Votre action a été enregistrée avec succès !


expo_une_favori
expo_cercle_1 ENTRE L'ART ET LA MODE

11/11/2016 > 26/02/2017

Galerie Azzedine Alaïa

- PARIS

expo_cercle_2 PETER CAMPUS

14/02/2017 > 28/05/2017

Jeu de Paume - PARIS
expo_cercle_3 ÉLI LOTAR

14/02/2017 > 28/05/2017

Jeu de Paume - PARIS
expo_cercle_5 BERNARD BUFFET

18/10/2016 > 05/03/2017

Musée de Montmartre - PARIS

LA NEWSLETTER

Le street-artist C215 rend hommage aux victimes des attentats de janvier 2015

Agathe Lautréamont 9 janvier 2017

Share on FacebookTweet about this on TwitterGoogle+

En janvier 2015, la France basculait dans la terreur avec les attentats de Charlie Hebdo, de Montrouge et de l’Hyper-Cacher. Deux ans après ces bouleversements, le street-artist C215 a décidé de rendre hommage, à sa manière, aux victimes mais également aux héros de ces événements. Cabu, Charb, Tignous, Lassana Bathily, Clarissa Jean-Philippe… À l’aide de ses pochoirs et de ses bombes de peinture, C215 a reproduit le visage de ces hommes et femmes non loin des lieux où se sont déroulés les drames de janvier 2015, dans une démarche mémorielle et citoyenne.

Portrait de Tignous à Montreuil, sa ville #c215 #tignous #quentinhoudas #jesuischarlie

Une photo publiée par C215 (@christianguemy) le

© Compte Instagram de C215

Des pochoirs aux couleurs vives, des traits vifs et précis. On reconnaît d’emblée la « patte » du street-artist C215, dont nous vous avions déjà parlé il y a quelques mois sur exponaute. Deux ans après les attentats qui ont ensanglanté la France en janvier 2015, l’artiste de rue s’est interrogé sur ce qu’il restait de la fédération de la population française, après les attentats. Cette fédération totale, unique, qui a poussé des anonymes à se rassembler spontanément sur la Place de la République dès le soir du 7 janvier, à la mémoire des victimes de la rédaction de Charlie Hebdo. C215, Christian Guémy à la ville, se sentait mélancolique de cette union citoyenne et a choisi à son tour de réaliser un acte citoyen, deux ans après les faits.

© Compte Instagram de C215

C’est ainsi que C215 s’est rendu, en tant que pochoiriste mais surtout en tant que citoyen français, sur les lieux des divers attentats qui ont endeuillé la France au début du mois de janvier 2015. En mémoire des victimes de l’hyper-cacher, de Montrouge et de Charlie Hebdo, le graffeur a réalisé des pochoirs représentant les visages des victimes, mais aussi des héros, comme Lassana Bathily, qui aida à plusieurs clients du magasin de la Porte de Vincennes à se cacher.

Rue Nicolas Appert, aux anciens locaux de Charlie… se souvenir. #charb#cabu tignous #jesuischarlie #c215

Une photo publiée par C215 (@christianguemy) le

© Compte Instagram de C215

La première fresque à avoir été réalisée fut celle du visage de Clarissa Jean-Philippe, jeune policière de 25 ans abattue dans une rue de Montrouge par le terroriste Amedy Coulibaly. Pour cette fresque, l’urgentiste et contributeur de Charlie Hebdo Patrick Pelloux a tenu à aider C215. L’idée des deux hommes était de ramener un peu de vie dans le tag, avec de la couleur, des traits vifs et surtout, un visage souriant. Même si la policière n’est plus là, il s’agit de ne pas tomber dans le macabre pour l’artiste de rue.

© Compte Instagram de C215

Puis vient le tour du visage de Lassana Bathily à être représenté à quelques mètres du magasin où il travaillait. C215 se défend de toute récupération, estimant qu’il n’est qu’artiste et qu’il combat le fanatisme et les semeurs de mort avec les moyens dont il dispose. Et à ceux qui disent que peindre une fresque est inutile, il rétorque que ne rien faire est tout aussi inutile. Ses peintures ne sont pas des placards publicitaires, aussi ne sont-elles pas trop grosses, bien sûr non signées et légèrement écartées des lieux du drame afin de ne pas parasiter le lieu de mémoire.

#jesuisclarissa #montrouge #jesuischarlie #inmemoriam #c215

Une photo publiée par C215 (@christianguemy) le

© Compte Instagram de C215

Les œuvres de C215 sont offertes à la rue, à taille humaine et à la portée de chacun. Mais art de rue ne signifie pas simple graffiti. C215 a passé de longues heures  à élaborer les pochoirs des visages de la rédaction de Charlie Hebdo, se livrant à toute une réflexion sur chaque personne, se demandant à quel point un visage pouvait parfaitement refléter une personnalité. Une façon originale et personnelle donc, de mener un combat contre l’obscurantisme religieux, contre ceux qui voudraient réduire au silence la liberté d’expression.

LES DERNIERS ARTICLES

AJOUTER UN COMMENTAIRE