Votre action a été enregistrée avec succès !


expo_une_favori
expo_cercle_1 ENTRE L'ART ET LA MODE

11/11/2016 > 26/02/2017

Galerie Azzedine Alaïa

- PARIS

expo_cercle_2 PETER CAMPUS

14/02/2017 > 28/05/2017

Jeu de Paume - PARIS
expo_cercle_3 ÉLI LOTAR

14/02/2017 > 28/05/2017

Jeu de Paume - PARIS
expo_cercle_5 GAO BO

08/02/2017 > 09/04/2017

Maison Européenne de la Photographie (MEP) - PARIS

LA NEWSLETTER

Stéphane Duroy au BAL : exil, identité et mémoire

Jéremy Billault 10 janvier 2017

Share on FacebookTweet about this on TwitterGoogle+

Jusqu’au mois d’avril prochain, le BAL accueille une exposition rétrospective du travail d’un artiste tout à fait singulier : Stéphane Duroy. Longtemps photographe en quête d’identité et de réponses face à l’Histoire de l’Europe, l’artiste travaille aujourd’hui ses propres photos, devenues nouvelles matière première. 

leurope-du-silence-2-1

© Stéphane Duroy

Des souvenirs, des images, des fantômes… S’il annonce clairement avoir une approche subjective des traumatismes qu’a subit l’Europe au XXème siècle, Stéphane Duroy touche une corde encore sensible chez beaucoup d’entre nous. En ce début d’année 2017, le BAL accueille une rétrospective en deux partie du travail de l’artiste-photographe, axée sur ses longues pérégrinations à travers l’Europe, puis les Etats-Unis. Plusieurs dizaines d’années de voyages à travers les époques et les continents, à travers une mémoire saisissante, une longue période d’exil passée à « fuir l’insupportable » tout en témoignant.

distress-2

© Stéphane Duroy

L’Angleterre, l’Allemagne, la Pologne puis les Etats-Unis et toujours des stigmates ou des symboles, ceux que perçoit Stéphane Duroy, ceux qui nous sautent aux yeux dans l’exposition. Le périple commence à la fin des années 70 et ne s’arrêtera jamais vraiment. De chaque voyage, de chaque présence ici où là, découle un livre, une publication et c’est cette forme-là que Stéphane Duroy a le plus travaillé récemment, reprenant ses anciens clichés dans une déconstruction radicale et méditative. En 1977, Stéphane Duroy fait face à la détresse contemporaine, celle d’une Angleterre en pleine mutation, où les marginaux abandonnés par le système sont nombreux. Un homme dort sur un banc, des ouvriers se réunissent, le poids de l’époque pèse déjà. En silence.

usa2

© Stéphane Duroy

C’est d’ailleurs le titre d’un autre de ses ouvrages : L’Europe du Silence, une longue quête personnelle d’identité face à une histoire douloureuse et palpable partout. A Berlin, la guerre, les guerres, le mur qui s’effondre sur un cliché magistral. A Auschwitz, le silence, le froid, la nature témoin et l’humanité meurtrie. Comme beaucoup d’autres avant lui, Stéphane Duroy poursuit son exil en traversant l’Atlantique pour arriver aux Etats-Unis. D’abord à Coney Island, puis dans le Montana, il saisit en détail le destin et les espoirs de ces migrants-là, arrivés en terre promise, en quête d’un rêve américain qui n’est qu’une façade.

unknown-3-1

© Stéphane Duroy

Mais le voyage de Stéphane Duroy ne s’arrête pas là : la deuxième partie de l’exposition est une grande installation constituée d’exemplaires de Unknown, publication issue de ce voyage en Amérique. Après sa parution en 2007, le livre devient une nouvelle matière première, matière à collage, à découpage, dans laquelle il taille, il ajoute, il dessine, il peint dans une toute nouvelle approche du souvenir commun, comme toujours, et du souvenir personnel que représente ces photos-là. Le résultat est un voyage au cœur de l’homme, de l’artiste, dont la sensibilité évolue en permanence pour, finalement, réfléchir à partir d’elle-même.

STÉPHANE DUROY

06/01/2017 > 09/04/2017

Le BAL

PARIS

Et si l’œuvre de Stéphane Duroy était un exil ? Après quarante années d’un périple obsessif sur les traces de la vieille Europe ju...

46
jours restants
PRESSE
MEMBRES

LES DERNIERS ARTICLES

AJOUTER UN COMMENTAIRE