays fêtait le troisième anniversaire du soulèvement qui renversa le président Hosni Moubarak), ravageait une partie du Musée national d’Égypte d’Art Islamique, une institution culturelle majeure de la capitale égyptienne. Il aura fallu des travaux importants et un vaste processus de restauration pour que l’espace muséal soit remis en état et puisse à nouveau accueillir de nombreux visiteurs, en ce début d’année 2017.

XVM7d6bdc52-e21d-11e6-a30c-7e0318ea1240

Le musée a ouvert ses portes ce janvier © Mohamed Abd el Gany – Reuters

Un signe d’espoir, un acte de résistance face aux groupuscules armés et autres formations militantes ? Peut-être tout cela à la fois. En 2014, un attentat à la voiture piégée qui visait le siège de la Direction de la Sécurité du Caire, endommageait considérablement le Musée national d’Égypte d’art islamique. Cette attaque avait été commise alors que le pays fêtait en grande pompe le troisième anniversaire de la chute du président Hosni Moubarak.

Il aura fallu trois longues années de rénovation pour qu’enfin, le centre culturel puisse accueillir à nouveau le public. Au Caire, ce musée possède l’une des plus importantes collections au monde d’art islamique : pas moins de 100 000 objets allant des Omeyyades aux Ottomans et couvrant une période s’étirant du VIIe au XXe siècle. La rénovation de cet espace a été rendue possible grâce aux efforts (et aux fonds) conjoints des Émirats Arabes Unis, de la Suisse, des États-Unis, de l’Italie et de l’Unesco.

art

L’entrée du musée, suite à l’attentat de 2014 © Unesco

Un acte de résistance

Pour les autorités égyptiennes, cette réouverture est le signe manifeste que le pays ne pliera pas face aux attaques terroristes. Lors de l’inauguration de l’espace reconstruit, l’ancien ministre des Antiquités d’Égypte, Mamdouh al-Damaty n’a pas dissimulé sa joie face à une « grande inauguration du plus important musée d’objets d’art islamique dans le monde. »

Il a poursuivi : « Le Musée islamique d’Art est l’un des uniques musées contenant 100.000 objets islamiques de diverses époques islamiques et provenant aussi de divers lieux, de l’Iran à l’Andalousie. Une collection véritablement unique qui dit, via cette inauguration, que l‘Égypte est capable de relever le défi et peut transformer tout événement malheureux en une victoire et avec des résultats dignes de notre fierté, et j’espère que ce sera un bon début pour favoriser le tourisme, à la fois national et international. »

unesco 2

L’intérieur du musée, suite à l’attentat de 2014 © Unesco

Des oeuvres définitivement perdues

Pourtant, le pari n’était pas gagné d’avance pour ce musée dont les origines remontent à 1903. Les experts en restauration ont cependant réussi à sauver quelque 179 pièces qui avaient été endommagées lors de l’attaque, à l’exception de dix-neuf autres, définitivement perdues. Dans le nouveau parcours des collections permanentes, plus de 4400 objets sont présentés au public et parmi eux, quatre cents ont été sortis des réserves à cette occasion ; ils n’avaient jusqu’alors jamais été exposés dans le musée et dormaient dans les réserves.

Interrogé par le journal Africa News, Hamdy Abdel Moneim, qui était en charge de la direction du processus de restauration, a livré quelques détails : « Nous avons sauvé, ou même ressuscité 95 % des objets d’art qui ont été endommagés, et heureusement, ils sont tous revenus à leur état d’origine. Bien sûr, nous montrons parfois délibérément des signes de restauration, ce qui ne fait qu’ajouter à la beauté des objets. » Des salles supplémentaires, dédiées à l’armement, à la numismatique, à la médecine, à l’astronomie et à l’art du tissage ont été ajoutées au parcours permanent afin d’enrichir l’expérience de visite.

unesco

L’intérieur du musée, suite à l’attentat de 2014 © Unesco

Relancer le tourisme

Khaled el-Enany, actuel Ministre des Antiquités d’Égypte a été interrogé par l’agence de presse Reuters suite à cette réouverture exceptionnelle. Pour lui, ce musée renfermant 1300 ans de la civilisation musulmane en Égypte est aussi un moyen de combattre le terrorisme. L’édile espère que cette renaissance de l’institution culturelle permettra de donner un coup de pouce au tourisme, en chute libre en Égypte depuis les événements du Printemps Arabe, en 2011.

Le pays a en effet, suite à la destitution du président Hosni Moubarak, connu de longues années d’instabilité politique et de violences. Et depuis le coup d’État soutenu par le général Abdel Fattah al-Sissi (élu en 2014 président de la République arabe d’Égypte avec 96,1 % des suffrages), l’Égypte doit également faire face à des attentats perpétrés par le groupe terroriste État Islamique.

LES DERNIERS ARTICLES

AJOUTER UN COMMENTAIRE