Votre action a été enregistrée avec succès !



LA NEWSLETTER

Surprenante découverte de pièces romaines au… Japon !

Agathe Lautréamont 6 octobre 2016

Share on FacebookTweet about this on TwitterGoogle+

Les échanges entre le Japon et le monde extérieur étaient-ils bien plus intense qu’on ne le pense ? C’est en tout cas ce que laisserait penser une découverte archéologique faite à la toute fin du mois de septembre… Des pièces de l’Empire Romain, retrouvées sur le chantier de ce qui fut un château, du côté d’Okinawa. Comment sont-elles arrivées là ? Les chercheurs tendent à penser que le Japon se trouvait en fait sur une importante route maritime commerciale, sur laquelle on rencontrait également des marchands asiatiques et arabes…

fouilles-uruma-city-education-board2

Le site de fouilles du château de Katsuren © Uruma City Education Board

Des pièces minuscules, entre 1.6 et 2 centimètres de diamètre et terriblement noircies par le temps. Pourtant, pour les archéologues, aucun doute n’est permis : il s’agit bien là de jetons romains, datant du règne de l’empereur Constantin (272 après Jésus-Christ – 337 après Jésus-Christ). Ces petits trésors ont été retrouvés dans les ruines d’un ancien château japonais datant d’environ 1300, c’est-à-dire plus de deux décennies avant que les tous premiers explorateurs européens n’aient posé le pied pour la première fois sur l’archipel nippon.

Ce château est celui de Katsuren, qui se trouve près de la ville d’Uruma, sur l’île d’Okinawa, au sud des îles japonaises. Si l’on en croit un compte-rendu publié par le Japan Times, c’est la première fois que des artefacts européens aussi anciens sont retrouvés sur le sol japonais.

Comment ces pièces ont-elles pu arriver dans la cité d’Uruma ? Les chercheurs semblent privilégier la piste d’une acquisition de la part du seigneur d’Okinawa lors d’opérations commerciales avec la Chine ou les autres pays de l’Asie du sud-est. Si tous les mystères n’ont pas encore été élucidés, il demeure que cette découverte est une information précieuse, suggérant un lien plus fort qu’on ne l’imaginait entre l’île d’Okinawa et le monde européen.

coin-2

Deux des pièces retrouvées sur le site © Uruma City Education Board

Malheureusement nous l’avons vu, les faces des pièces sont terriblement abîmées, du fait de l’abrasion, du passage du temps et des mauvaises conditions de conservation. C’est pourquoi les archéologues ont décidé de faire appel à la technologie des rayons X pour découvrir ce qui se dissimule véritablement sous les couches noircies par les siècles. Et surprise ! Les analyses ont révélé d’un côté, le profil de l’empereur Constantin et d’un autre, l’image d’un soldat portant une lance.

Cette découverte est donc d’envergure pour mieux comprendre l’histoire du Japon. Aujourd’hui, les archéologues ne sont pas convaincus par la théorie de liens directs entre l’archipel et l’Empire Romain. En revanche, cette trouvaille confirme que cette région du Japon possédait un marché prospère, ainsi que des liens commerciaux forts avec le reste de l’Asie qui, lui, commerçait avec les régions éloignées de l’Europe.

En tout cas, lorsqu’on lui annonça la découverte, l’archéologue japonais Hiroyuki Miyagi n’a d’emblée pas cru à cette histoire, pensant que les pièces ne pouvaient être que des répliques abandonnées là. Et pourtant… Face à l’évidence, le chercheur s’est ravisé et songe aujourd’hui que ces petites pièces se seraient retrouvées au Japon après avoir transité par diverses routes commerciales qui reliaient l’Ouest au Japon.

En attendant de plus amples recherches, ces petites pièces sont exposées au Musée Historique Yonagusuku, dans la ville d’Uruma. Les amoureux d’archéologie peuvent donc les admirer jusqu’au 25 novembre prochain !

LES DERNIERS ARTICLES

AJOUTER UN COMMENTAIRE