Votre action a été enregistrée avec succès !


expo_cercle_2 CIAO ITALIA

28/03/2017 > 10/09/2017

Musée de l'histoire de l'immigration - PARIS
expo_cercle_4 STEVEN PIPPIN

14/06/2017 > 11/09/2017

Centre Pompidou - PARIS

LA NEWSLETTER

Berlin va se doter d’un nouveau musée d’art moderne

Agathe Lautréamont 28 octobre 2016

Share on FacebookTweet about this on TwitterGoogle+

Là où certains pays européens hésitent à se doter de nouvelles institutions cultuelles d’ampleur faute de budget, d’autres n’hésitent pas à faire sortir de leur sol de nouveaux musées flambant neufs ! C’est le cas de la capitale allemande, Berlin, qui s’apprête à accueillir un écrin qui serait entièrement consacré à accueillir des collections artistiques du XXe siècle. Les premiers projets dessinés par le cabinet d’architecture en charge de sa conception ont été présentés en cette fin de semaine. Pourtant, ils ne récoltent pas tous les suffrages, loin de là… !

her

Le projet du Musée du XXe siècle © Herzog & de Meuron, 2016

Désireuse de se doter d’un tout nouvel espace muséal, la ville de Berlin a décidé de lancer un concours il y a quelques mois, afin de choisir l’architecture la plus innovante et la plus originale pour le musée à venir. Et c’est finalement le cabinet d’architecture suisse Herzog & de Meuron qui a remporté la mise ! C’est désormais à ce cabinet de construire ce musée dédié à l’art au XXe siècle, et pas à n’importe quel endroit ! L’institution se trouvera en effet au cœur de Berlin. Pourtant, à peine les projets diffusés par le cabinet d’architecte, de nombreuses voix discordantes se sont élevées, questionnant le bien-fondé esthétique d’un tel bâtiment construit à partir de brique rouge et qui évoque, pour certains, dans le meilleur des cas un super marché et pour le pire, une grange…

Et pourtant, ce design a été choisi comme grand gagnant parmi une sélection de quarante-deux projets divers et variés ; tandis que le processus de sélection s’est fait anonymement. Ainsi, le jury ne connaissait en aucun cas le nom des designers ou des cabinets d’architecture qui se trouvaient derrière chaque proposition soumise à analyse. Le second prix a été attribué au studio Lundgaard & Tranberg Arkitekter, originaire de Copenhague, tandis que la troisième marche du podium est occupée par l’architecte berlinois Bruno Fioretti Marquez.

Mais d’un point de vue purement architectural, la future institution muséale aura de sérieux concurrents autour d’elle. En effet, le lieu où le musée doit être érigé se situe entre la Neue Nationalgalerie, un vaisseau tout de métal et de verre dessiné par le studio Ludwig van der Rohe et la Philharmonie et ses belles couleurs dorées pensée par Hans Scharoun. Ces deux constructions font partie des fleurons architecturaux du Berlin des années 1960. Côté patrimoine, ce futur musée d’art moderne aura également comme voisine l’église St Matthaüs, érigée au XIXe siècle par Friedrich August Stüler. Mais d’emblée Hermann Parzinger, porte-parole de la Fondation Prussian Cultural Heritage (à l’origine de ce projet de nouveau musée) tient à mettre les choses au clair : il n’y aura pas de compétition entre les divers bâtiments. Au mieux, on pourra parler d’une rencontre entre deux époques, deux styles architecturaux, qui dialogueront malgré les décennies, voire les siècles qui les séparent.

ta

L’extension de la Tate Modern, à Londres © Herzog & de Meuron, 2015

Cela fait maintenant depuis 2013 que la Fondation Prussian Cultural Heritage a annoncé la construction d’un tel musée. La Neue Nationalgalerie, fermée depuis plusieurs années pour rénovation, était déjà trop petite à l’époque pour accueillir toutes les œuvres de la collection du XXe siècle au moment de son ouverture. Si tout va bien, l’institution devrait ouvrir ses portes à l’horizon 2021. Mais pour le moment, l’accueil réservé à l’architecture du musée s’avère plutôt moqueur. Les observateurs comparent les dessins diffusés par le studio Herzog & de Meuron à un entrepôt, une gare ou un centre équestre, pour les plus sarcastiques ! Jacques Herzog, pragmatique, ne rejette aucune de ces comparaisons, l’idée étant que le public s’étonne et débatte sur l’aspect extérieur du musée… D’autant que le cabinet d’architecte est habitué à voir ses créations pointées du doigt. Dernier exemple en date ? L’extension de la Tate Modern

LES DERNIERS ARTICLES

AJOUTER UN COMMENTAIRE