Votre action a été enregistrée avec succès !


expo_une_favori
expo_cercle_1 PICASSO 1932

10/10/2017 > 11/02/2018

Musée Picasso

- PARIS

expo_cercle_3 GAUGUIN

11/10/2017 > 22/01/2018

Galeries nationales du Grand Palais - PARIS
expo_cercle_5 ANDRÉ DERAIN, 1904 - 1914

04/10/2017 > 29/01/2018

Centre Pompidou - PARIS

LA NEWSLETTER

En images : la restauration très (très) personnelle d’une statue de l’enfant Jésus…

Agathe Lautréamont 24 octobre 2016

Share on FacebookTweet about this on TwitterGoogle+

Depuis quelques jours à Sudbury, au Canada, la Vierge Marie se trouve affublée d’un étrange enfant Jésus. Une sculpture en terre glaise, censée représenter la tête du Christ enfant, a été rajoutée à une sculpture trônant à l’extérieur de la ville canadienne. Seul petit problème : l’interprétation que l’artiste a livrée du personnage a, c’est le moins que l’on puisse dire, de quoi surprendre… À cheval entre Maggie Simpson et le héros d’un mauvais manga, « l’œuvre » fait déjà sensation sur la toile !

je

La restauration de la discorde… © Marina von Stackelberg – CBC

En lieu et place de restauration, il faudrait peut-être plutôt parler de charcuterie. Depuis un peu moins de dix ans maintenant, une statue en pierre blanche représentant la Vierge Marie et l’enfant Jésus demeurait vandalisée à l’entrée de l’église Sainte Anne des Pins, dans la petite ville de Sudbury, au Canada. Une nuit, des malfrats avaient en effet ni plus ni moins décapité l’enfant Jésus, avant d’emporter la tête de la sculpture avec eux. Décidant que la statue ne pouvait pas demeurer mutilée de la sorte, Gérard Lajeunesse, prêtre de l’église, lança un appel aux habitants de la ville, demandant si un artiste de la commune serait prêt à réparer l’œuvre. C’est ainsi qu’entre en scène Heather Wise, artiste autoproclamée de Sudbury, sculptrice pleine de bonnes intentions. Celle-ci se présenta à la porte du père Lajeunesse, désireuse d’apporter son aide.

Personal Jesus

blan

L’oeuvre de Heather Wise (détail)

Selon son témoignage recueilli par les journalistes du site internet Sudbury.com, Heather Wise se sentait peinée par l’état de la sculpture, regrettant que des voyous puissent prendre du plaisir à dégrader des monuments. Ayant appris les rudiments de la sculpture lors de cours travaux manuels au lycée, Wise s’est alors lancée dans la création d’une nouvelle tête pour l’enfant Jésus. Pas de pierre d’un blanc pur comme l’œuvre originale ? Pas de problème ! L’enfant sera fait d’argile d’une belle couleur orangée! L’artiste canadienne a alors travaillé, des heures durant, dans son atelier afin de recréer la petite tête manquante, désireuse d’offrir la meilleure offre possible au curé de l’église attendant impatiemment la restauration de la statue. La créatrice travaille avec ferveur, voyant l’opportunité de représenter l’Enfant comme le plus grand honneur de toute sa carrière (on n’en doute pas, prolifique).

Personal Jesus

Et le moins que l’on puisse dire, c’est que le petit Jésus a bien changé ! En place depuis moins de deux semaines, « l’œuvre » fait parler, et les réactions hésitent entre l’hilarité, la stupéfaction ou encore le plus profond scepticisme. Abasourdi, le père Lajeunesse a expliqué à la presse canadienne que « rien dans sa formation en droit canonique ne l’a préparé à la gestion d’une telle situation » et on veut bien le croire. Dans une tentative désespérée d’éteindre l’incendie, le curé explique que le plus choquant est, sans conteste, le fort contraste entre la couleur de l’argile et celle, blanche, du reste de la statue. À n’en point douter !

Heather Wise s’est également défendue face à la déferlante de moqueries provoquée par la surprenante sculpture. C’est bien sûr un premier essai, une création temporaire, une nouvelle sculpture plus aboutie en pierre blanche sera bientôt ajoutée à l’œuvre originale ! En tout cas, internet ne s’est pas fait attendre, tant et si bien que les photographies de la désastreuse restauration sont très vites devenues virales ! Certains internautes ont remarqué la troublante ressemblance entre le petit Jésus et Maggie Simpson (de la série TV américaine Les Simpson), tandis que d’autres ont souligné, goguenards, qu’après tout personne ne sait à quoi ressemblait véritablement Jésus enfant, aussi une « interprétation » contemporaine peut tout à fait convenir !

Restauration rapide

je2

À gauche, l’Ecce Homo d’Elias Martinez, son état préoccupant, et la tentative de restauration © AFP – Getty

Bien sûr, ce désastre fait penser à une autre restauration calamiteuse survenue quelques années plus tôt en Espagne, lorsqu’une octogénaire espagnole avait cherché à rendre de l’éclat à une fresque représentant le Christ qui s’écaillait dangereusement. Le résultat avait fait les beaux jours du web pendant quelques temps, la restauration étant détournée de toutes les façons possibles par les internautes, dont voici quelques exemples croustillants !

Et même…

c46

LES DERNIERS ARTICLES

AJOUTER UN COMMENTAIRE