Votre action a été enregistrée avec succès !



LA NEWSLETTER

Martin de Tours célébré par sa ville, au musée des beaux-arts

Agathe Lautréamont 10 octobre 2016

Share on FacebookTweet about this on TwitterGoogle+

C’est dans une ville chargée d’histoire qu’Exponaute avait rendez-vous le 7 octobre dernier, pour découvrir une exposition qui fête un anniversaire d’envergure : celui des 1700 ans de la naissance de Martin de Tours (316-397). Sous-titré « Le rayonnement de la cité », le nouveau parcours du Musée des Beaux-Arts de Tours s’entend comme une célébration de l’influence de ce personnage historique, dont la notoriété a fait la fierté de Tours, mais pas seulement… Nous allons ainsi découvrir un Martin de Tours qui a parcouru l’Europe et qui a profondément marqué son époque par son empreinte et de par son prestige religieux. Visite…

Vitrail : Saint-Martin partageant son manteau et l'Annonciation. Portraits des donateurs : Martin Nüsslin, boucher à Kaltbrunn, Elisabet Hartmann, son épouse

Vitrail : Saint-Martin partageant son manteau et l’Annonciation  © RMN Grand Palais

C’est par un geste très célèbre que nous sommes accueillis à l’entrée de l’exposition. Une superbe statue en bois polychrome nous présente un fier soldat en armure, monté sur un fringant destrier ; une œuvre que les historiens datent du XVIe siècle.

Le riche personnage est sollicité par un pauvre, dont les vêtements en haillons suscitent d’emblée émotion et pitié. Alors le soldat tire l’épée de son fourreau, tranche en deux sa superbe cape rouge que l’on devine fort coûteuse, et l’offre au pauvre pour qu’il puisse se réchauffer. Pas de doute, c’est bien Martin de Tours qui nous invite à parcourir cette nouvelle exposition !

Et que les esprits chagrins se rassurent d’emblée : l’accrochage de l’institution muséale tourangelle n’a rien à voir avec une hagiographie, loin s’en faut ! D’ailleurs dans l’exposition, il sera surtout fait mention de Martin de Tours, le saint chrétien laissant volontiers sa place au personnage historique.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Charité de saint Martin, Fin du XV, Louvre © Musée des Beaux-Arts de Tours, cliché Patrick Boyer

Une scénographie immersive

Un mot, peut-être, sur la scénographie. Le parcours est divisé en deux temps, deux ailes distinctes qui guident les pas des visiteurs. La première étape s’attarde sur la présentation de Martin de Tours dans les arts et les lettres. Tapisseries, huiles sur panneaux, sculptures, manuscrits et reliquaires nous introduisent à une figure historique dont le rayonnement court de la France à la Hongrie en passant par l’Espagne et l’Italie.

La salle, plongée dans une semi-pénombre, propose une scénographie toute en or et en écarlate, couleurs de la richesse mais aussi de la noblesse.

Dans un second temps, par une mise en scène beaucoup plus lumineuse et peut-être un peu moins ostentatoire, nous retrouvons le Martin bâtisseur, qui a élevé Tours au rang de ville clé sur le sol français, mais aussi le Martin qui a inspiré la dévotion à travers le continent européen au point qu’aujourd’hui, nombre de lieux de culte lui sont consacrés.

Saint Paul

Perugin (dit), Vannuci Pietro (vers 1448-1523), Saint Martin de Tours © Paris, musée du Louvre

Le partage du manteau

On peut légitimement s’y attendre et sa présentation est en effet omniprésente dans le parcours de l’exposition : la geste martinienne se retrouve dans une large majorité des œuvres exposées dans l’accrochage. On connaît bien la vie de Martin de Tours grâce aux écrits de Sulpice Sévère, et ce texte s’est révélé le socle de référence pour tous les artistes qui se sont attachés à représenter le parcours du personnage ou un épisode particulier de la vie de ce dernier.

Nous rencontrons ainsi un Martin soldat dans l’armée romaine, mais que l’épisode du partage du manteau à Amiens a bouleversé et transcendé. De guerrier, il devient fervent chrétien et œuvre pour sa nouvelle religion jusqu’à sa mort en 397. Cette étape du parcours s’avère un véritable régal pour les yeux, puisqu’on y découvre des toiles de Jan Polack, Martin van Cleef mais surtout une œuvre du Pérugin.

Ce panneau aux traits délicats, aux couleurs légères, presque pastels, représente un Martin au visage idéalisé, quasi androgyne. L’œuvre est un prêt exceptionnel du Musée du Louvre, soit souligné au passage.

anonyme-saint-martin-partageant-son-manteau-detail-vers-1510-tours-bibliotheque-municipale

Anonyme, Saint Martin partageant son manteau (détail), vers 1510 © Tours, Bibliothèque municipale

Construire une légende

Dans le second temps de l’exposition, nous découvrons les différents édifices dédiés à Martin, cette fois-ci en tant bien sûr que saint chrétien, en Touraine et en Poitou. Dessins, huiles sur toiles et trouvailles archéologiques témoignent en particulier d’une abbaye aujourd’hui disparue : celle de Marmoutier.

Croquis, reconstitutions et reliefs sculptés rendent compte de l’influence majeure du monument mais aussi du rayonnement de ce lieu de culte bâti là où on dit que Martin serait mort, en 397. Aujourd’hui, de nombreuses recherches scientifiques et archéologiques permettent de mieux comprendre la fonction de ces édifices, la vie que l’on menait à l’intérieur de leurs murs et surtout leur influence sur les régions alentours. Bien sûr, ces investigations ne sauraient se faire sans une relecture attentive des sources écrites et iconographiques datant de la période médiévale. Et ces incessants allers et retours de la part des chercheurs entre le passé et les techniques contemporaines sont parfaitement expliqués et illustrés par le parcours de l’exposition.

Et quelques pas plus loin, deux nouvelles salles nous transportent instantanément au XIXe siècle, époque où le culte martinien connaît un renouveau sans précédent. La peinture religieuse redécouvre le personnage chrétien et l’auréole de prestige, tandis que les églises de France passent de nombreuses commandes pour orner leurs murs.

Voilà une exposition à découvrir, donc. « Martin de Tours, le rayonnement de la cité » est une exposition qui saura contenter toutes les curiosités !

01/01/1970 > 01/01/1970

...

jours avant l'ouverture
PRESSE
MEMBRES

LES DERNIERS ARTICLES

AJOUTER UN COMMENTAIRE