Votre action a été enregistrée avec succès !



LA NEWSLETTER

Les maîtres hollandais de la Royal Collection exposés aux Pays-Bas

Agathe Lautréamont 30 septembre 2016

Share on FacebookTweet about this on TwitterGoogle+

Ils sont de retour sur leurs terres d’origine, mais pour quelques mois seulement… De grands artistes néerlandais comme Gerard ter Borch, Gerrit Dou, Pieter de Hooch ont traversé une partie du continent européen pour être exposés au sein de la Mauritshuis de La Haye, visite royale s’il en est, puisque ces peintures font partie de la prestigieuse Royal Collection britannique. Des pièces phares, flamboyantes représentations de la peinture de genre, qui illustrent autant la maîtrise technique des artistes mis en avant que leur grand sens du détail… et de l’humour ! Visite d’une exposition petite par la taille, mais grande, très grande, par son importance.

405346

Johannes Vermeer, La leçon de musique, vers 1660 © Mauritshuis Collection Den Haag

Jusqu’au 8 janvier 2017, si d’aventure vous êtes de passage du côté de la jolie ville de La Haye, aux Pays-Bas, laissez donc vos pas vous guider du côté de la Mauritshuis, puisqu’une bien belle exposition s’y tient le temps de quelques semaines seulement. C’est en effet la première fois qu’un nombre si conséquent d’œuvres issues de la Royal Collection se trouve présenté sur le sol néerlandais.

C’est donc une visite royale dans une autre royauté européenne qui a lieu dans le monde de l’art et qui prend la forme d’un événement. Cette exposition, rassemblant vingt-deux tableaux, se veut en vérité une sélection exigeante et précise d’un genre pictural particulier : les scènes de genre, toutes réalisées durant la période dite de l’Âge d’Or néerlandais.

404814

Adriaen van Ostade, L’intérieur de la ferme de paysans, 1668 © Mauritshuis Collection Den Haag

Mais en fait, qu’est-ce que la peinture de genre, au juste ? Loin des représentations idéalisées de la peinture d’histoire ou de sujets mythologiques, la peinture de genre s’attache à dépeindre des actions issues de la vie quotidienne. On est donc loin du portrait d’un grand roi ou de Zeus brandissant son foudre.

Dans ces toiles des maîtres hollandais, le visiteur se trouve face à face avec des paysans préparant le repas dans leur humble maisonnette, il peut croiser une marchande ambulante proposant des fruits et des légumes aux villages alentours, il assiste à une scène de liesse dans une taverne à l’air embrumé, ou regarde comme depuis le trou de la serrure une jolie jeune femme en train de retirer ses bas de laine.

Un peu simple ? Pas si sûr, car la peinture de genre possède deux qualités indéniables : la grande variété de ses sujets et sa capacité à parler à demi-mots de sujets tabous ou secrets…

405951

Pieter de Hooch, Joueurs de cartes dans une maison ensoleillée, 1658 © Mauritshuis Collection Den Haag

Certaines peintures présentes dans l’accrochage, comme La leçon de Musique de Johannes Vermeer ou la Femme à sa toilette de Jan Steen nous disent et nous montrent donc bien davantage que ce que l’on pourrait soupçonner de prime abord. Il y a toujours une histoire à raconter. Pour la décrypter, il faut simplement suivre quelques pistes. La scène est-elle située dans une ferme, une maison close, une taverne ? Il convient également d’examiner les vêtements des protagonistes, qui raconteront beaucoup sur leur statut social ; en particulier en ce qui concerne le beau sexe. Si les robes de ces dames laissent voir davantage que la bienséance l’exige, il y a probablement anguille sous roche…

Quant aux regards, il faut vérifier dans quelle direction ils se portent. Qui regarde qui ? Dans quelle direction les yeux se tournent-ils ? On peut ainsi en deviner beaucoup avec un simple coup d’œil… Les objets revêtent également leur importance, et certains peuvent être des symboles évidents comme les cartes à jouer, les lettres d’amour ou les fruits. Enfin, une attention toute particulière doit être portée aux cadres dans le cadre : si le peintre a décidé de placer dans sa scène de genre un tableau, un écriteau, un miroir ou une fenêtre, cet élément n’a bien évidemment pas été placé là par hasard…

404804

Jan Steen, Femme à sa toilette, 1663 © Mauritshuis Collection Den Haag

Que la portée du tableau soit moraliste ou triviale, cachée ou évidente, regarder une scène de genre revient donc à jouer à un vrai jeu de devinette. Les réalisations sont toujours extrêmement soignées, ce qui permet au spectateur de flatter non seulement son sens esthétique mais également son intellect. C’est d’ailleurs la raison pour laquelle les tableaux de genre ne s’avèrent jamais de grande dimension : au contraire, choisir un format réduit permet à l’artiste de faire montre de l’étendue de son talent.

Face à des toiles de Gabriël Metsu ou Willem van Mieris, il est parfois difficile de déceler le moindre coup de pinceau, alors que l’œuvre dépasse à peine la taille d’une feuille de papier A4. Ainsi, le nouvel événement de la Mauritshuis de La Haye n’est pas une simple exposition. C’est un retour aux terres d’origines pour les maîtres néerlandais exposés là, c’est un prêt exceptionnel concédé par la Royal Collection britannique, et c’est surtout, un fascinant jeu de piste !

Envie de faire un tour du côté de La Haye pour découvrir cette belle exposition ? Toutes les informations pour organiser votre voyage aux Pays-Bas peuvent être trouvées sur le site Holland.com !  vivi

LES DERNIERS ARTICLES

AJOUTER UN COMMENTAIRE