Votre action a été enregistrée avec succès !


expo_une_favori
expo_cercle_1 LE PAYSAGE MYSTIQUE

14/03/2017 > 25/06/2017

Musée d'Orsay

- PARIS

expo_cercle_3 JARDINS

15/03/2017 > 24/07/2017

Galeries nationales du Grand Palais - PARIS
expo_cercle_4 OLGA PICASSO

21/03/2017 > 03/09/2017

Musée Picasso - PARIS
expo_cercle_5 DE ZURBARÁN À ROTHKO.

03/03/2017 > 10/07/2017

Musée Jacquemart-André - PARIS

LA NEWSLETTER

Popcorn : retour aux origines communes du design et du cinéma

exponaute 9 janvier 2017

Share on FacebookTweet about this on TwitterGoogle+

Au mois de mars prochain, le Musée d’Art Moderne et Contemporain de Saint-Etienne accueillera une exposition qui s’annonce déjà comme incontournable. Organisée en marge de la 10ème Biennale Internationale du Design, l’exposition profitera de son thème (le travail) pour réunir l’art, le cinéma et le design à travers des origines et des enjeux communs.

eames-movie-set-1

 ©Eames Office

A l’annonce d’une exposition consacrée au rapport qu’entretiennent le design et le cinéma, on serait tenté d’imaginer d’avance ce qu’on va voir : des meubles emblématiques aperçus dans tel ou tel film, l’un servant de décor à l’autre. Heureusement pour nous, Popcorn – Art, Design et Cinéma, la prochaine exposition du Musée d’Art Moderne et Contemporain de Saint-Etienne est loin de se réduire à cela. Sous le commissariat d’Alexandra Midal, professeur en histoire et théorie du design à la HEAD-Genève et de Sébastien Delot, ancien conservateur du musée, l’exposition Popcorn sera consacrée aux problématiques que partagent le design et le cinéma depuis leur création respective quasi-contemporaine à la fin du XIXème siècle.

kodak5_tacita-dean

Tacita Dean, Kodak, 2006 © ADAGP, Paris 2017

Car fondamentalement, le design et le cinéma partagent un grand nombre de problématiques : tous deux produits de la technologie, symboles de la modernité, ils ont rapidement connu le même destin. Le premier, projet engagé en faveur du plus grand nombre, politique et idéologique, comme le second, attraction créative et divertissement, ont été, rapidement après leur apparition, engloutis par les lois du marché et leurs exigences. En tant que témoins directs des mutations de la société de l’époque, le design et le cinéma apportent, par le biais de cette édition, leur pierre à l’édifice de la 10ème Biennale Internationale du Design de Saint-Etienne dont le thème sera Working promesse – les mutations du travail.

elgrito_chemical-plant

El Ultimo Grito, A Remasterialisation of Systems : Chemical Plant, 2013 ©El Ultimo Grito

L’apparition de ces pratiques de la modernité coïncide effectivement avec la métamorphose accélérée des mondes du travail à la fin du XIXème siècle et à l’industrialisation de masse. La Révolution Industrielle, la nouvelle utilisation des corps, les transformations sociétales : ce qui touche au travail devient une problématique pour le design, un sujet pour le cinéma. Mais l’exposition ira plus loin : si les designers ont été nombreux à participer à l’essor du cinéma, esthétiquement comme techniquement, l’inverse est aussi parfois vrai. Dans tous les cas, il s’agit de raconter une histoire, de vendre du rêve, de trahir la morosité du réel en s’en éloignant, par la forme comme par le fond. Ainsi, toute une partie de l’exposition sera consacrée au Western, à ce Far West qui inspira tant d’artistes et de designers (notamment Roger Tallon) puis, toujours plus loin du quotidien, à la lune, longtemps objet d’un désir impossible à atteindre.

eames-movie-set-4

Charles and Ray Eames, Movie Sets, 1971 ©Eames Office

Rendez-vous donc en mars prochain pour une exposition qui compte prendre son sujet à bras le corps, en misant sur l’inattendu et sur des facéties de scénographies que l’on a hâte de découvrir. Une nouvelle vision du Design, source méconnue mais réelle d’inspiration pour d’autres champs artistiques, qui s’annonce des plus passionnantes.

LES DERNIERS ARTICLES

AJOUTER UN COMMENTAIRE