Votre action a été enregistrée avec succès !


expo_une_favori
expo_cercle_1 DEGAS

28/11/2017 > 25/02/2018

Musée d'Orsay

- PARIS

expo_cercle_2 PHOTOGRAPHISME

08/11/2017 > 29/01/2018

Centre Pompidou - PARIS
expo_cercle_3 ANDRÉ DERAIN, 1904 - 1914

04/10/2017 > 29/01/2018

Centre Pompidou - PARIS
expo_cercle_4 CÉSAR

13/12/2017 > 26/03/2018

Centre Pompidou - PARIS
expo_cercle_5 FRANÇOIS 1ER ET L'ART DES PAYS-BAS

18/10/2017 > 15/01/2018

Musée du Louvre - PARIS

LA NEWSLETTER

Le Louvre-Lens nous conte l’histoire de la Mésopotamie

Agathe Lautréamont 3 novembre 2016

Share on FacebookTweet about this on TwitterGoogle+

Les textes accompagnant l’exposition l’annoncent en gros caractères : le nouvel accrochage du Musée du Louvre-Lens est organisé sous le haut patronage du Président de la République François Hollande. Car à n’en point douter, nous sommes là face à une exposition éminemment politique. Il n’y a en effet aucun hasard à voir s’ouvrir aujourd’hui en France une exposition sur la Mésopotamie à une époque où le fanatisme islamiste n’hésite pas à dynamiter tout ce qui lui déplaît. Avec « L’histoire commence en Mésopotamie », le Louvre-Lens nous livre un passionnant parcours, riche de plus de quatre cent pièces, qui nous permet de prendre la mesure d’une région du monde florissante en son temps et dont il est nécessaire de préserver la mémoire aujourd’hui.

 

Musée du Louvre Département des Antiquités Orientales

Statuette de taureau à tête humaine, 2150-2000 avant J.-C © RMN – Grand Palais

Lorsque l’on parle de Mésopotamie, il est crucial de souligner que l’on use là d’un terme double, désignant à la fois une civilisation et un espace géographique. La Mésopotamie figure parmi les influentes civilisations pré-chrétiennes, et peut légitimement s’enorgueillir de cumuler les titres enviables de plus longue, plus importante et plus ancienne de ces civilisations.

Illustration de son raffinement et de son extraordinaire culture : une stèle de pierre noire, « Kudurru », datant de l’âge de bronze récent (dernières années). Sur toute sa surface polie, on découvre de toutes fines inscriptions cunéiformes, un texte juridique, qu’on n’a pu déchiffrer qu’au XIXe siècle. Et c’est justement au cours de ce siècle que les chercheurs et historiens ont subitement « redécouvert » cette Mésopotamie qui était totalement tombée dans l’oubli, à la faveur de fouilles archéologiques intensives.

130

Ebih-Il en prière, vers 2250 avant J.-C. © Musée du Louvre

Car il demeure une  forme de paradoxe au regard de cette région du monde. Si aujourd’hui, certains grands noms (de souverains, de dieux, de villes) sont définitivement entrés dans l’imaginaire populaire, il demeure surprenant de constater à quel point on connaît mal la Mésopotamie.  Les pièces abondent pourtant, comme le démontre le parcours de l’exposition, composé sur un schéma chronologique et thématique (des origines à la conquête d’Alexandre de Macédoine).

C’est une des raisons pour lesquelles l’exposition temporaire du Louvre Lens s’est particulièrement montrée sensible à la pédagogie : frises, cartes, chronologie, reconstitutions, maquettes, vidéos et extraits d’interviews jalonnent un parcours qui pourrait donner le tournis, tant le nombre d’artefacts présenté est ahurissant !

Kudurru du roi Melishipak II (1186 - 1172 avant J.-C.)

Kudurru de Melishipak II, 1186-1172 avant J.-C. © RMN-Grand Palais

Nous l’avons dit plus tôt : pas moins de quatre cents éléments ont été rassemblés à cette occasion, ces pièces allant de l’élément de vaissellerie aux statues de dieux tutélaires en passant par des amulettes ou des bijoux. En Ces temps reculés, la Mésopotamie s’étendait sur un vaste territoire, qui se situe aujourd’hui à cheval entre la Syrie, l’Irak et l’est de la Turquie, encadrée par les cours de deux fleuves célèbres : le Tigre et l’Euphrate, en plein croissant fertile donc.

Et cette fertilité ne parle pas uniquement d’une éventuelle richesse des sols, mais bien des civilisations qui se développèrent dans ce surprenant creuset. Les plus récentes découvertes archéologiques, comme les intuitions des scientifiques du XIXe siècle s’accordent, sur un point : l’endroit fut un berceau pour l’économie moderne et c’est à cet endroit qu’est apparue l’écriture, qui signe d’ailleurs la fin de la Préhistoire.

Plaquette décorée d'un menuisier

Plaquette : menuisier taillant le timon, 2000-1600 avant J.-C. © RMN – Grand Palais

Ce foisonnement culturel, politique et économique se trouve d’ailleurs magnifiquement illustré par l’exposition du Louvre-Lens.  Les maquettes de belle taille et les reconstitutions numériques projetées sur des écrans permettent aux visiteurs de comprendre que c’est en Mésopotamie que l’on a inventé les premières villes en tant que telles. Des tablettes gravées d’indéchiffrables alphabets (tout du moins pour le commun des mortels), des traductions d’actes notariaux, des reproductions de contrats démontrent quant à elles que l’on trouve dans cette région du monde les premiers systèmes politiques et administratifs au monde.

194

Panneau de briques  de Babylone : lion passant, 605-562 avant J.-C. © RMN – Grand Palais

Dans un sens, notre monde contemporain serait l’héritier de ces inventions vieilles de trois mille ans. Çà et là, nous rencontrons les figures les plus importantes du panthéon mésopotamien (une poignée, celui-ci comprenant en vérité des milliers de dieux dont les fonctions et les noms varient grandement au cours des millénaires). Un peu plus loin, une étape importante est consacrée aux balbutiements de la médecine qui était, alors, intimement liée aux croyances.

Enfin, l’exposition se clôt sur un buste du conquérant parmi les conquérants, Alexandre le Grand, qui par sa prise de Babylone en 331 signe la fin de ce berceau culturel, la Mésopotamie s’hellénisant à la suite de la conquête du fils de Philippe de Macédoine. Aux côtés du visage du conquérant, des photographies d’archives sont projetées. Elles représentent les principaux sites archéologiques d’Irak et de Syrie au début du XXe siècle. Juste à leurs côtés, des vues satellites ou d’autres photographies prises à notre époque contemporaine, juste avant ou après le passage des fanatiques de l’organisation terroriste État Islamique.

L’HISTOIRE COMMENCE EN MÉSOPOTAMIE

02/11/2016 > 30/01/2017

Louvre-Lens

LENS

La Mésopotamie, le pays entre les deux fleuves situé pour l'essentiel en Irak actuel, est le berceau de l'économie moderne et de l'écrit...

Exposition terminée
PRESSE
MEMBRES

LES DERNIERS ARTICLES

AJOUTER UN COMMENTAIRE