Votre action a été enregistrée avec succès !



LA NEWSLETTER

Coup de cœur : Lucille Clerc et sa Garden Party luxuriante à la Slow Galerie

exponaute 6 septembre 2016

Share on FacebookTweet about this on TwitterGoogle+

Pour son exposition du mois de septembre, la Slow Galerie (Paris, 11ème) accueille une jeune artiste française déjà habituée des lieux : Lucille Clerc. Fascinée par l’esthétique des plantes et de la végétation, l’illustratrice a imaginé une « Garden Party » où la nature reprend ses droits sur la ville dans un univers onirique, une osmose entre nature et architecture. Un voyage intense, intime et très original où l’on respire et où l’on rêve. 

 

Rafraîchissant. Difficile d’imaginer un autre qualificatif lorsque l’on se confronte pour la première fois au travail de Lucille Clerc. Difficile, encore, d’imaginer un autre qualificatif lorsque l’on franchit pour la première fois les portes de la Slow Galerie : proximité avec les artistes, œuvres (vraiment) abordables et lieu de rencontres, les codes étriqués du cube blanc un peu austère et la folie du marché de l’art paraissent bien loin. Fraîcheur, donc, quand l’une rencontre l’autre et que toutes deux décident d’organiser, le temps du mois de septembre, une « Garden Party ».

Green Cube

lucilleclerc-kodama1

Lucille Clerc, Kodama 1 © Lucille Clerc

Grâce à la générosité du couple de galeristes, dont la programmation se tisse au fil des rencontres, Lucille Clerc a eu carte blanche (ou verte) dans le nombre et l’accrochage de ses œuvres. Et le résultat est jouissif, aussi foisonnant que la végétation qu’elle dessine, enlacé par autant de plantes qu’il a été possible d’installer, au sol, aux murs ou au plafond. Atmosphère luxuriante, donc, pour laquelle on remercie chaleureusement le fleuriste d’en face, admiratif et excité par l’esthétique des plantes de Lucille Clerc (« ah mais ça j’en ai, je vous en rapporte ! »).

14269554_10209444862975885_1450556907_n

Vue de l’exposition

Et on le comprend. Car en plus d’être techniquement impressionnant, le travail de la jeune illustratrice est emprunt d’une véritable poésie : celle de la nature qui reprend ses droits, sur la ville, sur l’architecture, sur des monuments jadis merveilles de technologie devenus symboles d’une (re)mise au vert onirique. C’est notamment le cas de la ville de Londres ou de la tour Eiffel, recouvertes, submergées et entourées d’un ensemble de sérigraphies d’une profondeur virtuose (jusqu’à huit couleurs superposées !), chacune représentant de profil un esprit, gardien de la nature et de la forêt, inspiré des kodamas japonais.

Dans le fond comme dans la forme, dans le symbole comme dans la technique, Lucille Clerc fait place à la nature, en utilisant des matériau naturels et même, belle idée, via une technique d’impression qui utilise les rayons du soleil. Le dessin, comme la plante, a besoin de lumière. Naturelle qui plus est.

Mapping

 

Pour couronner, littéralement, cette Garden Party poétique, l’artiste a eu la bonne idée de projeter, en hauteur, un travail de mapping animé, sur un dessin en toile de fond : la nature change, bouge, se transforme et donne à cette exposition déjà très vivante, un mouvement à la fois apaisant et immersif. Comme souvent à la Slow Galerie, la rencontre entre artistes et galeristes est productive, créative et conduit à un événement à la fois artistiquement très fort et, il faut le dire, commercialement abordable. On verrait bien une partie de l’expo chez soi, on aimerait offrir un exemplaire de cet esprit de la forêt, voire plusieurs… Et pour une fois, c’est possible.

Infos pratiques

Expo du 30 aout au 23 septembre (et plus si affinité)

Slow Galerie : 5 rue JP Timbaud , 75011 PARIS,  M° République/Oberkampf

Ouvert du mardi au samedi, 11h-19h30

GARDEN PARTY

30/08/2016 > 23/09/2016

Slow Galerie

PARIS

Lucille Clerc est une jeune illustratrice française aujourd’hui vivant à Londres dont le travail se caractérise par une incroyable fine...

Exposition terminée
PRESSE
MEMBRES

LES DERNIERS ARTICLES

AJOUTER UN COMMENTAIRE