Votre action a été enregistrée avec succès !


expo_une_favori
expo_cercle_1 CÉSAR

13/12/2017 > 26/03/2018

Centre Pompidou

- PARIS

expo_cercle_2 DEGAS

28/11/2017 > 25/02/2018

Musée d'Orsay - PARIS
expo_cercle_3 PHOTOGRAPHISME

08/11/2017 > 29/01/2018

Centre Pompidou - PARIS
expo_cercle_5 FRANÇOIS 1ER ET L'ART DES PAYS-BAS

18/10/2017 > 15/01/2018

Musée du Louvre - PARIS

LA NEWSLETTER

Sites Éternels au Grand Palais : connaître et protéger le patrimoine en péril

Agathe Lautréamont 13 décembre 2016

Share on FacebookTweet about this on TwitterGoogle+

Une exposition gratuite, issue d’un partenariat entre le Musée du Louvre et le Grand Palais, pour un sujet d’actualité brûlant : les destructions du patrimoine au Moyen-Orient. Sous le haut-patronage de l’UNESCO, le nouveau parcours de l’institution culturelle parisienne propose de découvrir plus avant quatre sites historiques aujourd’hui menacés par la guerre ou la folie destructrice d’organisations terroristes islamistes. Khorsabad, Palmyre, mosquée des Omeyyades, Krak des Chevaliers, qui êtes-vous, où allez-vous, qu’ont-ils fait de vous ? Découverte d’une exposition immersive…

palmyre_arche-reconstruction

Reconstitution 3D de l’arche de Palmyre © Iconem, DGAM

Trois salles pour quatre sites historiques qui pourraient, aujourd’hui, disparaître d’un jour ou l’autre sous les bombes d’une armée ou par la dynamite de fous d’Allah. La première est plongée dans l’obscurité, agrémentée d’un planisphère où brillent, indénombrables comme les étoiles, des points désignant les sites inscrits sur la liste du patrimoine de l’UNESCO. Puis, notre regard se dirige vers la droite de la salle, où des écrans repassent dans une boucle infernale de terribles images.

Ces images, ce sont celles de la destruction des Grands Bouddhas de Bâmiyân (Afghanistan), pulvérisés au moyen d’explosifs et de tirs d’artillerie en 2001 par les Talibans. Selon leur lecture rigoriste de l’Islam, toute représentation humaine est interdite par la religion. Il était donc logique de détruire purement et simplement des merveilles artistiques pluriséculaires.

krak_interieurchapelle

Krak des Chevaliers, intérieur de la chapelle © Iconem, DGAM

L’introduction est donc brusque, alarmiste, mais hélas nécessaire. D’emblée, le visiteur s’interroge : comment peut-on décider, au mépris de l’Histoire et des générations futures, de détruire des œuvres construites il y a parfois des millénaires ? Comment choisir de rayer de la carte le témoignage inestimable d’une culture, d’une époque, d’une croyance en se moquant éperdument de l’après ?

Ce sera au visiteur de se faire sa propre opinion quant à cette question sans fin. Car l’objectif de la nouvelle exposition du Grand Palais, « Sites Éternels », n’est aucunement d’apporter des réponses, mais de pousser les visiteurs à s’interroger sur le futur que nous avons à offrir des sites qui nous parlent du passé, dans toute leur magnificence. C’est le but de la deuxième salle de l’exposition. Sur les imposants murs du Grand Palais, de splendides images sont diffusées dans une boucle à l’univers sonore soigné.

palmyre_archedetail

Détail de l’arche de Palmyre © Iconem, DGAM

Khorsabad, en Irak. Palmyre, le Krak des Chevaliers et la mosquée des Omeyyades en Syrie. Les images mêlent prises de vue réalisées à l’aide de drones et reconstitutions en images de synthèse. On découvre alors des monuments tels qu’ils sont aujourd’hui, tels qu’ils étaient il y a encore quelques années avant le passage désastreux des terroristes et ce à quoi ils ressemblaient il y a plusieurs siècles.

Des images magnifiques, qui ont été réalisées par l’équipe de vidéastes de la start-up Iconem, rendent un hommage brillant à ces constructions pluri-séculaires, véritables joyaux architecturaux qui démontrent un réel savoir-faire en matière de construction et d’artisanat.

osque

Mosquée des Omeyyades © Wikimedia Commons

En complément des belles images projetées tout autour des visiteurs, quatre œuvres emblématiques des sites présentés, prêtées par le Musée du Louvre, viennent apporter un regard plus attentif à ces lieux si lointains. Dans des vitrines parfaitement éclairées, on retrouve un lion couché rugissant retrouvé à Khorsabad, un relief funéraire venu de Palmyre, un bassin en cuivre et en argent du Krak des Chevaliers et enfin un fragment de mosaïque de la grande mosquée des Omeyyades.

Des pièces rares et précieuses, qui nous emmènent dans la troisième et dernière étape de la nouvelle exposition du Grand Palais. Là, photographies, autochromes (dont une belle partie issue du fonds du musée Albert Kahn de Boulogne-Billancourt), tableaux, cartes, plans et carnets de croquis nous rappellent le temps des grandes expéditions, à la fin du XIXe siècle, quand l’Occident ouvrait véritablement pour la première fois les yeux sur les merveilles du patrimoine oriental.

mosquee_nuagedepoints

Nuage de points de la mosquée des Omeyyades © Iconem, DGAM

SITES ÉTERNELS

14/12/2016 > 09/01/2017

Galeries nationales du Grand Palais

PARIS

L’exposition propose une immersion au cœur de cinq grands sites archéologiques en danger : Bâmiyân en Afghanistan, l’ancienne capita...

Exposition terminée
PRESSE
MEMBRES

LES DERNIERS ARTICLES

AJOUTER UN COMMENTAIRE