Votre action a été enregistrée avec succès !


expo_cercle_2 CIAO ITALIA

28/03/2017 > 10/09/2017

Musée de l'histoire de l'immigration - PARIS
expo_cercle_4 STEVEN PIPPIN

14/06/2017 > 11/09/2017

Centre Pompidou - PARIS

LA NEWSLETTER

Bretagne Express : passé, présent et avenir du train

Agathe Lautréamont 22 novembre 2016

Share on FacebookTweet about this on TwitterGoogle+

C’est un événement qui, pour la ville de Rennes, représente beaucoup en terme de développement social, économique et culturel : la mise en service de la ligne à grande vitesse (affectueusement surnommée LGV) à compter du mois de mai 2017. Chef-lieu de la région Bretagne, Rennes espère bien y glaner le titre tant envié de métropole, puisqu’elle ne sera désormais plus qu’à 1h25 de la capitale, Paris. En attendant ce bouleversement, les Champs Libres de la ville organisent une exposition, aussi dense que passionnante, sur le train. Son développement en France, son installation sur le territoire breton, mais aussi l’ouverture de perspectives intéressantes sur l’avenir. Tous en voiture !

tchou-1

La France en chemins de fer © Collection musée de Bretagne, Rennes

Remontons quelque peu dans le passé, si vous le voulez bien. L’exposition passionnante et immersive des Champs Libres de Rennes nous apprend que la première ligne de chemin de fer en France n’a été posée qu’en… 1828. Une ligne Saint-Étienne – Andrézieu, pour être tout à fait précis. 1828, c’était hier, qui pourrait penser qu’un tel mode de transport aujourd’hui passé dans les mœurs au point que l’on n’y prête plus vraiment attention soit en vérité aussi récent dans l’histoire de France ? Et des petites piqûres de rappel de ce genre, l’exposition « Bretagne Express » va se charger de nous en faire quelques-unes, pour le plus grand bonheur des plus petits comme des grands.

Car oui, nous le constatons très rapidement après quelques pas à peine dans l’espace d’exposition des Champs Libres, ce parcours d’une étonnante richesse a été pensé avant tout pour les familles. Les grands-parents repenseront non sans une certaine émotion aux anciens wagons et aux voyages parfois longs et peu confortables. Les parents, eux, montreront aux plus petits les trains électriques qui courent dans l’exposition tout en proposant des pistes de réflexion sur les transports du futur aux ados.

tchou-2

Morieux les Ponts-Neufs © Collection musée de Bretagne, Rennes

Aller bon train

Le parcours se découvre en suivant un cheminement aussi bien thématique de chronologique. À grands renforts d’affiches publicitaires vantant les mérites du chemin de fer, du voyage en couchettes tout confort ou encore des vertus des bains de mer sur les belles côtes de Bretagne, on découvre un long XIXe siècle où le tourisme peinait encore à se développer et demeurait un privilège pour les classes sociales les plus riches. Pourtant, l’essor du chemin de fer va peu à peu changer la donne.

Le discours social de l’exposition d’ailleurs, s’attarde longuement sur les débats politiques qui ont animé l’introduction du train sur le territoire breton. Faut-il suivre le tracé des côtes, pour permettre aux vacanciers de profiter du bord de mer ? Faut-il au contraire, concentrer les rails sur le cœur de la Bretagne, enclavée, et permettre ainsi aux populations les plus pauvres de profiter au maximum du développement économique fulgurant qui accompagne immanquablement une ligne de train ?

tchou-3

Trégastel la plage des familles © Collection musée de Bretagne, Rennes

Nostalgie

C’est non  sans un regard d’enfant que l’on s’amuse à détailler les très nombreuses maquettes : de trains bien sûr, mais également de grandes constructions qui ont modifié le paysage afin de permettre le passage des rames. Ponts et viaducs ont poussé comme des champignons après la pluie tandis qu’en regard des maquettes, des photographies d’époque sont exposées, illustrant soit la construction d’une gare ferroviaire soit le développement étonnant du quartier citadin qui entoure ce nouveau pôle qu’est la gare au cœur d’une ville.

Une autre longue étape est accordée à l’âge d’or des voies de chemin de fer. Alors que l’automobile ne s’est pas encore imposée dans la vie quotidienne des populations entre 1890 et 1945, cette voie est donc utilisée quotidiennement par les voyageurs, tandis que la Bretagne historique peut s’enorgueillir d’accueillir sur son territoire pas moins de 626 gares différentes !

tchou-4

Introduction de l’exposition © AgenceNC

Quel avenir ?

Dans les vitrines de l’exposition temporaire, on nous rappelle l’existence de tous ces métiers disparus, comme le garde-barrière ou le chef de gare, voire les aiguilleurs. Uniformes, matériel et spécificités sont précisés bien sûr par les cartels très complets, mais aussi par des vidéos animées d’une grande qualité qui nous replongent avec beaucoup de nostalgie dans une époque définitivement révolue.

Et c’est au fil du parcours que l’on arrive finalement à l’étape finale, qui interroge avec justesse notre quête effrénée de la vitesse, de l’instantané, du service toujours plus rapide et complet. Quel avenir pour le train, maintenant que la voiture s’est pleinement démocratisée ? On constate alors, mi-amusés mi-émus, que ce sont les mêmes débats qui animent aujourd’hui les élus de la ville de Rennes quant à l’arrivée de la LGV et les politiques français du XIXe siècle. Quid du progrès ? De la vitesse ? Du progrès en règle général ?

LES DERNIERS ARTICLES

AJOUTER UN COMMENTAIRE