Votre action a été enregistrée avec succès !



LA NEWSLETTER

Que doit-on attendre de l’antenne du Centre Pompidou à Bruxelles ?

Laura Bourdon 3 octobre 2016

Share on FacebookTweet about this on TwitterGoogle+

Jeudi 29 septembre dernier, le Ministre-Président de la Région Bruxelles-Capitale, Rudi Vervoort, et le président du Centre Pompidou, Serge Lasvignes, ont conjointement annoncé la signature d’un protocole d’accord visant à transformer l’ancien garage Citroën de la capitale belge en un pôle culturel d’envergure mondiale, consacré à l’art moderne et contemporain ainsi qu’à l’architecture. Un projet destiné à revitaliser la ville, dont l’ouverture est prévue pour 2020.

pompidou-2

Centre Georges Pompidou © Flickr

Bruxelles a fin trouvé le partenaire idéal dans la réalisation de son ambition, s’associant au Centre Pompidou pour la création d’un vaste musée d’art moderne et contemporain appelé à devenir un pôle emblématique d’envergure internationale et véritable vaisseau culturel de la ville. Le musée occupera un vaste et lumineux bâtiment Art déco, jusqu’alors occupé par un garage Citroën. Un partenariat pensé en deux phases : une première phase de préfiguration du projet, dont l’accord fut signé ce jeudi, suivi d’une seconde phase destiné à la concrétisation des modalités précédemment conclues.

Le bâtiment forme un bel ensemble de quatre étages et s’étend sur 30000 m². Il est situé le long du canal de Bruxelles, au cœur de l’ancien quartier ouvrier de la ville actuellement en pleine phase de réhabilitation. La région bruxelloise, ne disposant pas jusqu’alors de véritable centre culturel emblématique dédié à l’art moderne et contemporain, rachète à cet effet les locaux de l’ancien garage Citroën pour une somme de 20,5 millions d’euros. « Ce projet constitue un effet levier pour revitaliser le territoire, en tissant les liens entre les deux rives du Canal, mais il a également vocation à devenir le véritable vaisseau culturel de la Région Bruxelloise », déclare Rudi Vervoort.

Un projet qui tombe à point nommé pour ce quartier du nord de la ville qui, proche de la commune de Molenbeek, connaît des difficultés suite à sa triste actualité des mois passés. Le projet de musée constitue, en plus d’un levier de création d’emplois, d’un excellent moyen pour lutter contre les forces de l’obscurantisme, précise Rudi Vervoort. Un concours d’architecture portant sur l’aménagement du site sera lancé par la Région, sous la conduite d’Yves Goldstein, nommé chargé de mission du Gouvernement de la Région de Bruxelles-Capitale et dont les conclusions seront remises fin juillet 2017.

visuel-citroen

Vue de la façade du bâtiment Citroen avant réhabilitation © Centre Georges Pompidou

Le président du Centre Pompidou, Serge Lasvignes, précise qu’il s’agit là d’un accord conçu comme une aide à la création d’une grande institution, qui sera suivi de la constitution par celle-ci de ses propres collections. Le Centre Pompidou prévoit d’apporter son soutien à la programmation culturelle, forte de son expertise, permettant de développer la scène artistique locale. Au terme de l’accord, le Centre Pompidou prévoit de mettre à la disposition de la nouvelle antenne bruxelloise une partie de ses collections, riche de 120 000 œuvres dont seuls 10% sont présentées au public. Il contribuera par ailleurs à la vie de l’institution via un rôle de conseil et d’assistance dans sa stratégie d’acquisition de collection permanente, notamment par le rôle de collectionneurs et l’obtention de prêts de musées internationaux.

Pour le moment, le nom du futur musée n’a pas encore été choisi, ce qui n’empêche les deux protagonistes de l’accord de se réjouir de leur collaboration, avançant que Citroën et Pompidou sont « deux marques qui vont très bien ensemble culturellement ». Serge Lavisgnes ajoute ne pas avoir hésité à associer son institution au projet des autorités bruxelloises, compte tenu de la proximité géographique des deux capitales couplé à leur dynamisme culturel.

pompidou

Centre Georges Pompidou © Flickr

Le Centre Pompidou, qui fêtera ses 40 ans en 2017, est aujourd’hui incontestablement l’un des musées les plus fréquentés au monde, comptant plus de cinq millions de visiteurs en 2013. Il conserve l’une des trois plus importantes collections d’art moderne et contemporain au monde à côté de celle du MoMA à New-York et la Tate Modern à Londres. Le musée a d’ores et déjà mis en place des projets de décentralisation tout à fait inédits : en mai 2010, le Centre Pompidou ouvre une antenne à Metz, dans le nord-est de la France. Entre octobre 2011 et septembre 2013, le musée a aussi lancé une opération de musée itinérant. Une quinzaine de chefs-d’œuvres de sa collection permanente avaient parcouru différentes villes de France comme Chaumont, Cambrai ou encore Boulogne-sur-Mer. En 2015, il lance un Centre Pompidou « provisoire » dans le sud de l’Espagne à Malaga. S’agissant de l’association du Centre Pompidou avec la ville de Bruxelles, Serge Lavisgnes précise : « l’approche est différente, c’est une formule spécifique » ; plus qu’un partenariat, une véritable collaboration semble être mise en place pour une ouverture finale prévue pour l’année 2020 au plus tard, et la réalisation d’une première exposition dès 2018.

LES DERNIERS ARTICLES

AJOUTER UN COMMENTAIRE