Votre action a été enregistrée avec succès !


expo_une_favori
expo_cercle_1 GAUGUIN

11/10/2017 > 22/01/2018

Galeries nationales du Grand Palais

- PARIS

expo_cercle_3 PICASSO 1932

10/10/2017 > 11/02/2018

Musée Picasso - PARIS
expo_cercle_4 RUBENS

04/10/2017 > 14/01/2018

Musée du Luxembourg - PARIS
expo_cercle_5 IRVING PENN

21/09/2017 > 29/01/2018

Galeries nationales du Grand Palais - PARIS

LA NEWSLETTER

Otto Dix et le Retable d’Issenheim, destins croisés

Jéremy Billault 19 janvier 2017

Share on FacebookTweet about this on TwitterGoogle+

A l’occasion du 125ème anniversaire d’Otto Dix, le musée Unterlinden accueille une exposition au sujet passionnant : Otto Dix et le Retable d’Issenheim (pièce maîtresse de la collection du musée). Une centaine de tableaux, venus, entre autres, du Centre Pompidou ou du MoMA, et surtout un rapport fascinant entre une oeuvre et un artiste, inspiré tout au long de sa carrière par son influence. Histoire. 

11

C’est un double anniversaire qui tombe à pic. D’un côté, le 125ème anniversaire de la naissance d’Otto Dix, expressionniste de génie au destin si particulier. De l’autre, le retable d’Issenheim, chef-d’oeuvre de renommée internationale conservé au musée Unterlinden de Colmar. Tous deux sont réunis dans une exposition événement : la première monographie consacrée à Otto Dix depuis une quinzaine d’années et également la première exposition temporaire du musée Unterlinden depuis sa réouverture en 2015. Une exposition fascinante tant les liens qui unissent Otto Dix et l’oeuvre peinte par Grünewald au XVIème siècle sont nombreux et prolifiques.

Fascination

anno

Otto Dix, Annonciation, 1950, Collection particulière, Ph © Cosimo Filippini © Adagp, Paris 2016

Redécouvert au milieu du XIXème siècle par l’élite culturelle allemande après avoir été saisi par les commissaires de la Révolution, le Retable d’Issenheim attire les foules et devient rapidement une source d’inspiration intarissable pour les artistes de l’époque, notamment face à l’horreur de la Première Guerre Mondiale. C’est notamment, et surtout, le cas d’Otto Dix. Dès ses débuts, dès sa première période expressionniste, Otto Dix semble citer le Retable avec subtilité à travers des motifs réinterprétés, sans pour autant y faire ouvertement référence. Face à l’engouement de l’époque, l’artiste a probablement pris connaissance du Retable d’Issenheim à travers les reproductions qui foisonnaient à l’époque, même s’il est possible qu’il ait pu l’apercevoir lorsqu’il fut montré à Munich.

annonciation

Retable d’Issenheim (1ère ouverture – détail de l’Annonciation), Grünewald, 1512- 1516, Musée Unterlinden, Colmar

Pour Otto Dix, la Première Guerre Mondiale est une révélation : à la fois plongée dans le chaos et dans une transition sociétale radicale. A la fin du conflit, choqué, hanté, bouleversé, il fait appel aux codes et même aux techniques des maîtres anciens pour représenter avec un certain réalisme l’horreur de ce que le monde vient de vivre. C’est ici qu’interviennent les premières références évidentes au Retable d’Issenheim. Des postures, des gestes, des détails qui lui apporteront un surnom symbolique : « le nouveau Grünewald ».

triiiii

Cycle de La Guerre, 1924, Vaduz, Otto Dix Stiftung. De gauche à droite : Écroulement d’une tranchée, Ravitaillement près de Pilkem, Position abandonnée près de Neuville

A l’arrivée d’Hitler au pouvoir, Otto Dix, comme beaucoup d’artistes de l’époque, est considéré comme « artiste dégénéré » et démissionne de son poste à l’Académie des Beaux-Arts de Dresde, plus d’une centaine de ses œuvres sont confisquées par le régime, certaines apparaîtront même dans l’exposition « Entarterte Kunst » (l’art dégénéré).  Émigré vers le sud de l’Allemagne, il se consacre alors à des sujets apolitiques, à des paysages et, surtout à des sujets bibliques.

Colmar

6245162310_d7bbcaaee2_b

Otto Dix, Portrait d’un prisonnier de guerre, 1945, Ph © Colmar, musée Unterlinden © Adagp, Paris, 2016

Mais pendant les toutes dernières années, Otto Dix est contraint d’aller au front : enrôlé en 1945, il sera rapidement arrêté et conduit dans un camp de prisonniers Allié. Coup du sort, ce camp sera celui du Logelbach, à Colmar. Reconnu par un lieutenant, Otto Dix sera placé dans une section spéciale, réservée aux artistes, et pourra travailler dans l’atelier d’un peintre local. Au mois de juillet suivant, le Retable d’Issenheim est réinstallé au musée Unterlinden de Colmar : «J’ai vu deux fois le Retable d’Issenheim, écrira t-il, une œuvre impressionnante, d’une témérité et d’une liberté inouïes, au-delà de toute « composition », de toute construction, et inexplicablement mystérieuse dans ses différents éléments ».

A la fin de sa vie, Otto Dix mis de côté le Retable dans son oeuvre mais, comme le rapportera le médecin Hans Kinkel,  « Il a cloué sur la porte de l’atelier une carte postale avec la reproduction du Saint Jean du Retable d’Issenheim. » L’histoire ne se terminera donc jamais vraiment car en 2017 et pour longtemps, la peinture d’Otto Dix restera intimement liée au chef d’oeuvre de Grünewald.

LES DERNIERS ARTICLES

AJOUTER UN COMMENTAIRE