Votre action a été enregistrée avec succès !


expo_cercle_2 RENÉ MAGRITTE

21/09/2016 > 23/01/2017

Centre Pompidou - PARIS
expo_cercle_3 PICASSO – GIACOMETTI

04/10/2016 > 05/02/2017

Musée Picasso - PARIS

LA NEWSLETTER

Au château de Vincennes, le CMN donne carte blanche à ZEVS

Agathe Lautréamont 16 septembre 2016

Share on FacebookTweet about this on TwitterGoogle+

ZEVS au château de Vincennes, c’est avant tout l’histoire d’une rencontre. Celle entre un artiste contemporain passionné de patrimoine et le Centre des Monuments Nationaux qui, de plus en plus, convie la jeune création à investir des lieux chargés d’histoire. Avec cette carte blanche baptisée « Noir Éclair », le visiteur de la forteresse parisienne découvre des œuvres créées spécifiquement pour ce lieu, qui interrogent avec une ironie grinçante et beaucoup de clairvoyance l’Histoire, le pouvoir de l’argent et la société de consommation. Visite d’une exposition maline et brillante.

zevs_noir-eclair_ext-chateau_8970peti

© Benoît Pailley

Avec le parcours Noir Éclair, l’artiste ZEVS est partout dans le Château de Vincennes. Dans la Sainte Chapelle, des installations au fort potentiel visuel. Dans le donjon, des peintures acerbes qui égratignent notre société. Sur les espaces extérieurs, le logo de l’artiste (qui a débuté dans le milieu du street-art) tracé dans la couche de pollution qui malheureusement noircit vite les pierres séculaires. Sculpture, photographie, vidéo, graffiti : le programme créatif est complet, prenant et surtout, entre en parfaite résonance avec l’espace qui les accueille jusqu’au 29 janvier 2017.

Mais, pourrait-on se demander, pourquoi « Noir Éclair » ? Une référence peut-être au foudre brandi par le dieu grec Zeus ? Ce serait trop simple, bien sûr. Avec cet oxymore, ZEVS se saisit du sens métaphorique des deux termes. Le noir n’est donc pas uniquement la couleur (ou plutôt son absence) mais le doute, la faiblesse, le désespoir, la résignation, l’aliénation. L’éclair, cet éclat brusque de clarté figure bien évidemment la force, mais aussi et surtout la raison et la réflexion. Et justement, chaque œuvre installée par ZEVS est un parfait exemple de « Food for thoughts » comme disent nos voisins outre-Manche.

zevs_noir-eclair_3_perpetual-ending_9125peti

ZEVS, Perpetual Ending © Benoît Pailley

Dans la Sainte Chapelle, lieu d’espoir et de rêves adressés au ciel, on trouve suspendu dans les airs un important lettrage : The End. La fin, mais de quoi ? Sur la surface blanche des mots, les images d’une chaîne d’information en continu sont projetées. Or, que nous scande l’actualité, ces derniers temps ? Manifestations, grèves, crise migratoire, changement climatique, inondations… Est-ce là un désespoir aussi terrible ? Ou est-ce un clin d’œil aux vitraux de la chapelle situés juste derrière l’installation, qui reprennent les passages les plus célèbres de l’Apocalypse selon Saint-Jean ? La réflexion est donc de mise.

Car si aujourd’hui, le mot apocalypse est plutôt synonyme de désastre, de cataclysme, le sens premier du terme est celui de révélation, donc l’arrivée d’un nouveau monde. Sera-t-il cependant meilleur ? Rien n’est moins sûr. Mais d’entrée de jeu, on le comprend : rien ne sera simple avec les œuvres de ZEVS, au contraire. Le double-sens, le jeu, l’intertextualité et la référence seront de mise.

peti

ZEVS, Louis XIV © Benoît Pailley

Une impression qui se trouve confirmée tout au long du reste du parcours, qui s’étire sur plusieurs étages du donjon du château de Vincennes. Dans une pièce, c’est un distributeur de friandises que l’on trouve dans toutes les stations de métro. Sauf qu’à la place des habituelles sucreries, on peut y « acheter » des assiettes affichant les effigies de célèbres personnages de l’Histoire de France qui ont tous en commun cette particularité macabre : + Ajouter une nouvelle catégorie être morts décapités sous la lame de l’Abbaye de Monte-à-Regret. Un peu plus loin, on peut admirer Mona Lisa. Bien sûr, ce n’est pas là la véritable Joconde, mais une copie, accompagnée d’un merveilleux sac  à main reprenant tous les codes esthétiques d’une célèbre marque de maroquinerie de luxe, Vuitton, pour ne pas la citer.

zevs_noir-eclair_8_machination_9986peti

ZEVS, Machination © Benoît Pailley

Mais sur le sac à main de ZEVS, le monogramme de la marque française (LV) est devenu LDV. Comme Léonard de Vinci. Car il se murmure que le maroquinier de luxe se serait tout bonnement inspiré de la signature du maître de la Renaissance pour imaginer sa propre « griffe ». Quelques pas plus loin, il est possible d’admirer une reprise de la Cène peinte par ce même Léonard de Vinci, à la différence que les convives du dernier repas de Jésus ont quelque peu changé… Cette fois-ci, on retrouve des hommes politiques, des patrons du CAC 40, des milliardaires… En somme, des décideurs qui trinquent à l’on ne sait quoi, qui fêtent leur puissance, leur fortune, leur influence, sous le regard impuissant du personnage biblique.

Zevs_Noir Eclair_Chateau de Vincenne_21_Visual Kidnapping, Pay N

 ZEVS, Visual Kidnapping, Pay Now © Benoît Pailley

Et les surprises continuent, de salle en salle. Dans cette carte blanche, ZEVS ne s’est donc pas contenté d’investir les lieux comme le font un trop grand nombre d’artistes contemporains. Non seulement le créateur a su respecter l’âme du lieu en multipliant les clins d’œil à l’Histoire de France et de la forteresse en elle-même, mais il livre là des installations qui invitent à une profonde réflexion sur notre époque, ses dérives, mais aussi parfois, ses moments de grâce.

NOIR ÉCLAIR

16/09/2016 > 29/01/2017

Château de Vincennes

VINCENNES

Produite par le Centre des monuments nationaux, cette exposition met en scène pour la première fois dans le monument la rencontre du patri...

57
jours restants
PRESSE
MEMBRES

LES DERNIERS ARTICLES

AJOUTER UN COMMENTAIRE