Votre action a été enregistrée avec succès !


expo_une_favori
expo_cercle_1 PHOTOGRAPHISME

08/11/2017 > 29/01/2018

Centre Pompidou

- PARIS

expo_cercle_2 ANDRÉ DERAIN, 1904 - 1914

04/10/2017 > 29/01/2018

Centre Pompidou - PARIS
expo_cercle_3 LA FOLIE EN TÊTE

16/11/2017 > 18/03/2018

Maison de Victor Hugo - PARIS
expo_cercle_5 DEGAS

28/11/2017 > 25/02/2018

Musée d'Orsay - PARIS

LA NEWSLETTER

Avec Café In, le Mucem s’attaque à un sujet inédit

Jéremy Billault 13 décembre 2016

Share on FacebookTweet about this on TwitterGoogle+

Cet hiver, le Musée des Civilisations de l’Europe et de la Méditéranée (Mucem) de Marseille traite un sujet original et inédit en France : le café. Histoire, esthétique, géographie, économie, l’exposition traite à tout ce qui touche, de près ou de loin à cette plante devenue boisson, à son esthétique et à son impact sur la société et les arts. 
cafeeeee

Reza, Inde, Coorg District, Village de Poli betta, 9 janvier 2013, photographie © Reza / Webistan

Sujet étrange, sujet nouveau, sujet original, sujet risqué : la nouvelle grande exposition du Mucem est consacrée, en cette fin d’année, à une question jusqu’alors inconnue ou méconnue des musées mais particulièrement savoureuse : le café. Si le thème peut, a priori, sembler un étrange successeur à Pablo Picasso, le fait est que les angles et les approches abondent : le café dans l’art, la littérature, son histoire, ses voyages, ce qu’il a apporté, ce qu’il a entraîné ou même ses propriétés, son goût, sa place différente selon les cultures… Bref, il y a la mille expositions à faire, on se contentera d’une.

Heureusement pour certains, malheureusement pour d’autres, le Mucem n’a pas voulu se cantonner à un aspect en particulier, abordant le café  sous plusieurs angles pour le traiter globalement (en se perdant peu-être parfois). Dans l’exposition Café In sont donc convoqués les baies, les graines, les travailleurs du café, des odeurs reconstituées artificiellement, Yanis Kounellis, un bistrot lui aussi reconstitué (un peu tristoune, il faut l’avouer), Fernandel, des affiches publicitaires, une « cafédrale » ou encore les données spectaculaires de la consommation de café dans le monde projetée sur les murs, à l’intérieur d’un grain de café géant. On en apprendra donc un peu sur beaucoup de choses. C’est là ce que certains apprécieront et c’est là que d’autres seront déçus.

unnamed

« Pas de bon repas sans un bon café », publicité publiée dans le journal l’Illustration de juin 1936, Fondation Malongo © François Fernandez

L’intérêt de l’exposition reste la découverte, en surface, car le Mucem n’est pas allé beaucoup plus loin que l’étonnement provoqué par le sujet de son exposition: première en France pour le café dans un musée, la surprise s’arrête là. Ce choix assumé écarte donc d’éventuelles pistes passionnantes voire cruciales comme, par exemple, celle de l’esclavage, question dont l’histoire du café peut difficilement se détacher et dont on n’entendra jamais parler au sein de l’exposition. Mais à défaut d’une analyse profonde et concentrée (on sort du musée avec une tonne d’idées d’expositions sur le sujet), le Mucem parvient à divertir en proposant un parcours parfois drôle, esthétique et nostalgique via une scénographie plutôt spectaculaire et parsemée de gadgets technologiques qui feront la joie du plus grand nombre.

cafeeeeeeeeeeeeeee

Fernand Detaille, Café Riche, Marseille, à l’angle de la Canebière et du Cours Saint-Louis, photographie de 1906 © Fonds Gérard Detaille

Du café (la plante) au café (l’endroit) en passant par le café (la boisson), le Mucem explore, se balade au fil des siècles et des personnages historiques ou des artistes qui l’ont représenté ou qui, simplement, ne pouvaient s’en passer. Quelques exemples, donc d’esthétique du café, de poésie autour du café, d’histoire, de géographie et d’économie rythment une exposition généraliste qui, si elle survole parfois d’un peu trop haut, devrait intéresser les curieux du café.

LES DERNIERS ARTICLES

AJOUTER UN COMMENTAIRE