Votre action a été enregistrée avec succès !


expo_une_favori
expo_cercle_1 PHOTOGRAPHISME

08/11/2017 > 29/01/2018

Centre Pompidou

- PARIS

expo_cercle_3 DEGAS

28/11/2017 > 25/02/2018

Musée d'Orsay - PARIS
expo_cercle_5 ANDRÉ DERAIN, 1904 - 1914

04/10/2017 > 29/01/2018

Centre Pompidou - PARIS

LA NEWSLETTER

« Picasso plein soleil » : la nouvelle expo de l’aéroport Paris-CDG !

Laura Bourdon 25 janvier 2017

Share on FacebookTweet about this on TwitterGoogle+

Visiter une expo dans un aéroport : un concept insolite et original, mis en place par l’aéroport de Paris-Roissy Charles de Gaulle il y a maintenant quatre ans, qui dénombre déjà sept expositions à son actif. Son Espace musée offre une surface de 250 m² d’exposition au cœur d’un lieu des plus cosmopolites, le terminal 2 E, où transitent chaque jour près de 6000 voyageurs. Après Auguste Rodin ou Dubuffet, c’est au tour de Pablo Picasso d’investir le lieu avec plus de 30 œuvres originales – en collaboration avec le musée Picasso. Lumière sur une initiative innovante !

cover-r4x3w1000-5882296daca67-Maquette picasso plein soleil

Maquette de l’exposition Picasso © graphisme agence les Pistoleros

Voilà une excellente idée pour conjurer l’ennui des traditionnelles deux heures d’attente à l’aéroport avant embarquement. Jusqu’au 15 juin 2017, « Picasso plein soleil » investit le Terminal 2 E, Hall M, de l’aéroport de Paris-Charles de Gaulle. Une exposition libre d’accès, gratuite et sans vigile à l’entrée, étant donné sa situation dans l’un des espaces les plus sécurisés au monde : un hub géant de plus de 800 mètres de long qui abrite nombre de commerces de luxe et autres stands de dégustation de caviar.

Là, l’architecte Jean Wilmotte a conçu un espace de 250 m² dont 60 mètres linéaires de vitrines entièrement dédié à l’art, autrement dit, une véritable bulle d’art en plein cœur d’un univers commercial, intitulée l’Espace musée. « Nous avons voulu un lieu ouvert, facile d’accès, qui permette de sensibiliser à un artiste dont les œuvres sont universellement appréciées », explique Francis Briest, co-fondateur de l’agence Artcurial et organisateur de l’exposition.

Picasso et la Côte d’Azur

97-023937

Nu couché et homme jouant de la guitare, Pablo Picasso, 1970 © Musée Picasso

Réalisée en partenariat avec le musée Picasso, « Picasso plein soleil » offre à ses visiteurs 35 créations du maître produites alors qu’il célébrait le soleil méditerranéen lors de son installation sur la Côte d’Azur. Cette période, aussi synonyme de bonheur intense pour l’artiste, fut particulièrement prolifique.

Sculptures, peintures réalisées depuis les hauteurs du Château de Grimaldi et découverte de la céramique dans la ville de Vallauris, le monde méditerranéen ne cessa d’inspirer l’artiste. Et c’est précisément le sujet de l’exposition, qui rassemble, entre autres, Le déjeuner sur l’herbe d’après Manet, La Chèvre et le célèbre Nu couché et homme jouant à la guitare, peint en 1970.

Deux expositions thématiques par an

XVMf9df13fa-e17b-11e6-a9f2-d7d0570b818b-805x453

Vue de l’exposition © Olivia Brooks

Avec ses deux expositions thématiques par an, l’Espace musée compte d’ores-et-déjà quelques expositions à son actif. Il présentait notamment lors de son inauguration une exposition dédiée au sculpteur Auguste Rodin sur la thématique de l’envol ; les porcelaines de Sèvres et une expo Dubuffet ont aussi été organisées.

Bien que ce concept soit novateur, la dynamique existe par ailleurs dans quelques autres aéroports, notamment à Amsterdam-Schipol qui dédie son espace muséal exclusivement à la présentation d’œuvres du Rijkmuseum. Le célèbre galeriste américain Larry Gagosian a aussi ouvert son propre espace au Bourget, afin d’y montrer des œuvres souvent monumentales aux côtés de jets privés de collectionneurs.

Selon le gestionnaire de l’aéroport, 15 à 20% des 6000 visiteurs quotidiens se laisseraient tenter par une pause artistique à l’Espace musée. Une initiative dont la vocation ne s’inscrit pas dans une logique de rentabilité immédiate, comme l’indique le directeur de la communication Benjamin Perret, mais qui vise plutôt à capter la clientèle internationale et notamment asiatique ; afin qu’ils puissent « emporter avec eux une dernière image de la magie de la France ».

LES DERNIERS ARTICLES

AJOUTER UN COMMENTAIRE