Votre action a été enregistrée avec succès !


expo_une_favori
expo_cercle_1 CIAO ITALIA

28/03/2017 > 10/09/2017

Musée de l'histoire de l'immigration

- PARIS

expo_cercle_2 STEVEN PIPPIN

14/06/2017 > 11/09/2017

Centre Pompidou - PARIS
expo_cercle_3 ED VAN DER ELSKEN

13/06/2017 > 24/09/2017

Jeu de Paume - PARIS
expo_cercle_4 MONTMARTRE, DÉCOR DE CINÉMA

04/04/2017 > 15/01/2018

Musée de Montmartre - PARIS
expo_cercle_5 LE PAYSAGE JAPONAIS

21/06/2017 > 02/10/2017

Musée Guimet - PARIS

LA NEWSLETTER

Au Centre Pompidou, l’œil de Brassaï sur le graffiti de Paris

Agathe Lautréamont 8 novembre 2016

Share on FacebookTweet about this on TwitterGoogle+

Les formes sont indistinctes, imprécises, on doute de ce que l’on voit. L’univers accroché cet automne dans la galerie de photographie du Centre Pompidou est sombre, en noir et blanc, met en valeur des créatures que l’on pourrait croire tantôt tirées de carnets d’écoliers, tantôt de nos pires cauchemars. Ce monde, c’est celui des graffitis. Le photographe Brassaï (1899-1884), ami des Surréalistes, en immortalisa des centaines, dans une série de photographies qui l’occupa durant de longues années de sa carrière. Aujourd’hui, Beaubourg a sorti les plus saisissants exemples de ce travail au long cours, qui déboussole et émeut, étrangement. Visite du nouvel accrochage photographique du musée parisien, à découvrir jusqu’au 30 janvier 2017.

brassai-1

Brassaï, Sans titre, de la série Graffiti © Centre Pompidou – Estate Brassaï

Parfois, ce sont de simples trous creusés du bout du doigt dans le plâtre tendre d’une façade. Ici, c’est une fissure bienheureuse qui forme un sourcil, un nez, une bouche. Quelques pas plus loin et l’on tombe sur un graffiti rageur digne des plus célèbres envolées politiques des événements de Mai 68. Mais le plus généralement et c’est probablement là le plus déroutant dans l’exposition « Brassaï Graffiti » du Centre Pompidou, c’est que l’on ne sait pas ce que l’on voit.

Pourtant, une magie inattendue se dégage des clichés exposés dans la petite galerie plongée dans une semi-obscurité. Par quoi sommes-nous sincèrement fascinés ? Est-ce par ce dessin anonyme  gravé dans un mur reprenant la vague forme d’un visage aux cheveux dressés sur la tête ? Est-ce par les cadrages très serrés, presque obsessionnels, de Brassaï ? Ou est-ce par la perte de repères provoquée par l’assemblage de ces deux choix esthétiques suscités ?

Nous sommes là face à une œuvre incontestablement déroutante, mais dans laquelle on se perd volontairement, non sans un certain plaisir, tant ce que l’on peut admirer dans cette exposition est original, inattendu, rare.

brassai-2

Brassaï, Sans titre, de la série Graffiti © Centre Pompidou – Estate Brassaï

Brassaï, amoureux de la capitale française, n’a cessé de parcourir ses rues animées. D’abord encombré de sa lourde chambre photographique utilisée au cours des années trente, puis avec un matériel argentique nettement moins encombrant tandis que les décennies passaient et que la technologie progressait.

Nous croisons des dessins parfois simplistes (les bonshommes en fil de fer sont légion), parfois plus sophistiqués (la série consacrée aux animaux offre quelques surprises graphiques des plus intéressantes), tandis que des revendications politiques parviennent toujours à se créer une place sur les murs de la ville (la faucille et le marteau côtoient la croix de Lorraine chère à De Gaulle)…

Mais de temps à autres, le motif photographié est tellement brut, comme gravé à la va-vite, dans un sentiment d’empressement tel que l’on oublie alors que nous sommes face à des photographies qui ont été prises au cours du XXe siècle. Non sans nous surprendre nous-mêmes, des dessins creusés dans la pierre prennent la forme d’œuvres rupestres, de tracés dignes des plateaux de Nazca, de glyphes aussi mystérieux qu’anciens et qui, dans leur silence de pierre, cherchent à nous dire quelque chose. Une revendication, un amour, un espoir, une chose vue.

brassai-3

Brassaï, Sans titre, de la série Graffiti © Centre Pompidou – Estate Brassaï

Le monde de Brassaï est celui de la déconstruction. Rangé du côté des Surréalistes, il est également amené à fréquenter de grandes figures artistiques de son temps comme Salvador Dali, Pablo Picasso ou Georges Braque. Comme ces créateurs qui se moquent des règles établies et cherchent avant tout à bouleverser tout ce qui peut être carré ou rigoriste, Brassaï choisit des éléments anodins du paysage citadin sur lesquels braquer son objectif.

Il les élit en fonction de leur aspect, de leur étrangeté, de leur message. Puis grâce à une composition extrêmement serrée, le photographe d’origine hongroise va les isoler, les couper totalement du cadre spatial dans lequel ils se trouvent initialement.

Nous nous retrouvons alors face au graffiti, au graffiti seul, qui nous provoque par son aspect brutal, violent parfois, par son innocence extrême ou son impudeur totalement assumée. On rit, on s’émeut et on repart de l’exposition avec le sentiment d’avoir regardé des choses souvent méprisées avec un œil totalement neuf, grâce au talent de Brassaï.

BRASSAÏ

09/11/2016 > 30/01/2017

Centre Pompidou

PARIS

Les dessins et signes tracés ou grattés sur les murs de Paris ont fasciné Brassaï du début des années 1930 jusqu’à la fin de sa vie...

Exposition terminée
PRESSE
MEMBRES

LES DERNIERS ARTICLES

AJOUTER UN COMMENTAIRE