Votre action a été enregistrée avec succès !



LA NEWSLETTER

Les travaux d’extension de Roland Garros ont repris aux serres d’Auteuil

Agathe Lautréamont 5 octobre 2016

Share on FacebookTweet about this on TwitterGoogle+

La bataille pour les Serres d’Auteuil continue… et malheureusement ne semble pas vouloir prendre un tournant en faveur de ce jardin botanique du XVIe arrondissement de Paris.  En ce début de semaine, le Conseil d’État a en effet annulé la suspension d’exécution du permis de construire de l’extension de Roland Garros au détriment des Serres d’Auteuil, le 3 octobre dernier. Ce qui signifie que les travaux peuvent reprendre. Et qui dit travaux, dit destruction pure et simple des serres chaudes appartenant au parc…

s

Les travaux ont repris mardi 4 octobre © DR

Et le moins que l’on puisse dire, c’est que la Fédération Française de Tennis a tenu à ne pas perdre une seconde ! Dès mardi matin, le lendemain donc de la décision du Conseil d’État, les travaux de destruction des serres chaudes dans le jardin botanique des Serres d’Auteuil ont bien recommencé, sous l’œil vigilant d’un dispositif de sécurité particulièrement renforcé.

Les pelleteuses se sont activées, arrachant des arbres, abattant des arbustes et réduisant à l’état de débris le couloir de rempotage et de circulation des serres. On détruit donc une partie d’un jardin du XIXe siècle et tout cela dans quel but ? Afin de permettre à Roland Garros de construire un court de tennis de cinq milles places; court qui sera utilisé le temps du tournoi de tennis, c’est-à-dire, deux semaines par an.

auteuil-1

Les grandes serres historiques © Wikimedia Commons

Pour les éventuels lecteurs qui auraient perdu le fil de la polémique, voici un rappel des faits. En 2011, la FFT annonce un projet d’extension de Roland Garros, appelé à empiéter sur le jardin botanique situé juste en face. En février 2013, le tribunal administratif de la ville de Paris choisit d’annuler la délibération du Conseil de Paris, qui avait prévu l’extension de Roland Garros pour 2016. Or, en février 2014, le tribunal administratif de Paris rend trois décisions qui se montrent favorables à la ville de Paris et à la Fédération Française de Tennis. Et un peu plus d’un an plus tard, en juin 2015, l’actuelle maire de Paris membre du Parti Socialiste Anne Hidalgo annonce que les permis de construire ont été signés par la ville, autorisant ainsi la FFT à détruire un hectare du jardin des Serres d’Auteuil.

Heureusement, à la fin du mois de décembre 2015, le Tribunal de Grande Instance de Paris ordonne la suspension des travaux… mais pour une durée de trois mois seulement. Et voici le dernier coup de théâtre en date : la suspension du permis de construire, qui avait été décidée en référé par le tribunal administratif, est finalement annulée. Pour une capitale qui il y a quelques mois, a accueilli en grandes pompes la COP21, cette destruction de l’environnement et du patrimoine laisse pour le moins songeur.

serres-chaudes

Les serres chaudes © Wikimedia Commons

Du côté de Roland Garros, on ne cesse de s’agiter en criant à qui veut l’entendre que les serres chaudes ont été construites très récemment et qu’elles n’ont donc aucune valeur historique ; impliquant par là qu’on peut les détruire alors qu’elles ont coûté des milliers d’euros et servaient à faire pousser des espèces très rares de plantes et avaient donc un intérêt botanique indéniable.

En attendant, par ces démolitions, les promoteurs du projet démontrent bien qu’ils sont parfaitement capables de se livrer à des destructions irréversibles avant que tous les recours n’aient été étudiés. Fi donc du droit. Car selon le Conseil d’État qui a autorisé des destructions sur le sol d’un site horticole de la ville de Paris classé aux Monuments Historiques, cette annulation se fonderait sur « la faible superficie du terrain en cause » (un hectare, nous l’avons dit) et sur un projet de reconstruction de serres dont l’architecture cherchera à ressembler aux serres historiques. Pas de problème donc, pour démolir un jardin botanique qui participe à la préservation de plantes rares, à partir du moment que l’on reconstruit ensuite des pelouses pour la promenade du public.

serres-chaudes-2

Les serres chaudes © Wikimedia Commons

Le Conseil d’État n’a donc pas écouté les nombreuses associations de riverainz, écologistes et de défense du patrimoine, préférant donner raison à la puissante Fédération Française de Tennis. Il a également balayé d’un revers de la main les observations de l’Icomos, un conseil de l’Unesco qui travaille à la protection des monuments et sites historiques dans le monde, et qui avait expliqué que le site des Serres d’Auteuil était « gravement  menacé dans son intégrité paysagère et botanique » par ce projet d’extension. Un projet d’extension sur lequel il est légitime de se questionner sur le long-terme. Peut-être Roland Garros fera-t-il preuve dans les années à venir de gourmandise, lorgnant ensuite sur les serres historiques ?

Que reste-t-il alors comme chance pour préserver ce qui peut encore être sauvé des serres chaudes ? Les associations attendent pour le moment un jugement sur le fond de la part du Tribunal administratif concernant l’annulation du permis de construire. La décision devrait être connue avant la fin de l’année. Et du côté des héritiers de Jean-Camille Formigé, architecte des Serres historiques, un autre volet judiciaire a été ouvert au civil.

serres-chaudes-3

Les serres chaudes © Wikimedia Commons

LES DERNIERS ARTICLES

AJOUTER UN COMMENTAIRE