Disallowed Key Characters.
Magazine » Comptes-rendus
Actualités - Comptes-rendus - Voir + clair - Entrer dans l'œuvre - Entretiens - Voir + loin


expo_une_favori
expo_cercle_1 PICASSO 1932

10/10/2017 > 11/02/2018

Musée Picasso

- PARIS

expo_cercle_3 GAUGUIN

11/10/2017 > 22/01/2018

Galeries nationales du Grand Palais - PARIS
expo_cercle_5 ANDRÉ DERAIN, 1904 - 1914

04/10/2017 > 29/01/2018

Centre Pompidou - PARIS

LA NEWSLETTER

Hans Hartung et le geste extatique au Fonds Hélène & Edouard Leclerc

Agathe Lautréamont 16 décembre 2016

Share on FacebookTweet about this on TwitterGoogle+

Pour sa grande exposition de cette fin d’année 2016, le Fonds Hélène & Edouard Leclerc de Landerneau a décidé de mettre en lumière l’abstraction, par une exposition dédiée à un flamboyant représentant de cette peinture : Hans Hartung (1904-1989). Cet artiste, peu connu du grand public, est pour la première fois l‘objet d’une exposition de grande ampleur dans la région Ouest de la France. Et un tel événement se faisait attendre, puisqu’il était temps de saluer la puissance d’un geste absolument unique à cet artiste. Un geste qui transcende les styles, se moque des codes et rejette les écoles. Visite de la nouvelle belle exposition du centre culturel breton…

hans-hartung-t1981-e23-1981-fondation-hartung-bergman-antibes-adagp-2016-fhel-2016

Hans Hartung, T1981-E23, 1981 © Fondation Hartung – Bergman © FHEL 2016

Nous sommes tout d’abord accueillis par des séries. Des œuvres de petits formats, réalisés alors que l’artiste Hans Hartung n’était âgé que d’une trentaine d’années. Les premiers travaux qui nous introduisent à l’univers de l’artiste ont été réalisés indifféremment à la craie, au crayon, au pastel ou à l’huile; généralement sur des toiles de couleur beige. Et d’emblée, ce qui frappe l’œil du spectateur est ce geste : enlevé, tourbillonnant, brusque, certains y verront même une forme de fureur. Ne cherchez pas un motif, vous n’en trouverez jamais.

Pas de forme géométrique précise non plus. à l’image des écrivains du XXe siècle qui expérimentèrent l’écriture automatique, ou stream of consciousness, Hans Hartung fait partie de ces artistes de la même époque qui tentèrent d’explorer un nouveau sens que l’on pourrait donner au geste créateur. Les coups de crayons libres et sinueux, les aplats de couleurs vives sont provocateurs, virulents, puissants. Tout est informe chez Hartung et c’est précisément là qu’il faut cherche sa grande originalité, son audace et son sens de la quête effrénée d’une forme artistique renouvelée.

hans-hartung-t1989-a30-1989-fondation-hartung-bergman-antibes-adagp-2016-fhel-2016

Hans Hartung, T1989-A30, 1989 © Fondation Hartung – Bergman © FHEL, 2016

Une des grandes forces de la nouvelle exposition de l’institution culturelle dynamique de Landerneau est d’avoir refusé de se limiter à une présentation du travail de Hans Hartung. En parallèle des expérimentations techniques et coloristes de l’artiste allemand, d’autres œuvres de créateurs se réclamant de « l’abstraction lyrique » ont été placées en écho, comme un complément pour la compréhension de ce style et une meilleure immersion dans les innovations gestuelles de ces peintres.

Citons Willem de Kooning, Hantaï ou encore l’immense Cy Twombly, actuellement l’objet d’une exposition tout aussi immense au Centre Pompidou de Paris. Mais attendez un peu… Abstraction lyrique, quèsaco ? Et bien, tous ces artistes (Hartung bien sûr, mais aussi Gottlieb, Winter, Schneider…) sont rapprochés par une envie commune d’affirmer la puissance de la couleur et la suprématie de la matière sur tout le reste. Exit donc le dessin et la représentation du réel : il s’agit de s’isoler totalement de la figuration afin de donner carte blanche à la spontanéité d’une gestualité totalement libérée.

hans-hartung-t1937-33-1937-fondation-hartung-bergman-antibes-adagp-paris-2016-fhel-2016

Hans Hartung, T1937-33, 1937 © Fondation Hartung – Bergman © FHEL, 2016

Et cette volonté de liberté est clairement, prégnante, tout au long du parcours. Hans Hartung explora a peu près tous les mediums possibles à imaginer afin de produire des toiles dont on suit avec intérêt l’évolution stylistique au fil des décennies. Il peignit avec des branches d’arbres, des canons à peinture, utilisa des couleurs en bombes…

Si les outils sont donc bruts et grossiers, le résultat quant à lui, révèle une grande poésie. Hartung avait à cœur de créer une harmonie certaine dans la composition de ses toiles, choisissant avec précision les couleurs qui pourraient au mieux dialoguer et s’entremêler dans une symphonie chamarrée que l’on pourrait rester admirer durant de longues heures.

Il y a un côté jubilatoire dans le travail de Hans Hartung, un artiste qui est encore aujourd’hui très peu connu. On espère que le Fonds Hélène & Edouard Leclerc de Landerneau parviendra à contribuer à la reconnaissance de l’artiste allemand par le grand public, car son travail expérimental, joyeux et vivace inspire et ajoute des couleurs chamarrées à une époque qui en a grand besoin.

hans-hartung-t1975-k19-1975-fondation-hartung-bergman-antibes-adagp-paris-2016-fhel-2016

Hans Hartung, T1975-K19, 1975 © Fondation Hartung – Bergman © FHEL, 2016

HANS HARTUNG

11/12/2016 > 17/04/2017

FONDS HÉLÈNE & ÉDOUARD LECLERC POUR LA CULTURE

LANDERNEAU

Au vingtième siècle, Hans Hartung (1904-1989) s’est imposé comme une des figures centrales d’une peinture libérée des règles clas...

Exposition terminée
PRESSE
MEMBRES

LES DERNIERS ARTICLES

AJOUTER UN COMMENTAIRE