Votre action a été enregistrée avec succès !


expo_une_favori
expo_cercle_1 ENTRE L'ART ET LA MODE

11/11/2016 > 26/02/2017

Galerie Azzedine Alaïa

- PARIS

expo_cercle_2 PETER CAMPUS

14/02/2017 > 28/05/2017

Jeu de Paume - PARIS
expo_cercle_3 ÉLI LOTAR

14/02/2017 > 28/05/2017

Jeu de Paume - PARIS
expo_cercle_5 BERNARD BUFFET

18/10/2016 > 05/03/2017

Musée de Montmartre - PARIS

LA NEWSLETTER

En 2017, le street-art mis à l’honneur dans tout Chicago !

Agathe Lautréamont 26 décembre 2016

Share on FacebookTweet about this on TwitterGoogle+

À Chicago, l’année sera artistique ou ne sera pas ! Rahm Emanuel, le maire de la ville, a en effet annoncé en cette fin d’année 2016 un vaste plan destiné à promouvoir le street-art dans une cité qui comptabilise pas moins de soixante-dix institutions culturelles ! Pour cela, il a fallu débourser la coquette somme de 1.5 millions de dollars, mais il fallait bien cela pour permettre aux artistes locaux de mener des projets originaux et inspirants et ce, absolument partout dans les rues de la « Windy City »…

sculpture

La monumentale sculpture de Picasso en plein coeur de Chicago © Dan Deluca – Flickr

En cette fin d’année, une pointe de fierté perçait dans la voix du maire de la ville de Chicago, Rahm Emanuel, lorsque celui-ci annonça une grande programmation culturelle tournée vers les arts de la rue pour sa mégalopole. Ce plan, nommé « Year of Public Art » (ou Année de l’art public dans la langue de Molière…), est prévu d’investir pas moins de cinquante quartiers de la commune, tout en s’accompagnant d’un programme de stages destinés aux jeunes publics, la tenue d’un festival artistique et enfin, un ensemble de performances et d’expositions artistiques diverses, qui courront tout au long de l’année 2017.

Mais l’originalité de ce plan est que la Mairie en elle-même ne prévoit que de très peu intervenir dans les thématiques et actions menées au cours de l’année. En effet, carte blanche a été donnée à un groupe d’artistes locaux, ainsi qu’une coquette enveloppe de 1.5 millions de dollars pour mener à bien toutes leurs idées et initiatives. Ce sont ces créateurs américains qui vont donc mener à bien les nombreux projets qui vont ponctuer et colorer l’année 2017 de la ville de l’est des États-Unis.

« L’art est essentiel »

Dans un communiqué de presse publié alors que cette année 2016 jette ses derniers feux, l’édile a expliqué : « L’art est essentiel pour donner une âme à un quartier et pour que ses résidents aient une bonne qualité de vie. C’est pourquoi nous lançons ce projet. » Un constat fortement appuyé par l’élu Mark Kelly, qui est en charge du département des Affaires Culturelles de la ville. « Chaque district a des peintres, photographes et sculpteurs talentueux dont les œuvres illumineront notre ville. » Si vraiment la ville de Chicago abrite un terreau aussi fertile de jeunes créateurs, il serait en effet plus que temps de les mettre en avant et leur permettre de s’exprimer librement dans leur lieu de naissance tout en les soutenant financièrement.

Cependant, la date de 2017 n’a pas été choisie au hasard. Cette belle initiative qui mettra en avant le street-art dans toute la ville s’inscrit en vérité dans la commémoration du cinquantième anniversaire de l’installation dans la commune du « Chicago Picasso », une monumentale sculpture métallique de l’artiste espagnol représentant une tête, toujours visible aujourd’hui sur la Daley Plaza en plein cœur de la ville. Mais pas seulement ! Le « Wall of Respect » ou Mur du Respect, une fresque s’étendant sur la façade de plusieurs maisons d’un quartier sud de la ville, mais qui a été détruite en 1971 par un incendie et dont il ne nous reste aujourd’hui plus que des photographies, fêtera également un anniversaire remarqué. Cette œuvre monumentale avait été exécutée en soutien au mouvement des Droits Civiques pour les afro-américains de Chicago.

wall-of-respect

Le Wall of Respect, peint dans les quartiers afro-américains de Chicago © DR

Dans le même temps, l’art de rue sera également mis sous les projecteurs au sein du Chicago Cultural Center. Entre les mois de février et avril 2017, cinquante artistes issus des cinquante quartiers de la ville étasunienne verront leur travail mis à l’honneur, certains pour la première fois. Entre mars et juillet, un autre accrochage racontera l’histoire des quatorze graffeurs qui ont conçu le fameux « Wall of Respect », débuté en 1967 et présent dans un quartier de la ville considéré à l’époque comme sensible, où vivaient majoritairement des afro-américains. Enfin, l’initiative Public Art Youth, qui se composera de rencontres, stages et ateliers, permettra aux jeunes entre 14 et 24 ans de découvrir les opportunités de carrière existant dans le vaste monde des arts.

On le voit, le regard du grand public et des grandes institutions sur le street-art est en train de connaître, peu à peu, une profonde mutation. Alors que la pratique était encore considérée il y a peu comme une forme de vandalisme, de plus en plus de villes et de musées s’ouvrent finalement à cette pratique et aident donc à sa reconnaissance. Ainsi, la ville de Dubaï aux Émirats Arabes Unis a lancé un projet de street-art similaire, nommé Dubai Street Museum, une exposition en plein air qui recouvrira plusieurs quartiers de la ville. Montréal s’apprête également à accueillir un festival d’art de rue pour le mois de juillet 2017 pour fêter les 375 ans de la fondation de la ville !

LES DERNIERS ARTICLES

AJOUTER UN COMMENTAIRE