Votre action a été enregistrée avec succès !


expo_une_favori
expo_cercle_1 PICASSO 1932

10/10/2017 > 11/02/2018

Musée Picasso

- PARIS

expo_cercle_2 GAUGUIN

11/10/2017 > 22/01/2018

Galeries nationales du Grand Palais - PARIS
expo_cercle_3 ANDRÉ DERAIN, 1904 - 1914

04/10/2017 > 29/01/2018

Centre Pompidou - PARIS
expo_cercle_5 MONET COLLECTIONNEUR

14/09/2017 > 14/01/2018

Musée Marmottan Monet - PARIS

LA NEWSLETTER

« Après Babel, traduire » : focus sur un enjeu contemporain au Mucem

Laura Bourdon 30 décembre 2016

Share on FacebookTweet about this on TwitterGoogle+

Jusqu’au 20 mars 2017, le Mucem dédie une exposition à l’un des plus grands enjeux de notre monde contemporain globalisé : celui de la traduction. Du mythe de Babel à la pierre de Rosette, de la parole de Dieu aux langues des signes, l’exposition présente près de 200 œuvres : manuscrits, installations, vidéos, archives religieuses, et nous invite au voyage sur les routes du passé qui ont permis la construction des civilisations d’Europe et de la Méditerranée. Coup de projecteur sur les jeux et enjeux de la traduction, à l’ère de la mondialisation.

ZID/Wall

Danica Dakic, ZID/WALL, 1998, installation vidéo © Danica Dakic

La traduction existe dès lors que deux langues, deux cultures, deux civilisations entrent en contact. C’est autour de deux grandes idées matrices que s’est construite l’exposition : la première, c’est que notre civilisation s’est bâtie à travers, par et au moyen de la traduction. « Le passage d’une langue à une autre, c’est aussi la transmission des savoirs et la transmission des pouvoirs : de la Grèce à Rome, de Rome au monde arabe (…) la traduction participe à la constitution même des civilisations d’Europe et de la Méditerranée », explique Barbara Cassin, commissaire de l’exposition. La traduction est aussi un véritable « savoir-faire avec la différence », qui implique que l’on veuille et que l’on sache articuler ces différences : enjeu essentiel au cœur de nos sociétés actuelles.

Le mythe de Babel

3_yang_yongliang_heavenlycity_skyscraperyang_yongliang

Yang Yongliang, Heavenly City – Skyscraper, 2008, impression jet d’encre © Yang Yongliang

Pourtant, les langues ont souvent été perçues comme l’instrument d’une séparation entre les hommes. Dans la Bible, Dieu châtie les hommes qui s’unissent pour construire la tour de Babel. Il « confond » leur langue et les disperse, si bien qu’ils ne se comprennent plus. Cette diversité des langues :  est-ce vraiment une malédiction ou une chance ? C’est par cette interrogation que le parcours de l’exposition débute.

Thème largement parcouru dans la peinture flamande du XVIe et du XVII siècle, les représentations de la tour de Babel se veulent contradictoires : tantôt roses et heureuses, tantôt noires et menaçantes semblant jeter leur ombre sur le monde… Le mythe biblique dit l’échec de la tentative d’une langue et d’un pouvoir unique pour tous les hommes ; la diversité des langues est une richesse : à condition de traduire…

4_mel_bochner_blah_blah_blah_2011_galerie_two_palmscourtesy_de_l_artiste_two_palms

Mel Bochner, Blah blah blah, 2011, Huile sur velours noir © Mel Brochner

Cette entrée en matière invite autant le merveilleux que le monumental, depuis les représentations de la tour de Babel (celle d’Abel Grimmer, qui en aura peint des dizaines), la tour de Tatline ou encore la pierre de Rosette, fragment de stèle gravée de l’Égypte antique portant trois versions d’un même texte : traduit en deux langues et trois écritures (égyptien ancien, grec ancien, égyptien en hiéroglyphes, égyptien démotique et alphabet grec).

L’exposition donne aussi à voir le quotidien, notamment le dictionnaire rédigé par l’italien Abrogio Calopino, daté de 1586 et paru en pas moins de onze langues : français, allemand, néerlandais, espagnol, polonais, hongrois et anglais… un « calepin » qui s’est répandu dans toute l’Europe.

Peut-on suivre les routes de la traduction ?

10_catalogue_etoiles_fixes_ms_-arabe-2491bnf

Catalogue des étoiles fixes, manuscrit (papier), 1770, BnF, Paris © BnF

Du grec au latin, puis à l’arabe : les civilisations d’Europe et de la Méditerranée se sont construites suivant des routes « du savoir ». C’est un voyage historique au cœur de ces routes du passé que présente la seconde partie de l’exposition. Elle met en scène un dispositif interactif sous forme de carte de métro poétique, aux noms d’Aristote, d’Euclide, de Ptolémée ; elle permet de rendre compte de la manière dont les œuvres s’enrichissent et se transforment au fil de leurs rencontres avec d’autres cultures. Saviez-vous par exemple que Tintin est traduit en autant de langues que la Bible ?

15_catechisme_en_image_le_peche_originelmucem

Catéchisme en images, n°58 – Le péché originel, fin du XIXe-début du XXe © Mucem

Traduire, c’est aussi buter sur des équivoques : choisir un sens n’est ni simple ni innocent. Qu’en est-il de la parole divine ? La religion est au centre des questionnements que soulève l’exposition et démontre comment les monothéismes établissent un rapport différent avec la traduction. La Bible chrétienne se déploie en langue latine, tandis que le Coran se récite uniquement dans sa langue de révélation, mais on peut en traduire le sens ; notamment grâce aux éditions juxtalinéaires des Xe et XIe siècles.

14_georges-de-la-tour-saint-jerome-lisant_xviiermn-grand-palais-musee-du-louvre_jean-gilles-berizzi

Georges de La Tour, Sain-Jérôme lisant, XVIIe siècle, huile sur toile © Musée du Louvre, Paris

Au fil de sa visite, le public entre dans l’univers d’une figure parfois oubliée de la culture : celle du traducteur. Suivant les pas de Baudelaire, Mallarmé ou encore Pessoa, chaque grand poète s’est inspiré d’autres poètes admirables comme d’Edgar Allan Poe, pour venir enrichir et inventer continuellement sa propre langue ; « Je désire qu’Edgar Poe (…) devienne un grand homme pour la France », disait Baudelaire.

La résistance des langues

20_signer_en_languesnurith_aviv_2016

Nurith Aviv en collaboration avec Emmanuelle Laborit, Signer en langues, 2016, film © Nurith Aviv

Chaque langue est néanmoins porteuse de quelques « instraduisibles ». Les sonorités, le rythme, la musique et le corps d’une langue sont difficilement transcriptibles ; elles possèdent leurs jeux, leurs métaphores et leurs rébus. Le mot Saudade d’origine portugaise, signifie une forme de nostalgie qui n’a pas d’équivalent dans d’autres langues. C’est à ces aspects qu’est consacrée la troisième partie de l’exposition, qui présente une mise en image des expressions idiomatiques propres à chacune des cultures. Que tombe-t-il quand il pleut ? En France, il pleut des cordes ; en Angleterre, des « cats and dogs » tandis qu’au Portugal, il pleut des couteaux !

« La langue de l’Europe, c’est la traduction », dit Umberto Eco. La diversité des langues apparaît souvent comme un obstacle ; or l’exposition Après Babel, traduire démontre comment la traduction est un excellent modèle pour la citoyenneté aujourd’hui ; grâce à un voyage entre le merveilleux, le spectaculaire, l’historique, mais aussi le quotidien et le ludique.

APRÈS BABEL, TRADUIRE

14/12/2016 > 20/03/2017

Musée des Civilisations de l’Europe et de la Méditerranée (MuCEM)

MARSEILLE

Il n’y a pas de traduction sans différence des langues, sans incompréhension. Cette incompréhension s’est nommée « Babel ». Babel,...

Exposition terminée
PRESSE
MEMBRES

LES DERNIERS ARTICLES

AJOUTER UN COMMENTAIRE