Votre action a été enregistrée avec succès !


expo_une_favori
expo_cercle_1 CÉSAR

13/12/2017 > 26/03/2018

Centre Pompidou

- PARIS

expo_cercle_2 DEGAS

28/11/2017 > 25/02/2018

Musée d'Orsay - PARIS
expo_cercle_3 PHOTOGRAPHISME

08/11/2017 > 29/01/2018

Centre Pompidou - PARIS
expo_cercle_5 ANDRÉ DERAIN, 1904 - 1914

04/10/2017 > 29/01/2018

Centre Pompidou - PARIS

LA NEWSLETTER

Séisme en Italie : le patrimoine architectural dévasté

Laura Bourdon 2 novembre 2016

Share on FacebookTweet about this on TwitterGoogle+

Depuis quelques mois se succèdent en Italie une série de séismes dont les dégâts, humains et matériels, sont considérables. Dimanche 30 octobre la péninsule a enregistré l’un des séismes les plus puissants depuis des années, de magnitude 6,6 sur l’échelle de Richter, dévastant par là-même une grande partie du patrimoine architectural historique de la ville, notamment dans la région d’Ombrie.

xvmbdcd701a-9f7b-11e6-abb9-e8c5dc8d0059-805x453

© Alberto Pizzoli / AFP

A l’urgence de secourir les populations sinistrées, 15 000 personnes relogées dans des installations provisoires, le nouveau tremblement de terre ayant sévi la péninsule ce dimanche n’enregistre pas de dégât humain (beaucoup d’habitants avaient déjà été relogés suite au séisme du mois d’août dernier), néanmoins les pertes matérielles sont considérables.

Au centre de l’Italie, le village pittoresque de Norcia, classé parmi les 150 plus beaux villages d’Italie dans la région d’Ombrie, a été particulièrement touché par les violentes secousses et de nombreux édifices se sont partiellement ou totalement écroulés comptant deux églises à terre. L’un des symboles de la catastrophe est la Basilique Saint-Benoit, véritable joyau du XIVe siècle dont seule la façade est restée debout. C’était la principale église du village. Le clocher, l’autel, rien n’a résisté au dernier séisme.

xvmf9dc0f6c-9f7b-11e6-abb9-e8c5dc8d0059-805x453

© Alberto Pizzoli / AFP

Un peu plus bas, l’abbatiale (église construite spécialement pour une abbaye) Sant’Eutizio, l’un des sites monastiques les plus anciens d’Italie est en ruines. « On reconstruira, peut-être, mais jamais on ne reverra ces lieux tels qu’ils étaient auparavant », se désole le père Luciano Avenati, curé de Preci, officiant au cœur de l’abbatiale il y a encore quelques jours. « C’est une perte inestimable, toute cette région aura du mal à se relever, et les générations qui nous suivront ne pourront savoir ce qu’elle était qu’à travers les images du passé », ajoute-t-il.

Le Responsable de l’Office du tourisme de la région d’Ombrie précise : « A l’origine ici, il y avait vingt-et-une églises, et au fil des tremblements de terre il n’en restait plus que sept ou huit. Depuis le 24 août elles ont subi beaucoup de dégâts, on ne les a pas sécurisé, alors elles n’ont pas résisté ».

Inquiétudes à Rome

075_lore-cracksan161031_np5r6

Façade de la basilique Saint-Paul, Rome © Silvia Lore / NurPhoto

A Rome aussi, des lésions ont été identifiées sur la façade de la basilique Saint-Paul et sur la coupole de l’église Saint’Ivo de la Sapienza, chef-d’œuvre de l’art baroque construite par Francesco Borromini. L’évaluation des dommages est en cours mais selon une première estimation des autorités, près de 5000 sites ont subi des dégâts.

Matteo Renzi, le Premier Ministre italien annonçait mardi que tout serait reconstruit : « Chaque église, chaque maison, chaque magasin (…). L’Italie ne va pas lésiner sur la reconstruction des lieux qui représentent son âme ». Une reconstruction pourtant coûteuse, rendue possible entre autres grâce à l’aide de mécènes. Le gouvernement a d’ores-et-déjà débloqué 40 millions d’euros en urgence, mais le coût total de la reconstruction devrait atteindre plusieurs milliards d’euros.

LES DERNIERS ARTICLES

AJOUTER UN COMMENTAIRE