Votre action a été enregistrée avec succès !



LA NEWSLETTER

Le cabinet de travail de la marquise de Sévigné cherche ses mécènes !

Agathe Lautréamont 7 septembre 2016

Share on FacebookTweet about this on TwitterGoogle+

On ne présente plus la marquise de Sévigné, la fameuse épistolière et grande représentante de la « préciosité ». Plus de trois cents  ans après la mort de la grande écrivaine, sa présence est partout palpable dans le château de Grignan, situé dans la Drôme. Et le Conseil Départemental de la région, en 2016, a décidé de consacrer tout le second étage du domaine à l’illustre hôtesse des lieux. Pour mener à bien cette tâche, le château a lancé un appel au financement participatif via la Fondation du Patrimoine…

emmanuel georges 1

Le cabinet de travail de la Marquise de Sévigné © Emmanuel Georges – Châteaux de la Drôme

« Je vous assure ma bonne, que je souhaite plus d’être dans ce cabinet frais que vous me faites bâtir que dans tous les lieux du monde. » Cet extrait d’une lettre de Madame de Sévigné à sa fille, Madame de Grignan datée du 6 avril 1672 révèle tout l’attachement de la Marquise à ce domaine situé au cœur de la Drôme.

Pourtant, si l’on fouille quelque peu dans la biographie de la célèbre écrivaine, on constate qu’elle n’est passée que trois fois du côté du Château de Grignan, une propriété importante achetée par son gendre, le Comte de Grignan, que sa fille épousa en 1669. Pourtant, c’est dans ce cabinet de travail feutré que Marie de Rabutin-Chantal rédigea une partie de sa correspondance si célèbre (plus de 1000 courriers !), dont la majorité est adressée à la Comtesse sa fille.

De sorte à rendre un hommage plus appuyé à Madame de Sévigné, le Château de Grignan a décidé de restaurer le cabinet de travail de l’illustre dame, ainsi que dédier plusieurs salles du second étage du palais à la mémoire de l’auteure.

38607_147767955234627_805143_n

Le château de Grignan © Châteaux de la Drôme

200 000 euros

Or, toutes ces modifications ont bien sûr un coût et non des moindres ! En tout, les travaux de restauration et de reconstitution ont été chiffrés à 200 000 euros. Car à l’heure actuelle, le mobilier qui se trouve dans l’ancien cabinet de la Marquise n’a pas grand-chose à voir avec l’époque à laquelle elle a vécu. Lors d’une première tentative de reconstitution en 1980, un style provençal des XVIIIe et XIXe siècles avait été donné à l’ensemble, avec un lit à la polonaise, des fauteuils à la reine, un bureau de pente.

Ces choix se fondaient alors sur un inventaire réalisé en…1776, c’est-à-dire quatre-vingts ans après la mort de l’auteure ! Quelques changements donc, s’imposent, en plus d’un grand coup de propre qui rendrait tout son éclat à la pièce de travail.

De plus, les restaurateurs devront faire preuve d’un tant soit peu d’imagination, étant donné que l’on ne dispose pas aujourd’hui d’une description très précise de la salle telle que l’a connue Marie de Rabutin-Chantal. Il convient donc de regarder précisément les écrits de la Marquise, chercher dans les inventaires d’époque…

38851_147767745234648_4673421_n

La chambre de la Marquise de Sévigné © Châteaux de la Drôme

Un savoir-faire ancestral

C’est pourquoi le Conseil Départemental de la Drôme, propriétaire du monument, a décidé d’en appeler  à la générosité des internautes, pour aider au financement de cette opération. Objectif : que la cagnotte atteigne la moitié de la somme nécessaire à la restauration… Mais pas que ! Cette restauration sera également l’occasion pour le château de mettre en valeur des savoir-faire rares.

Ainsi, lorsque les tentures seront tissées, des maîtres lissiers qui savent comment on travaillait au XVIIe siècle devront être recrutés. Mais les autres salles de l’étage ne seront pas en reste : reconstitution des décors, ferronnerie d’art, lambris et enfin, réorganisation du circuit de visite. D’ici un an, si tout va bien, cette partie du Château de Grignan devrait donc être intégralement consacrée à la Marquise de Sévigné.

À l’heure actuelle, la cagnotte sur le site de la Fondation du Patrimoine s’élève à un peu plus de 3500 euros. Si jamais vous souhaiteriez faire un don, rendez-vous sur cette page !

LES DERNIERS ARTICLES

AJOUTER UN COMMENTAIRE