Votre action a été enregistrée avec succès !


expo_une_favori
expo_cercle_1 DAVID HOCKNEY

21/06/2017 > 23/10/2017

Centre Pompidou

- PARIS

expo_cercle_2 LE PAYSAGE JAPONAIS

21/06/2017 > 02/10/2017

Musée Guimet - PARIS
expo_cercle_3 LEE UNGNO, L'HOMME DES FOULES

09/06/2017 > 19/11/2017

Musée Cernuschi - PARIS
expo_cercle_4 MONTMARTRE, DÉCOR DE CINÉMA

04/04/2017 > 15/01/2018

Musée de Montmartre - PARIS
expo_cercle_5 I DID IT MY WAY

23/06/2017 > 17/09/2017

La maison rouge - PARIS

LA NEWSLETTER

Les chefs-d’œuvre de Klimt recréés en photo !

Laura Bourdon 30 novembre 2016

Share on FacebookTweet about this on TwitterGoogle+

On vous parlait récemment de la cartographie de New-York revisitée façon Klimt… Il semblerait bien que l’artiste ait le vent en poupe ! Figure de proue du mouvement symboliste autrichien et de la Sécession viennoise, l’artiste, amoureux de l’ornement, est parvenu à donner à son œuvre une dimension singulière que la photographe Inge Prader réinterprète à sa manière. Elle troque la toile et les pinceaux contre un objectif et des modèles… Lumière sur un pari osé, et réussi !

inge-prader-2

© Inge Prader

C’est un bel hommage que rend Inge Prader à l’oeuvre de Klimt : à travers le prisme de son objectif, la photographe autrichienne revisite l’âge d’or du père de la Sécession viennoise et réinterprète quelques-uns de ses plus beaux chefs-d’œuvre. L’artiste s’est notamment attachée à la période clé de qu’a connue le peintre, celle du Cycle d’Or (1902-1903), qui marque un tournant décisif dans sa carrière.

inge-prader-oeuvre-originale-de-klimt-2

© Oeuvre originale de Klimt

Le Cycle d’Or est une période prolifique pour Klimt qui, suite à la visite de la basilique San Vitale de Ravenne (Italie) et fasciné par les mosaïques byzantines, intègre de manière récurrente la couleur dorée dans ses toiles. Papier doré, utilisation de feuilles d’or, omniprésence des mosaïques : Klimt sublime ses sujets dans des compositions où corps et décors se fondent.

Des décors remarquables de par leurs courbes, abondantes et sinueuses, autant que par la sublimation apportée aux corps et la dimension sacrée qui en émane. Les thématiques explorées par Klimt ne manqueront pas de provoquer la controverse : elles convoquent autant les nus féminins que les figures allégoriques. Le Portrait d’Adèle Bloch-Bauer, Le Baiser et Danaé témoignent particulièrement de la ligne stylistique, unique en son genre, que développe l’artiste.

inge-prader-1

© Inge Prader

En mettant en scène des toiles comme la Frise Beethoven (1902), Danaé (1907-1908) ou encore La Vie et la Mort (1916), Inge Prader donne un second souffle à l’œuvre intemporelle de Klimt. Il n’est pas question ici de caricature ni de copie, mais plutôt d’une réinterprétation, d’une réadaptation de l’oeuvre picturale sous un prisme nouveau : celui de la photographie.

inge-prader-oeuvre-originale-de-klimt

© Oeuvre originale de Klimt

Un pari osé, et relevé avec brio tant ces clichés sont fascinants. Inge Prader se réapproprie l’univers de Klimt dans des décors audacieux, une attention toute particulière étant donnée aux postures des modèles, à leurs costumes et au maquillage. Les décors sont peaufinés avec le plus grand soin : l’on retrouve des mosaïques sur chaque fond, dépeignant l’esthétique ornementale du peintre avec une impressionante fidélité.

inge-prader-3

© Inge Prader

Les photos d’Inge Prader ont été présentées en 2015 à l’occasion du gala annuel de l’organisation caritative autrichienne Life Balls : une association oeuvrant à la récolte de fonds pour soutenir et financer la recherche sur le virus du sida ; elles sont l’occasion de redécouvrir et surtout, de faire revivre l’oeuvre parfois polémique de Gustav Klimt.

oeuvre-originale-de-klimt-3

© Oeuvre originale de Klimt

LES DERNIERS ARTICLES

AJOUTER UN COMMENTAIRE