Votre action a été enregistrée avec succès !


expo_une_favori
expo_cercle_1 CY TWOMBLY

30/11/2016 > 24/04/2017

Centre Pompidou

- PARIS

expo_cercle_3 SOULÈVEMENTS

18/10/2016 > 15/01/2017

Jeu de Paume - PARIS
expo_cercle_5 BRASSAÏ

09/11/2016 > 30/01/2017

Centre Pompidou - PARIS

LA NEWSLETTER

Quinze ans après les attentats, le Mémorial du 11 septembre accueille sa première exposition

Laura Bourdon 5 septembre 2016

Share on FacebookTweet about this on TwitterGoogle+

Le 12 septembre prochain, à l’occasion du 15ème anniversaire des attaques terroristes ayant secoué la ville de New-York et le monde entier, le Mémorial du 11/09 organise pour la première fois une exposition regroupant les travaux de treize artistes basés à New-York. Devant une pluralité d’expressions, l’exposition s’intitule « Rendering the Unthinkable : Artists Respond to 9/11 » (Traduire l’impensable) et se veut retranscrire la profonde influence que ce terrible événement aura provoqué au sein de la société américaine, mais surtout, apporter une réponse une réponse humaine face à l’horreur.

For_LiveImageMemorial-2-600x242

© Site officiel Mémorial du 9/11

L’exposition s’ouvre donc le 12 septembre, et présentera les travaux de treize artistes ayant pour point commun d’avoir vécu, de plein fouet, les attaques terroristes du 11 septembre. Leur travail fait écho à ce qu’ils ont vu sur place, entendu, ressenti, ayant tous été témoins de l’horreur ce jour-là de par leur présence ou la perte de proches. Les œuvres n’ont pas été commandées expressément pour l’occasion, en revanche c’est la première fois que leurs témoignages sont regroupés. L’exposition s’intitule « Rendering the Unthinkable : Artists Respond to 9/11 » (Traduire l’impensable), et présente divers supports : peintures, dessins, vidéos, sculptures.

Le Président du Mémorial, Joe Daniels, indique : « A travers l’expression artistique, ces hommes et ces femmes ont largement documenté les changements immédiats que les attaques ont provoqué dans notre monde et ont démontré comment cela nous avait tous affectés. Exposer l’ensemble de ces œuvres, exactement à l’endroit où les attaques se sont produites, représente l’opportunité pour les visiteurs de découvrir une nouvelle réponse, humaine, face à ces attaques ».

Une pluralité de médias

gesturewall

Gesture, 2001-2003 © Manu Shandler

Une immense fresque composée de pièces de 10 centimètres sur 22 sera présentée par l’artiste Manu Shandler. Elle a débuté ce projet quelques jours après l’évènement, et c’est trois ans plus tard que ce dernier fut finalisé. La fresque représente les victimes des attentats, selon les informations obtenues au moment de sa réalisation. Elle aura peint, en tout, 3000 petits carrés, dont 850 sont rassemblés dans cette fresque. « C’était une façon de dépasser la peine, c’était cathartique », confie l’artiste.

L’exposition mettra également à l’honneur la vidéo, avec le travail de Monika Bravo, artiste d’origine colombienne installée à Brooklyn depuis 1994. Sa vidéo de cinq minutes condense une prise de vue initiale de sept heures, réalisée depuis son studio du 92ème étage de la Tour Nord. Au moment des attaques, elle faisait partie d’un groupe d’artistes-résidents, appelé World Views. La vidéo s’intitule « A_Maze », et rend hommage à son ami Michel Richard, résident comme elle, ayant perdu la vie dans les attaques. Le support vidéo sera aussi utilisé par un collectif d’artistes, Blue Man Group, ayant réceptionné dans leur cour de répétition à Brooklyn de nombreuses feuilles de papiers, de documents et d’écrits. Ils décident alors de retranscrire le contenu de ces écrits en une chanson :« Exhibit 13 ».

Des écrits qui auront aussi inspiré l’artiste Gustavo Bonevardi. Logeant à seulement quelques blocs de Ground Zero, il fut témoin de l’effondrement des tours et de la vision de ces documents par milliers s’élevant dans les airs… Ce qui donna naissance en 2007 à « Falling ».

2500

Gustavo Bonevardi, Falling, 2007-2009 © Photographie de Manu Shandler

Une pluralité d’émotions

L’artiste Donna Levinstone présentera un tryptique intitulé Eternal Rest. Une oeuvre inspirée de nombreuses photographies mais surtout, l’artiste fut marquée par l’odeur de l’épais nuage de fumée flottant au-dessus des tours. Une odeur que le vent aurait « portée » jusque chez elle. Pendant trois mois suite à l’événement, l’artiste s’est totalement investie dans ce projet de création.

800Eternal Rest, Donna Levinstone, 2001 © Donna Levinstone

Ejay Weiss débuta son travail trois jours après les attaques : « Ce moment, pour tous ceux qui étaient présents ce jour-là, fait toujours partie de notre conscience. Vous ne pouvez pas refaire l’histoire, vous pouvez seulement travailler avec. », confie-t-il. Il réalise quatre peintures acryliques, auxquelles il incorpore les cendres de Ground Zero. Il laisse apparaître au centre du tableau un carré de ciel bleu. C’est une métaphore, celle de la vision de l’ensemble des personnes prisonnières des tours-jumelles, le jour de leur effondrement.

3780

Oeuvre de Ejay Weiss © Photographie de Jin Lee

Le travail de Christopher Saucedo représente les tours en flottement, de manière éthérée dans un ciel azuré, une image presque réconfortante. Il obtient cette oeuvre en pressant du lin blanc sur des rectangles de papier mâché bleu. Christopher Saucedo a perdu son frère, pompier, dans les attaques terroristes du 11 septembre. Son corps ne fut jamais retrouvé.

3456

© Christopher Saucedo

Alice Greenwald, directrice du musée, précise que l’exposition « Rendering the Unthinkable » se veut comme un espace contemplatif. Au-delà du parcours historique présentant le parcours des personnes l’ayant vécu, il s’agit là d’une nouvelle présentation à travers les émotions des artistes. Elle indique : « Les artistes, comme nous tous, se sont battus pour comprendre l’inimaginable, la destruction et la perte de la vie d’innocents. Ils y ont répondu de la meilleure des manières, à travers leur art ».

LES DERNIERS ARTICLES

AJOUTER UN COMMENTAIRE