Votre action a été enregistrée avec succès !


expo_cercle_2 CIAO ITALIA

28/03/2017 > 10/09/2017

Musée de l'histoire de l'immigration - PARIS
expo_cercle_4 STEVEN PIPPIN

14/06/2017 > 11/09/2017

Centre Pompidou - PARIS

LA NEWSLETTER

« L’atelier du peintre » de Courbet a retrouvé tout son éclat

Agathe Lautréamont 27 décembre 2016

Share on FacebookTweet about this on TwitterGoogle+

Il aura tout de même fallu deux longues années (de la fin 2014 à la fin 2016) pour rendre à l’œuvre de Gustave Courbet, L’atelier du peintre, toutes ses couleurs ! Deux ans de questionnements, d’hésitations, d’un travail de fourmi mais aussi de quelques surprises qui ont fait le bonheur des restaurateurs… Toujours est-il que le tableau du peintre français exécuté en 1855 peut désormais être admiré dans les meilleures conditions, et n’augure que du bon quant à sa préservation pour les générations futures…

ateu

Gustave Courbet, L’atelier du peintre, 1854-1855 © Musée d’Orsay

Tout commence dans le courant de l’année 2013, quand Guy Cogeval, président du Musée d’Orsay, décide de donner un grand coup de propre à cette œuvre emblématique de Gustave Courbet. Ce n’était en effet pas un secret que la toile monumentale du peintre réaliste était dans un triste état : encrassée par les ans, vernis noirci… Il était temps d’agir.

Mais les restaurateurs ne s’en doutaient pas encore à l’époque : ils s’attaquaient à une restauration qui allait leur demander beaucoup, beaucoup de travail. Car au bout du compte, nettoyer cette toile de presque quatre mètres de haut sur six mètres de large aura demandé deux ans de labeur, plutôt que la seule année escomptée…

restau-1

Un avant-après éloquent © RMN – Grand Palais – Musée d’Orsay

Comment restaurer au mieux une peinture de cette ampleur ? Conseil fut pris auprès du Centre de Recherche et de Restauration des Musées de France (C2RMF) et seize spécialistes furent recrutés pour cette délicate tâche. Et afin de permettre aux visiteurs du Musée d’Orsay de comprendre au mieux le déroulement d’un travail de restauration, c’est directement dans les salles de l’institution qu’a eu lieu une partie du grand nettoyage !

Souvenez-vous : une enceinte faite de vitres avait été installée, tandis qu’à l’intérieur s’affairaient les restaurateurs. En sus, des tablettes livraient davantage de détails sur ce travail de longue haleine, mais également sur l’historique de l’œuvre en elle-même.

nadar

Gustave Courbet photographié par Félix Nadar © Wikimedia Commons

Les restaurateurs ont commencé par l’étape la plus évidente : ôter de la toile de Courbet les couches de vernis successives qui avaient encrassé l’œuvre et retirer également, çà et là, quelques repeints malheureux. Cette étape a permis d’en apprendre un peu plus sur le travail de Gustave Courbet. Ainsi, des repentirs ont été redécouverts, voire l’ajout d’un personnage (le chasseur, dont le visage évoque l’empereur Napoléon III).

Quelques détails ont également été remis au jour, comme la pipe du poète Charles Baudelaire, la présence d’une corneille noire aux côtés de l’écrivain, mais également la présence d’un tableau dans le tableau. En effet, au fond de la composition de L’atelier du peintre, apparaît une autre œuvre du maître : Les Paysans de Flagey revenant de la foire, toile exécutée en 1850. Cette peinture, appartenant aux collections du Musée d’Ornans, a été prêtée au Musée d’Orsay dans le cadre du programme de festivités organisé pour les trente ans de l’institution parisienne.

restau-3

Gustave Courbet, Un enterrement à Ornans, 1849-1850 © Wikimedia Commons

Désormais, le public du Musée d’Orsay peut admirer L’atelier du peintre dans toute sa splendeur. Cette remise en lumière aura nécessité la coquette somme de 600 000 euros. Une somme cependant, qui a été financée par moitié grâce à une campagne de crowdfunding qui avait été organisée via la plateforme de dons en ligne Ulule. Une belle histoire, donc.

Mais pour les curieux de l’Histoire de l’art qui souhaiteraient en apprendre encore davantage sur l’aventure que fut cette restauration de grande ampleur, sachez que le Musée d’Orsay prévoit la publication d’un ouvrage, qui reviendra sur les diverses étapes de la restauration de la peinture. Quant à l’institution culturelle parisienne, elle continue de prendre soin de l’œuvre peint de Courbet. On murmure que la prochaine restauration prévue sera pour Un Enterrement à Ornans

LES DERNIERS ARTICLES

AJOUTER UN COMMENTAIRE