Votre action a été enregistrée avec succès !


expo_une_favori
expo_cercle_1 CY TWOMBLY

30/11/2016 > 24/04/2017

Centre Pompidou

- PARIS

expo_cercle_2 SOULÈVEMENTS

18/10/2016 > 15/01/2017

Jeu de Paume - PARIS
expo_cercle_5 RENÉ MAGRITTE

21/09/2016 > 23/01/2017

Centre Pompidou - PARIS

LA NEWSLETTER

Un artiste repense Guernica pour parler de la guerre civile syrienne

Agathe Lautréamont 6 octobre 2016

Share on FacebookTweet about this on TwitterGoogle+

Depuis le début de l’année 2011, la Syrie est à feu et à sang, enlisée dans un conflit débuté dans le cadre du Printemps arabe et dont le pays ne semble pas parvenir à se dégager ; tant les forces impliquées dans la guerre sont multiples et animées d’intérêts sensiblement différents. Un artiste portugais, Vasco Gargalo, touché par la situation syrienne, a décidé de repenser la célèbre œuvre de Pablo Picasso, Guernica, pour parler des horreurs de la guerre. Qu’elles soient en Espagne il y a 80 ans ou encore en cours, en 2016…

guernica-2

© Vasco Gargalo

Qui aujourd’hui, ne connaît pas la toile Guernica réalisée par Pablo Picasso en 1937 ? L’œuvre monumentale, aujourd’hui visible au Musée Reina Sofía de Madrid après être restée jusqu’en 1981 aux États-Unis à la demande de Picasso, est de nos jours considérée comme une des réalisations les plus importantes de l’Histoire de l’art ; tant elle illustre avec  force et intemporalité, les horreurs des conflits armés.

Elle avait été réalisée par l’artiste espagnol alors installé en France en 1937, après que celui-ci a appris, bouleversé, le bombardement de la petite ville basque espagnole de Guernica. L’attaque aérienne avait été menée par une quarantaine d’avions nazis appuyés par l’aviation italienne fasciste dans le but de soutenir le coup d’état nationaliste en Espagne.

guernica-1

© Vasco Gargalo

Vasco Gargalo, un artiste portugais âgé de 39 ans vivant à Franca de Xira a donc décidé de repenser la toile la plus célèbre de Pablo Picasso, tout en actualisant certains de ses éléments clés afin de parler de la guerre en Syrie, créant ainsi une œuvre baptisée « Alepponica ». L’œuvre Guernica s’avère en effet un moyen des plus efficaces et des plus universels pour tenter de dénoncer les atrocités des conflits dans le monde et surtout, chercher à diffuser un message pacifiste.

guernica-6

© Vasco Gargalo

Interrogé par le site internet Buzzfeed, Gargalo a expliqué systématiquement penser au village martyre de Guernica lorsqu’il croise les termes de « guerre civile », puisque la toile de Picasso est probablement l’œuvre la plus célèbre au monde parlant des horreurs de la guerre moderne, déshumanisée, où les bombes pleuvent sur des innocents.

Guernica par Picasso est donc repensé, mais sans pour autant être dénaturé : Gargalo n’a changé que quelques éléments afin d’ancrer le tableau dans notre époque contemporaine. L’artiste portugais a cependant infusé quelques éléments de son univers personnel, touchant à la caricature.

guernica-33

© Vasco Gargalo

Ainsi, nous pouvons reconnaître le président russe Vladimir Poutine transformé en bœuf menaçant, tandis que, sur la droite, Barack Obama se trouve transformé en cheval. Sous la lampe à gauche de la composition, on rencontre une colombe, maigre espoir de paix lorsqu’un peu plus loin, notre œil rencontre des avions de guerre russes s’apprêtant à venir porter main forte aux forces syriennes.

Le bras coupé tenant une kalachnikov représente, selon Vasco Garalo, la résistance syrienne souhaitant la destitution du président Bachar Al-Assad.

guernica-5

© Vasco Gargalo

Ce dernier d’ailleurs, est bien évidemment caricaturé à son tour, et en lieu et place de la femme tenant une bougie allumée sur l’œuvre originale, le président syrien serre dans son poing une fusée sur le point d’exploser. Sous la silhouette écrasante du dirigeant, on voit une femme, probablement une migrante, tenant dans un bras un bébé et dans l’autre, une valise frappée du sigle de l’Union Européenne.

Tout à droite de la composition, dans l’ombre, on devine une silhouette entièrement noire, affublée d’une ceinture d’explosifs. Le message est clair : il s’agit bien des extrémistes religieux de l’Organisation État Islamique.

guernica-4

© Vasco Gargalo

Une oeuvre pourra-t-elle changer le cours de l’Histoire ? Probablement pas. Mais l’artiste portugais espère bien un tant soit peu faire bouger les lignes, alarmer les consciences pour qu’enfin, une issue soit trouvée au conflit syrien. Et vite.

LES DERNIERS ARTICLES

AJOUTER UN COMMENTAIRE