Votre action a été enregistrée avec succès !


expo_une_favori
expo_cercle_1 CÉSAR

13/12/2017 > 26/03/2018

Centre Pompidou

- PARIS

expo_cercle_2 DEGAS

28/11/2017 > 25/02/2018

Musée d'Orsay - PARIS
expo_cercle_3 PHOTOGRAPHISME

08/11/2017 > 29/01/2018

Centre Pompidou - PARIS
expo_cercle_5 ANDRÉ DERAIN, 1904 - 1914

04/10/2017 > 29/01/2018

Centre Pompidou - PARIS

LA NEWSLETTER

Les aquarelles de Thomas Huber au Centre Culturel Suisse

exponaute 20 janvier 2017

Share on FacebookTweet about this on TwitterGoogle+

Niché en plein cœur du quartier du Marais à Paris, le Centre Culturel Suisse a lancé sa nouvelle saison d’expositions de l’année 2017 avec une pointure de l’art contemporain : Thomas Huber. Né en 1955 à Zürich mais aujourd’hui établi à Berlin pour son travail, le créateur peut se targuer d’avoir été exposé aux quatre coins de l’Europe et d’avoir à son actif pas moins de quarante-cinq ouvrages ! Jusqu’au 2 avril 2017, Huber a investi le premier étage du Centre Culturel Suisse, bel espace aux murs blancs et aux beaux volumes, avec une exposition pourtant épurée, qui joue davantage sur la réflexion plutôt que sur le sensationnel. Visite.

hub 3

Thomas Huber, Wenn Die Brünnlein fließen © Bild Kunst, Bonn

Investir le lieu sans pour autant le dénaturer. Proposer ses œuvres tout en demeurant discret. Et surtout, réaliser une mise en abyme surprenante, puisque l’espace d’exposition est représenté directement sur les œuvres exposées. Dans le nouveau parcours du Centre Culturel Suisse, Thomas Huber arrive comme sur la pointe des pieds, avec des aquarelles délicates, aux couleurs douces et à dominantes froides, simplement punaisées aux murs.

Les feuilles blanches se mêlent donc au blanc des murs du centre culturel au cœur du très animé quartier du Marais, à Paris. On monte quelques marches et l’on découvre une poignée d’œuvre, un peu moins d’une vingtaine. Celles-ci ne sont ni encadrées, ni protégées par une vitre. Thomas Huber le revendique : ces artifices créent une distance entre les créations et le visiteur, entre le créateur et le public.

Pas de fioritures donc avec le travail de l’artiste suisse. L’idée est de proposer aux curieux de s’approcher, encore et toujours, détailler les traits, les coups de pinceau, l’épaisseur ou la finesse de la couleur apposée sur les œuvres. Une proximité réjouissante et qui permet de mieux se plonger dans l’univers érotique et un brin psychanalytique de l’artiste.

hub 2

Thomas Huber, Gussform, 2016 ©  Bild Kunst, Bonn

Car il faut l’admettre, le thème qui court comme un fil rouge le long de l’exposition a de quoi surprendre, même si avec le titre de celle-ci, « Extase », on avait été plus ou moins prévenus !  La thématique peut paraître irrévérencieuse, puisqu’après tout, nous sommes face à un artiste masculin qui s’apprête à nous parler de la sexualité féminine.

Pourtant, l’idée même d’irrévérence s’estompe vite à partir du moment où l’on prend le temps d’observer le travail de Thomas Huber. Toutes les aquarelles que l’on retrouve dans l’exposition ont comme trame conductrice le corps féminin, sa célébration, sa révélation. Ce qui est traditionnellement caché par la pudeur, la morale ou simplement les codes sociaux est ici révélé pleinement.

Les couleurs pastel utilisées par le peintre nous aident à mieux entrer dans un monde qui est avant tout d’une grande douceur. Les œuvres ne sont pas là pour choquer ou faire parler d’elles. Eros est présent absolument partout.

hub

Thomas Huber, Sans titre, 2016 © Bild Kunst, Bonn

On pense à Sigmund Freud et la signification des rêves. On pense aux toutes premières études sur la sexualité féminine réalisées en Angleterre au XIXe siècle. On pense à la façon dont les médecins des siècles passés considéraient l’hystérie (qui dérive du terme grec « hustera » signifiant… utérus), névrose féminine.

On pense aux tabous contemporains encore très ancrés dans les esprits dès qu’il est question de la sexualité, en particulier féminine. On pense au mutisme sur le plaisir féminin, qui paraît encore mystérieux. Avec ses aquarelles érotiques, Thomas Huber expose au grand jour les tabous, pose des questions intéressantes voire nécessaires.

THOMAS HUBER

21/01/2017 > 02/04/2017

Centre culturel suisse

PARIS

Thomas Huber prend possession de l’espace du CCS et se dédie à la figure d’Éros. Le peintre (né en 1955, vit à Berlin), y réalise ...

Exposition terminée
PRESSE
MEMBRES

LES DERNIERS ARTICLES

AJOUTER UN COMMENTAIRE