Votre action a été enregistrée avec succès !



LA NEWSLETTER

Hergé : des bulles, des surprises et beaucoup d’émotion au Grand Palais

Agathe Lautréamont 28 septembre 2016

Share on FacebookTweet about this on TwitterGoogle+

Voilà une bien étrange destinée pour celui qui, à l’école, collectionnait les mauvaises notes en cours de dessin ! Une destinée incomparable, digne d’un roman, qui nous est contée jusqu’au 15 janvier 2017 par le Grand Palais. Georges Remi (1907-1983) internationalement connu sous le pseudonyme d’Hergé, a bercé des générations entières d’amateurs du neuvième art et est aujourd’hui célébré par l’institution culturelle parisienne dans un accrochage impressionnant, foisonnant et surtout, infiniment émouvant.

14469124_1840664392835146_358154261_n-1

Sur un mur, toutes les éditions de Tintin à travers le monde (détail) © Agathe Lautréamont

Bien évidemment, il est là, reconnaissable entre tous. Houppette blonde au vent, pantalon beige bouffant, un petit chien blanc trottinant sur ses pas. Sa silhouette ne trompe pas, Tintin est omniprésent dans la nouvelle exposition du Grand Palais qui a, affirmons-le d’emblée, tout pour plaire. Mais pas tout de suite. D’abord, nous sommes introduits à la personne Georges Remi, amateur d’art,  admirateur des grands maîtres des siècles passés, passionnés de civilisations ancienne (elle aussi on l’attendait, et elle est bien présente : la sculpture de bois qui a inspiré le totem de l’album L’oreille cassée trône en bonne place dans l’introduction du parcours). Ce Georges Remi qui collectionne Lucio Fontana, Andy Warhol et Jean Dubuffet. Ce Georges Remi qui s’est lui-même essayé à la peinture dans les années 1960, curieux comme il l’était de toujours s’extraire de sa zone de confort et surtout, ne pas se laisser enfermer par sa création qui accaparait tout son temps : le petit reporter belge intrépide.

Personnage

on-a-marche-sur-la-lune-1954-herge

Hergé, Les Aventures de Tintin, On a marché sur la Lune, 1954. Bleu de coloriage des planches 25 et 26 aquarelle et gouache sur épreuve imprimée 28,7 x 41 cm Collection Studios Hergé © Hergé/Moulinsart 2016

Mais très vite on en arrive à l’essentiel, le sujet que tout le monde attend et qui est indissociable du nom d’Hergé : Tintin. Nous sommes en janvier 1929 et dans les pages du Petit Vingtième, supplément jeunesse au journal belge Le Vingtième Siècle, on rencontre un personnage qui, Georges Remi l’ignorait encore, allait accompagner son encre et ses feuilles de papier jusqu’à la fin de son existence. Une réplique de la fusée rouge à carreaux blancs de l’album On a marché sur la lune, des photographies d’Hergé tirées et exposées pour une scénographie aussi colorée que réussie et surtout beaucoup, beaucoup, beaucoup de planches. Des esquisses et au départ, un noir et blanc dominant. Il faut le dire, Hergé a été nourri tout enfant au cinéma qui ne connaissait pas encore la couleur, il raffolait de l’expressionnisme allemand et a passé son enfance et son adolescence à lire d’autres albums.

herge-et-tchang-rue-knapen-1934-03-dr

Hergé et Tchang, rue Knapen, Bruxelles, 1934. fac-similé 21 x 10 cm Collection Studios Hergé © DR

Celui que l’on considère de nos jours comme le père du Neuvième Art a donc au début de sa carrière refusé la couleur (jusqu’à la parution de l’aventure Le Sceptre d’Ottokar). Mais qu’importe ! On peut l’observer tout à loisir dans les pages et les pages de bande-dessinée qui ont été exposées par le Grand Palais (avec l’aide précieuse du Musée Hergé de Belgique) dans le parcours chronologique et thématique du musée parisien : le trait est si précis, si identifiable, que la couleur pouvait bien attendre quelques années. Hergé est aussi véritablement un style, un « coup de crayon » qui a fait sa renommée et probablement aidé à ce que Tintin devienne aussi bien universel qu’insensible au passage du temps.

14508522_1841147589453493_1479920626_n

Vue d’exposition du Portrait d’Hergé par Andy Warhol © The Andy Warhol Foundation for the Visual Arts, Inc. / ADAGP, Paris 2016 – © Jean–Pol Stercq / ADAGP, Paris 2016

Tout est imaginaire, chez Hergé. Tout provient de cet esprit foisonnant, qui visualisait, créait, modelait, rêvait. Car ce n’est qu’à partir de l’album Le Lotus Bleu que Georges Remi a vraiment commencé à se renseigner des plus sérieusement sur les lieux où il envoyait son héros. Par le passé, tout provenait de son imagination sans borne, et pourtant, son univers fonctionnait !

La justesse de son trait, simple mais inventif, Hergé nous emportait dans un monde aux personnages emblématiques passés à la postérité  (Tintin bien sûr, mais aussi ses acolytes le Capitaine Haddock ou encore l’inénarrable Tryphon Tournesol). Des personnages qui rythment notre visite, tandis que çà et là, on croise la voix éraillée de la cantatrice La Castafiore ou les deux Dupont menant l’enquête. On croise également des personnages bien réels, comme Edgar P Jacobs, ami d’Hergé et créateur d’une  autre bande-dessinée à succès : Blake et Mortimer.

Hergé sans Tintin

Hergé et ses amis chinois Arnold et Suzanne. Exercices de pinceau chinois (la théière du Lotus Bleu sur la table) 1937, Bruxelles, Place de Mai

Hergé chez lui au 12, place de mai à Woluwe-Sint-Lambrechts 1937 Photographie noir et blanc Collection Studios Hergé © DR

Dans un second temps, le visiteur abandonne Tintin pour découvrir d’autres facettes de la vie de Georges Remi. Ses autres aventures secondaires en bande-dessinée (comme Jo, Zette et Jocko dont seulement cinq aventures devaient paraître ou encore Quick et Flupke) mais également sa carrière de caricaturiste sous l’Occupation, sans parler de son passage par le monde de la publicité. Graphiste génial et inventif, Hergé fait montre d’un style sensiblement différent dès lors qu’il abandonne le Neuvième Art. Les couleurs sont rayonnantes, la ligne se fait plus directe, on est véritablement là face à un créateur rayonnant de talent. Alors, l’exposition du Grand Palais est-elle le blockbuster que l’on attendait ? Probablement, oui !

HERGÉ

28/09/2016 > 15/01/2017

Galeries nationales du Grand Palais

PARIS

Le Grand Palais de Paris va consacrer une exposition à Georges Remi dit Hergé, le célébrissime créateur et dessinateur de Tintin et Mil...

40
jours restants
PRESSE
MEMBRES

LES DERNIERS ARTICLES

AJOUTER UN COMMENTAIRE