Votre action a été enregistrée avec succès !


expo_une_favori
expo_cercle_1 CÉSAR

13/12/2017 > 26/03/2018

Centre Pompidou

- PARIS

expo_cercle_2 DEGAS

28/11/2017 > 25/02/2018

Musée d'Orsay - PARIS
expo_cercle_3 PHOTOGRAPHISME

08/11/2017 > 29/01/2018

Centre Pompidou - PARIS
expo_cercle_5 FRANÇOIS 1ER ET L'ART DES PAYS-BAS

18/10/2017 > 15/01/2018

Musée du Louvre - PARIS

LA NEWSLETTER

Le célèbre photographe de guerre Don McCullin distingué par la reine d’Angleterre

Laura Bourdon 3 janvier 2017

Share on FacebookTweet about this on TwitterGoogle+

A l’occasion de la traditionnelle liste de distinctions royales du Nouvel An, le photographe et reporter Don McCullin s’est vu élever au rang de chevalier par la reine Elisabeth II pour « service rendu à la photographie ». Une récompense qui salue toute l’étendue et la profondeur de l’œuvre photographique d’un homme qui depuis toujours, sillonne le monde entier pour en saisir les pires souffrances.

don-mccullin-portrait

Portrait de Don McCullin

Outre l’ex-Spice Girl Victoria Beckham (élevée au rang d’officier de l’Ordre de l’Empire britannique) ou encore la rédactrice en chef de l’édition américaine du magazine Vogue Anna Wintour (elle devient Dame Commandeur), Don McCullin, véritable légende pour des générations entières de photographes, se voit nommé chevalier à l’âge de 81 ans par la reine d’Angleterre, lors de la traditionnelle remise des distinctions royales du Nouvel An.

Il est l’un des plus célèbres « photographes de guerre », terme qu’il qualifie lui-même « d’horrible » préférant de loin que l’on se souvienne de lui comme d’un photographe créatif capable d’une immense tendresse. Ses photographies sont devenues pour certaines emblématiques, rapportant les conflits du Vietnam, de l’invasion turque de Chypre ou encore de la Syrie, où il part, appareil photo en bandoulière, âgé de 77 ans.

09523b1d0c99b98359b179b2bfede37b

Somerset, 2014 © Don Mc Cullin

Qu’il s’agisse de sa banlieue natale de Londres, des tragédies qui se jouent à l’étranger ou des photos de paysages, les étendues bucoliques de sa région d’habitation le Somerset (Angleterre du Sud-Ouest), Don McCullin capture dans ses clichés l’intensité de la souffrance que les hommes s’infligent, partout dans le monde.

Né d’une famille pauvre dans le quartier de Finsbury Park à Londres, Don McCullin quitte l’école à l’âge de 15 ans pour son service militaire à la Royal Air Force. C’est à ce moment qu’il découvre et se passionne pour la photographie ; il enchaînera néanmoins les petits boulots jusqu’en 1959, année où l’un de ses clichés du gang londonien « The Guvnors » est publié par le magazine The Observer, alors à la pointe du journalisme d’investigation et du reportage critique, avec lequel il signe un contrat.

shellshockedmarine177

Soldat américain commotionné attendant son transport à l’arrière, offensive du Têt, Huê, Sud-Vietnam, février 1968 © Don McCullin

Sa plus longue collaboration reviendra au prestigieux magazine Sunday Times. Vietnam, Cambodge, Beyrouth, Liban, Afghanistan, le photographe sillonne le monde entier, en proie à tous les dangers, se portant témoin des pires horreurs du monde : ses conflits civils, militaires et ses famines. « Mon enfance pauvre m’a préparé à couvrir les conflits et à montrer la vérité. J’ai voulu présenter des images pour qu’on ne détourne pas la tête en les voyant. (…) Ma seule motivation est que les gens s’arrêtent et réfléchissent », confie l’artiste.

d9db473825a0f768e91850f48ef92dbc

Early Morning, West Hartlepool, County Durham, 1963 © Don McCullin

En 1984 Don McCullin décide de quitter le magazine, alors que ce dernier est repris par Robert Murdoch, car il n’est plus en phase avec la nouvelle ligne éditoriale promue par le nouveau directeur. Il se retire et photographie les paysages de sa région, le Somerset. Là, l’artiste consacre ses reportages à ce qu’il intitule « l’autre guerre », celle de la misère sociale en Angleterre, qu’il photographie au plus près de ses sujets dans des tons sombres et toujours en noir et blanc. Mais la marche du monde continue de le révolter, si bien que le mois dernier, l’octogénaire s’est rendu en Irak pour couvrir les combats de Mossoul et photographier les civils fuyant la ville.

ses-champs-de-bataillem118613

Consett, County Durham, Angleterre, 1974 © Don McCullin

Très honoré de la distinction qu’il reçoit par la reine Elisabeth II, Don McCullin annonce dans un entretien avec la BBC que son voyage en Irak est probablement le dernier ; mais qu’il continuera cependant à photographier, tant qu’il sera en mesure de le faire.

Auteur d’une dizaine de livres, récompensé par de nombreux prix dont le célèbre World Press Photographer en 1964 suite à son reportage sur la guerre de Chypre, les œuvres de Don McCullin sont aujourd’hui présentées dans les collections de musées partout dans le monde, et bientôt sur les écrans, puisqu’un biopic est actuellement en cours de réalisation sous la direction de Christophe Nolan. Il reviendra sur soixante années d’une longue et légendaire carrière, d’un homme ayant capturé quelques-unes des images les plus évocatrices du siècle dernier.

World Press Photo 1964 , Donald McCullin bij zijn foto *17 december 1964

World Press Photo 1964, Don McCullin © Wikimedia Commons

LES DERNIERS ARTICLES

AJOUTER UN COMMENTAIRE