Votre action a été enregistrée avec succès !


expo_une_favori
expo_cercle_1 CÉSAR

13/12/2017 > 26/03/2018

Centre Pompidou

- PARIS

expo_cercle_2 DEGAS

28/11/2017 > 25/02/2018

Musée d'Orsay - PARIS
expo_cercle_3 PHOTOGRAPHISME

08/11/2017 > 29/01/2018

Centre Pompidou - PARIS

LA NEWSLETTER

Le bruit, la fureur : quand le sculpteur Bourdelle devient photographe

Agathe Lautréamont 27 octobre 2016

Share on FacebookTweet about this on TwitterGoogle+

Une exposition où les photographies murmurent à l’oreille des plâtres, où les esquisses préparatoires rencontrent les moules, ou les célèbres sculpteurs de la fin du XIXe siècle dévoilent, timidement, une face méconnue de leur pratique artistique. La nouvelle exposition temporaire du Musée Bourdelle se présente ainsi comme une double découverte. D’abord, une immersion dans le processus créatif de l’œuvre Les Combattants, puis l’exploration du goût du sculpteur pour un art qui commençait à glaner de plus en plus de reconnaissance : la photographie…

TROIS ETUDES DE TETES DE GUERRIER DE PROFIL POUR LE MONUMENT A MONTAUBAN

Antoine Bourdelle, Trois études de têtes de Guerrier de profil pour le monument à Montauban © Paris, musée Bourdelle.

Comment produit-on un chef d’œuvre ? Quel est le cheminement artistique et visuel du créateur, que l’on devine évidemment semé d’embûches et de repentirs, jusqu’à l’apothéose finale correspondant à voir la création achevée enfin coulée dans le bronze ? C’est ce voyage dans l’imagination du sculpteur Antoine Bourdelle que nous propose aujourd’hui le musée du même nom, grâce à une exposition qui foisonne de sculptures, plâtres, moules, dessins, miniatures et bien sûr, photographies.

En avril 1895, un concours est lancé par la ville de Montauban, désireuse de se doter d’un monument en l’honneur des soldats français tombés pendant la guerre de 1870. Cinq mois plus tard, Antoine Bourdelle est choisi pour exécuter cette tâche d’ampleur. Mais l’artiste accouchera de son œuvre dans la douleur, puisque sept années lui furent nécessaires pour la production d’une stature monumentale pesant plus de trois tonnes, rendant hommage par des corps contorsionnés, des visages révulsés de douleur, des membres décharnés, à la bravoure des soldats tout en livrant un vibrant plaidoyer pour la paix.

"MONTAUBAN 1870" - UN DES BAS-RELIEFS DE "L'EPOUVANTE DE LA GUERRE" SUR CHEVALET

Antoine Bourdelle, Un des bas-reliefs de l’Epouvante de la guerre sur chevalet © Paris, musée Bourdelle

Le bruit

Alors Bourdelle sculpte, moule, taille, rabote, lisse, en un mot, il imagine. Son esprit s’emballe, il livre des visions d’une grande puissance. Face aux visiteurs de l’exposition, les chimères de Bourdelle se dressent dans toute la puissance de leurs muscles noueux, de leurs mains crispées, de leurs bras trop musclés, de leurs torses glabres trop larges, trop puissants. L’œuvre de Bourdelle est celle de la surenchère, de la furie, de la tension exacerbée. Les soldats ne prennent pas des poses où transparaît la bravoure, qui rivalise avec le sens du devoir. Non, ce n’est pas là ce qui attire l’artiste.

Ce qui l’obsède, c’est moins la douleur que la représentation de cette dernière. Et cette souffrance transparaît dans les veines proéminentes des avant-bras, dans la roideur des doigts contorsionnés, dans des yeux révulsés que l’on croirait sur le point de jaillir de leurs orbites. Tel un explorateur des possibilités infinies de l’art, Antoine Bourdelle travaille sans relâche les corps de ses soldats qu’il imagine comme inspirés des statues issues de l’Antiquité grecque, tandis que l’exagération des mains et des pieds témoigne d’une forte influence d’un autre géant de la sculpture française : Auguste Rodin, qu’il admirait tant.

"MONTAUBAN 1870" - DIFFERENTES ETUDES DANS L'ATELIER

Antoine Bourdelle, Différentes études dans l’atelier © Paris, musée Bourdelle

La fureur

Mais une des découvertes les plus fascinantes du nouveau parcours temporaire du Musée Bourdelle demeure les rapports étroits entretenus par le sculpteur avec cet art nouveau, qui a tant bouleversé les codes esthétiques de toute une époque : la photographie. Pas moins de sept cent clichés auront été pris au cours de l’exécution du monument Les Combattants. Ce sont les études en plâtre, d’une belle couleur blanche, qui seront le plus figées sur négatifs par l’artiste.

Dans des mises en scène sophistiquées, où Bourdelle joue savamment avec l’éclairage de son atelier et les longues ombres portées par les mouvements désespérés des protagonistes de sa sculpture, le sculpteur pouvait-il se douter qu’il créait là une œuvre parallèle, un témoignage précieux de sa psyché d’artiste, sa propre vision des formes angoissantes et torturées de sa sculpture si impressionnante ? Difficile de trancher, mais ce qui est certain, c’est que les explorations par Bourdelle de l’image révèlent une volonté de sculpter la lumière, après avoir modelé le bronze.

Le Monument à Montauban en plâtre. Vers 1900. Paris, musée Bourdelle.

L’image

Un mot, peut-être, sur le film qui vient compléter à merveille le parcours de l’exposition ? Ce court-métrage de 11 minutes réalisé par l’artiste contemporain Olivier Dollinger, offre aux visiteurs de l’exposition un regard d’une intensité, et dans le même temps d’une douceur incroyable, sur le groupe sculpté d’Antoine Bourdelle.

Les images de la statue, filmées dans la brume et la lumière timide et froide du petit matin, mettent en exergue toute la noirceur de l’œuvre du sculpteur. Accompagnée par une musique au ton lancinant, aux sons graves et obscurs, le spectateur est transporté dans un monde où le Mal se trouve fragmenté, où l’angoisse est dévoilée dans toute sa plénitude, tandis que la puissance expressionniste des Combattants s’en trouve magnifiée.


Teaser | Exposition De Bruit et de Fureur… par paris_musees

L’exposition « De Bruit et de Fureur : Bourdelle sculpteur et photographe » est à découvrir jusqu’au 29 janvier prochain !

BOURDELLE SCULPTEUR ET PHOTOGRAPHE

27/10/2016 > 29/01/2017

Musée Bourdelle

PARIS

Premier chef-d'oeuvre du sculpteur, destiné à sa ville natale, le monument de Montauban célèbre les combattants de la guerre de 1870 et ...

Exposition terminée
PRESSE
MEMBRES

LES DERNIERS ARTICLES

AJOUTER UN COMMENTAIRE