Votre action a été enregistrée avec succès !



LA NEWSLETTER

Les silhouettes sculpturales d’Herb Ritts à la Maison Européenne de la Photographie

Agathe Lautréamont 7 septembre 2016

Share on FacebookTweet about this on TwitterGoogle+

Il serait réducteur de qualifier Herb Ritts de seul photographe de mode. L’œil fasciné par la gestion de la lumière, l’objectif focalisé sur les corps athlétiques de ses modèles et mannequins, le photographe né à Los Angeles en 1952 et disparu cinquante ans plus tard va au-delà des simples images trop lisses qui inondent les revues de mode. Peu soucieux de la personne qui se trouvait devant lui, Ritts disait que ce qui l’intéressait, c’était capter ce que le modèle dégageait ; une atmosphère atypique, une émotion d’un instant qui s’évanouit la seconde suivante. Et c’est cette quête originale qui l’a permis d’entrer dans l’histoire de la photo. La preuve par trois.

Alek Wek, 1998

alek wekk

Alek Wek, 1998 © Herb Ritts Foundation

Probablement une des images les plus célèbres d’Herb Ritts. Et certainement une de celles qui représente au mieux sa maestria en matière de gestion de la lumière. Car si la photo en studio commence très souvent par un fond blanc, ceci n’est pas sans poser quelques écueils à l’artiste. Comment disposer ses lumières pour obtenir un éclairage uniforme, quel nombre de flashs choisir ? D’autant que le risque de la surexposition est réel…

Pourtant, sur cette photo de la mannequin Alek Wek, tout est maîtrisé, à la perfection. La matière réfléchissante dont son corps a été enduit joue sur les effets de miroir, attire le regard sur la dynamique incroyable qui se dégage de ce cliché. Grâce à ce lourd maquillage, grâce à la pose de profil et le regard de la modèle perdu dans le lointain, Herb Ritts a su faire disparaître la personne Alek Wek, pour ne plus mettre en avant que ses formes, sculpturales, idéalisées à l’extrême. La tension des deux jambes, la pose cambrée renforcent ce sentiment de tension… et de perfection.

Madonna, 1986

madonna

Madonna, 1986 © Herb Ritts Foundation

Le cadrage est serré, volontairement. Peu de contrastes dans cette image dégageant une incroyable douceur, mais également une force ineffable, un je-ne-sais-quoi de fascinant. En guise de toile de fond, un mur uni constellés de touches de lumière probablement créées par un feuillage ou un treillage. Des lumières qui ne distraient pourtant par le regard, mais viennent apporter comme une couronne à la chevelure blonde de Madonna.

En 1986, la chanteuse à succès arbore un look « à la garçonne » : sourcils épais, cheveux coupés court, vêtements de cuir ample. On retrouve dans cette image tous les ingrédients troublants, une sorte d’androgynie qui hypnotise. Là encore, Herb Ritts ne photographie pas la chanteuse de « La isla bonita » ou « Papa don’t preach ».  Il capte une sensualité exceptionnelle.

La tête basculée en arrière, Madonna s’abandonne aux chauds rayons du soleil, elle oublie qu’une courte focale est braquée sur son port de reine. La douceur de sa peau est contrebalancée par la matière rude de son blouson en cuir et de cette chaîne qui court sur le côté de sa nuque. Un subtil mélange de force et de délicatesse.

Waterfall IV, 1989

wat2

Waterfall IV, 1989 © Herb Ritts Foundation

Toutes les images sélectionnées par l’exposition de la Maison Européenne de la Photographie ont été prises entre les années 1980 et 1990, probablement une décennie dorée pour Herb Ritts qui a pu faire montre de l’étendue de son talent, lui qui a appris la photographie en total autodidacte. Waterfall IV est une image iconique, pur reflet de la fascination du photographe pour les corps, la musculature, la peau.

À la manière d’une sculpture grecque, Herb Ritts immortalise non pas un mannequin, puisque celui-ci nous tourne le dos. En occultant son visage, en plaçant l’accent sur les formes de son dos et de son bras accentuées par  les indénombrables gouttelettes d’eau, l’artiste nous amène à concentrer notre regard sur autre chose. Cette photo pourrait être celle d’un marbre antique. Le glamour est bien sûr présent, mais de manière épurée.

HERB RITTS

07/09/2016 > 30/10/2016

Maison Européenne de la Photographie (MEP)

PARIS

Les images d’Herb Ritts sont un miracle de légèreté et d’harmonie, la représentation d’un équilibre rare, impossible à tenir, ma...

Exposition terminée
PRESSE
MEMBRES

LES DERNIERS ARTICLES

AJOUTER UN COMMENTAIRE