Votre action a été enregistrée avec succès !


expo_une_favori
expo_cercle_1 DAVID HOCKNEY

21/06/2017 > 23/10/2017

Centre Pompidou

- PARIS

expo_cercle_3 PAR-DESSUS TOUT : L'OBJET PHOTOGRAPHIQUE

17/06/2017 > 17/09/2017

Musée Nicéphore Niépce - CHALON-SUR-SAÔNE
expo_cercle_4 EMMANUELLE LAINÉ

03/02/2017 > 10/09/2017

Palais de Tokyo - PARIS
expo_cercle_5 PORTRAITS DE CÉZANNE

13/06/2017 > 24/09/2017

Musée d'Orsay - PARIS

LA NEWSLETTER

Les peintres américains et la « Grande Dépression », dix ans de gravité et d’inspiration

Jéremy Billault 17 novembre 2016

Share on FacebookTweet about this on TwitterGoogle+

Jusqu’en janvier prochain, le musée de l’Orangerie accueille une exposition élaborée en collaboration avec l’Art Institute of Chicago dont le sujet est passionnant : la peinture américaine des années 1930. Au cours de cette décennie difficile, marquée par une gigantesque crise financière, les artistes ont été nombreux à réagir et à peindre la « Grande Dépression » que traversaient au quotidien des millions d’américains.   

the-midnight-ride-of-paul-revere-1931

Grant Wood (1891-1942) The Midnight Ride of Paul Revere (La Chevauchée nocturne de Paul Revere), 1931, New-York, The Metropolitan Museum of Art, Arthur Hoppock Hearn Fund photo © The Metropolitan Museum of Art, Dist. RMN-Grand Palais / image of the MMA

La période peut paraître restreinte mais il y a là un vrai sujet. Un jeudi noir, puis un lundi noir suivi d’un mardi tout aussi noir : à la fin du mois d’octobre 1929, la Bourse de New-York est témoin d’un krach boursier phénoménal, point de départ d’une crise économique sans précédent. C’est le début de la plus importante crise économique du siècle dernier dite « crise de 1929 » ou encore « Grande Dépression ». Aux Etats-Unis, ils seront nombreux, très nombreux, à en subir les conséquences : perte d’emploi, de logement et d’économies, cette Grande Dépression affectera profondément l’Amérique des années 30. En toute logique, l’Histoire de l’art est également touchée par la grande Histoire, tant par les sujets abordés par les artistes que par leur façon de créer : retour à la terre face à une industrie en mauvaise santé, réappropriation du passé, représentation des différents traumatismes à l’échelle de la société comme sur un plan personnel, les témoignages d’artistes abondent en ces temps difficiles.

190741_4104701

Grant Wood (1891-1942) American Gothic (Gothique américain), 1930 Huile sur panneau d’aggloméré, 78 x 65.3 cm Chicago, The Art Institute of Chicago, Friends of American Art Collection © The Art Institute of Chicago

C’est ce sujet passionnant et extrêmement fructueux en matière de chefs-d’oeuvre que le musée de l’Orangerie a décidé de traiter dans l’exposition qui suivra son cours jusqu’au 30 janvier prochain, exposant des artistes références ou plus confidentiel et des œuvres parfois présentées pour la première fois en Europe grâce au soutien de l’Art Institute of Chicago et de la Royal Academy of Arts de Londres.

Réalisme et divertissement

charles-sheeler-american-18831965-american-landscape-1930-1376918017_b

Charles Sheeler (1883-1965) American Landscape (Paysage américain), 1930 New York, Museum of Modern Art (MoMA). Gift of Abby Aldrich Rockefeller. Acc. n.: 166.193 © 2016. Digital image, The Museum of Modern Art, New York/Scala, Florence

Face à l’atmosphère unique provoquée dans tout le pays par la crise financière et la situation difficile de millions d’américains, un grand nombre de peintres s’orientent vers le réalisme : à la campagne ou dans les villes, dans la nature ou dans des paysages industriels, la singularité de la situation passe par un certain réalisme. C’est dans cette veine qu’a été créé l’un des tableau qui aura le plus fait parler de l’exposition :  American Gothic par Grant Wood (1930), connu et reconnu à travers le monde, à la fois grave et empreint d’une certaine légèreté. Ce tableau, conservé à Chicago est présenté en Europe pour la première fois de son histoire. Autre facette de cette Amérique-là, le superbe Paysage Américain de Charles Sheeler (1930), surprenant de détails et de beauté devant son sujet endormi, un paysage industriel aux lignes géométriques  et aux couleurs harmonieuses.

37-43a-b_marsh

Reginald Marsh (1898-1954) Twenty Cent Movie (Film à vingt cents), 1936 Whitney Museum of American Art, New York; purchase 37.43a b © 2016 Estate of Reginald Marsh / Art Students League, New York/ Artists Rights Society (ARS), New York © ADAGP, Paris 2016

Paradoxalement (ou pas, d’ailleurs), la vie nocturne des villes américaines connait un véritable essor dans les années 30 :  cinémas, salles de concert, music-halls attirent de plus en plus de monde. L’une des salles de l’exposition est donc consacrée à cette vie festive et à l’avènement des divertissements, véritable exutoire à la gravité du quotidien. On retiendra notamment les représentations spectaculaires (et parfois presque morbides) des marathons de danse (on en a également un témoignage vidéo) durant lesquels les couples de danseurs passaient des heures, voire des jours sur la piste sans interruption.

Cauchemars

c776908705aa13fe03816ecb909fa3dd

Joe Jones (1909-1963) American Justice (Justice américaine), 1933 Huile sur toile, 76,2 x 91,4 cm Columbus Museum of Art, Ohio, achat du musée, Derby Fund, à la Philip J. and Suzanne Schiller Collection of American Social Commentary Art 1930-1970 © Reproduced with the permission of James Jones

L’aspect morbide de certaines toiles qui, même lorsqu’il s’agit de représenter la fête, dessinent des personnages squelettiques et fatigués, est lui aussi très répandu au cours de cette période très riche en expérimentations artistiques et en parti pris esthétiques. Cauchemars, visions d’horreur, scènes d’apocalypse, ces images utilisées par certains artistes sont à la fois hyperboliques et plutôt proches de ce que ressentent bon nombres d’américains. Il en va de même pour la réappropriation de scènes et de personnages du passé, abordés pour réaffirmer une identité fragile. Grant Wood lui-même s’est livré à l’exercice en représentant La Chevauchée nocturne de Paul Revere, réputé pour avoir chevauché de Boston à Lexington pour annoncer l’avancée des troupes britanniques en avril 1775.

edward-hopper-gas

Edward Hopper (1882-1967) Gas (Station-service), 1940 New York, Museum of Modern Art (MoMA) Mrs. Simon Guggenheim Fund. 577.1943 © 2016. Digital image, The Museum of Modern Art, New York/Scala, Florence

En une dizaine d’année, l’ampleur phénoménale de la crise économique provoqua plus qu’un mouvement artistique. Car il s’agit là de tout un pan de l’Histoire de l’art, d’une période, d’une époque, initiée par un moment historique précis mais dont les inspirations et les témoignages ont pris des direction totalement opposées. A l’Orangerie, on croise Georgia O’keeffe (sublime comme toujours), Grant Wood, Edward Hopper et même Jackson Pollock, entourés d’autres artistes extrêmement touchants, intenses qui, même dans la légèreté, dévoilent avec force la difficulté de cette période de « Grande Dépression ». Enrichissant à tous les niveaux.

LES DERNIERS ARTICLES

AJOUTER UN COMMENTAIRE